"LNB"

Le chiffre: 7, le nombre de défaites consécutives de l’ASVEL à l’extérieur en Pro A

« Je suis très en colère. Il y a tout à revoir dans l’engagement… Chalon a surement fait son match référence et mérite largement sa victoire, mais on n’a pas le droit d’être autant incapable de réagir. On a été dominé sur tous les plans…. »

Il s’agit du dernier commentaire de JD Jackson comme coach de l’ASVEL suite à la gifle infligée samedi par la lanterne rouge Chalon (84-52). Dans la foulée, le Franco-Canadien a été remercié par son président Tony Parker.

JD Jackson s’est également demandé si ses joueurs ne choisissaient pas leurs matches. Force est de constater qu’ils ne mettent pas le même mordant en Pro A qu’en Eurocup. L’ASVEL en est à SEPT défaites d’affilée hors de ses bases en championnat. Après sa victoire à Boulazac le 26 septembre, elle a baissé pavillon à Monaco, Pau, Antibes, Strasbourg, Gravelines, Levallois et Chalon. Epouvantable pour la plus grosse masse salariale en France.

Ce qui est curieux, c’est que les Villeurbannais ne font pas preuve de la même faiblesse en Eurocup. Ils en sont à 8 victoires pour 4 défaites avec deux succès de prestige à l’extérieur, à Gran Canaria (5e de Liga Endesa) au cours d’un match d’Anthologie, 129-128 après trois prolongations, et à Saint-Pétersbourg (4e de VTB League), 92-89. Ajoutons qu’ils n’ont perdu qu’après prolongation à Kazan, (3e de VTB League), 84-88, et d’un point à Tofas Bursa (2e de Turquie), 82-81.

Or, l’adage dit qui peut le plus peut le moins et comme le niveau de l’Eurocup est supérieur à celui de la Pro A…

Le cas le plus étrange est celui de John Roberson auteur de 42 points à Gran Canaria avec un fabuleux 11/16 à trois-points et qui n’a pas mis un seul de ses 7 tirs pour son retour à Chalon en affichant sa première évaluation négative depuis qu’il est en France: -8.

La première mission du rookie TJ Parker va être de se métamorphoser en psychologue et de se pencher sur ce que ses joueurs ont dans la tête.

Le frère cadet du président se voient proposer d’emblée deux échéances hyper importantes: contre Hyères-Toulon en championnat puis contre Limoges en Eurocup. Face au HTV une victoire parait indispensable pour sécuriser une place en Leaders Cup,  face au CSP c’est l’avenir dans le top 16 de la C2 européenne qui est en jeu. Coup de chance pour lui, elles sont toutes les deux programmées à l’Astroballe.

Photo: David Lighty

 

Pro A : la polyvalence de Quincy Diggs récompensée

L’ailier de Boulazac a été élu meilleur joueur de Pro A du mois de décembre, obtenant 44% des voix. Il devance l’intérieur Zachery Peacock (Bourg-en-Bresse) déjà distingué en octobre (39%) et Louis Labeyrie (Strasbourg), déjà 3e en octobre (17%).

Lire la suite »

Jean-Michel Mipoka après le trou noir de Gravelines: « il n’y avait plus de son ni d’image »

Eric Girard, le coach du Portel était évidemment ravi après l’incroyable remontada de son équipe au Sportica de Gravelines (le BCM n’a mis que deux points dans les 15 dernières minutes pour s’incliner 63-55):

« Les 15 dernières minutes sont assez historiques avec seulement deux points encaissés. C’est la première victoire de l’ESSM à l’extérieur cette année. Il faut saluer notre public, je ne connais pas beaucoup de public qui aurait gardé la foi à -18. C’était exceptionnel ce qu’ils ont fait à ce moment-là, » a t-il commenté en conférence de presse.

Evidemment, son collègue du BCM, Julien Mahé était quelque peu groggy après pareille mésaventure:

« Les explications sont difficiles à trouver maintenant, à chaud. On a craqué physiquement et la confiance s’est étiolée. La lumière s’est éteinte. Il faudra remettre les têtes à l’endroit, c’est très difficile pour les joueurs. Nous sommes désolés pour nos supporters. On a donné le maximum mais on n’a pas su mettre nos tirs sur la fin. »

Le trou noir aussi soudain qu’incompréhensible c’est également le constat de Jean-Michel Mipoka:

« C’est inexplicable. Il n’y a pas d’excuses. Ce genre de match on l’avait entre nos mains. Ca fait chier car personne triche dans l’équipe, tout le monde se donne à fond. On manque de lucidité et de solutions sur la fin. Il n’y avait plus de son ni d’image. Il va falloir faire un énorme match à Limoges. On s’est mis dans cette situation nous-mêmes, à nous de réagir ! Je pense déjà au match retour au Portel, il faudra leur rendre la monnaie de leur pièce, point barre. »

Photo: BCM

 

 

Les trois jours de Dijon – Episode #1 – Interview de Rasheed Sulaimon: « j’ai arrêté de shooter autant qu’avant »

Double médaillé d’or avec Team USA en catégorie U18 au championnat du monde (2012) et en U19 au championnat des Amériques (2013), Rasheed Sulaimon (23 ans, 1,93m) est la recrue phare de la JDA Dijon cette saison. Passé par Duke et Maryland en NCAA, il était initialement attendu en NBA. Il a passé la saison 2016/17, sa première en pro, en D-League à Greensboro. 

C’est en français : « bonjour, bonne année ! » que nous a accueilli le Texan après l’entraînement matinal de la JDA.  Lire la suite »

Pro A : Pape Sy (Strasbourg) absent jusqu’à nouvel ordre

La nouvelle est tombée en fin d’après-midi via le site officiel du club strasbourgeois : Pape Sy, victime d’une lourde chute face à Dijon vendredi en milieu de 2e quart-temps qui l’avait contraint à rejoindre les vestiaires prématurément, sera indisponible « plusieurs semaines » le staff médical de la Sig ayant diagnostiqué « une récidive de blessure lombaire ».

Lire la suite »

Radiographie financière de la Pro B: Un salaire net moyen de 3 600 euros

Selon les observateurs européens, la Pro B est sportivement l’une des plus solides deuxièmes divisions de basket professionnel du continent. Même si elle est très loin d’avoir le volume de ses homologues du foot (Ligue 2) et du rugby (Pro D2), elle est aussi d’une bonne tenue financière et structurelle.

Lire la suite »

Pro A : Pierre-Etienne Drouault change de cap

Boulazac a enfin trouvé le remplaçant de Stephan Gauthier, arrêté depuis mi-novembre et contraint subir une intervention chirurgicale à cause de douleurs persistantes au genou. Annoncé sur les réseaux officiels du club périgourdin, c’est Pierre-Etienne Drouault (27 ans, 1.96m) qui viendra pallier son absence en provenance de Cholet Basket où il tournait à 2,7pts en 11 minutes en moyenne par match.

Lire la suite »

Dru Joyce (Limoges) : « pas le moment d’être inquiet »

Sébastien Grasset

Il était surmotivé à l’idée de venir titiller le club où il a débuté l’exercice 2017-2018. Mais Dru Joyce a dû se rendre à l’évidence, Monaco était un ton au dessus et a déroulé sur la fin pour s’imposer 105-90 hier lors de l’avant-dernier match de la 16e journée de Pro A. Comme son coach Kyle Milling pour qui Limoges a surfé des vagues « hautes mais aussi très basses », le meneur américain (13 points, 4 rebonds, 6 passes mais 6 balles perdues en 28′) a reconnu les failles du CSP dans sa défaite sur le Rocher hier après la rencontre en conférence de presse

Lire la suite »

Au Parisien, Boris Diaw raconte sa vie de Parisien

Dans un article paru ce week-end, Le Parisien raconte la vie parisienne de Boris Diaw et ce retour au pays -il est né à Cormeilles-en-Parisis dans le Val d’Oise et a été pensionnaire à l’INSEP- même s’il a passé l’essentiel de son enfance à Bordeaux, plaît visiblement au capitaine des Bleus.

Déjà la ville de Levallois sied parfaitement à l’ancien NBAer:

 « Levallois, c’est une petite ville dans une grande ville. Il y a tout ce qu’il faut : des magasins de proximité avec de bons produits. Je vais régulièrement manger ou boire un coup à O’Fam (1, place Henri-Barbusse), qui est tenu par Félicien, le basketteur des Landes. Freddy (Fauthoux) et lui se connaissent depuis longtemps. Quand on jouait à Pau, avec Freddy, on regardait l’émission à laquelle Félicien participait (Loft Story) après les entraînements. C’était pile la bonne heure. Il propose aussi mon vin. »

Boris Diaw raconte qu’il se déplace à Paris en métro et que personne ne le reconnaît ! Il est allé au concert des Stones à la U Arena, au théâtre, devrait se rendre avec des amis au match PSG et le Real Madrid pour le compte des 8 es de finale retour de la Ligue des champions et il a évidemment ses bonnes adresses de restaurants dans la capitale.

L’intérieur des Metropolitans a également profité de ce retour aux sources pour visiter Le Louvre.

« Tous les touristes qui viennent à Paris vont au Louvre, mais moi je ne l’avais jamais visité. Gamin, je me souviens être allé à la tour Eiffel et j’y suis retourné quand j’étais pensionnaire à l’Insep. J’ai dû y monter deux fois… Mais le Louvre, jamais. C’est quelque chose que j’avais envie de faire. J’y suis allé un après-midi où je n’avais rien à faire, j’y suis resté trois heures ! »

Photo: Levallois Metropolitans

Le mini movie du derby Levallois-Nanterre

Samedi, les Levallois Metropolitans se sont appropriés le derby francilien face à Nanterre 92, 96-91. Le club nous propose ce mini movie avec les plus belles actions du match.

Maxime Roos (2,02m, 22 ans) s’est mis en valeur avec 14 points avec un 4/6 à trois-points.

Photo: Levallois Metropolitans