"LNB"

Elton Brown aimerait terminer sa carrière en France … mais pas tout de suite

Nancy attend beaucoup de lui. Tout juste engagé en pleine opération maintien, Elton Brown (2,06 m, 33 ans) devrait faire ses premiers pas sous le maillot du SLUC samedi prochain pour la réception de Pau-Lacq-Orthez.

Sans club en ce début d’exercice 2016/17, l’Américain disputera à cette occasion son premier match officiel de la saison.

Interrogé par l’Est Républicain le costaud intérieur explique son bonheur de retrouver la France et où il se verrait bien finir sa carrière … mais pas pour tout de suite.

« Moi, je voulais vraiment revenir en France. J’ai eu des offres en CBA (ligue mineure nord-américaine), au Japon, en Italie… En France aussi, mais il y a des clubs qui pensaient que ça ne collerait pas au niveau salaire, sans même savoir… C’est là (en France) que j’aimerais terminer ma carrière. Mais pas à la fin de saison, dans trois ou quatre ans ! »

Intéressant au Paris-Levallois en 2013/14.(11,3 points à 58% de réussite aux tirs, 4,7 rebonds et 3,6 fautes provoquées pour 10,8 d’évaluation en 22 minutes) avant de confirmer la saison dernière au Havre (10,6 points à 55,9% de réussite aux tirs et 7 rebonds pour 11,5 d’évaluation en 24 minutes), l’ancien étudiant de l’Université de Virginie, seizième et dernier contrat du club lorrain (soit le maximum autorisés par la Ligue Nationale de Basket sur une saison), compte bien donné le meilleur de lui même avant de raccrocher les basket.

La retraite oui mais pas pour tout de suite.

Photo : LNB

SLUC Nancy : chronique d’une chute annoncée

Grandeur et décadence. Après dix ans au sommet, Nancy poursuit sa dégringolade. Comment en est-il arrivé là ? Lire la suite »

MVP de l’Opalico, Kyle Gibson (Gravelines) est au sommet de sa forme

« Le coach attend que je sois un leader vocal et que j’aiguille mes partenaires en défense. Je dois aussi être en mesure de marquer quand il le faut. »

Ce sont les propos tenus dans Le Phare Dunkerquois par Kyle Gibson (1,96m, 29 ans) juste avant l’Opalico, Gravelines-Le Portel. Un derby du Nord largement dominé par le BCM (89-71) qui a fait le grand écart dans le troisième quart-temps avec un 16-3 en cinq minutes qui a entraîné une avance de 14 points (56-42). Lire la suite »

Fos Provence : Fin de contrat pour Théo Leon

Fin de parcours pour Théo Leon (1,80 m, 24 ans) avec Fos Provence Basket. Arrivé au mois de novembre dernier afin de pallier l’absence de Xavier Gaillou, le meneur de jeu français vient de terminer son contrat au sein de l’équipe provençal. Celui-ci vient de prendre fin le 13 janvier dernier.

Aperçu le temps de matchs de championnat Pro B, le natif de Chambéry a compilé 3 points, 1,4 rebonds et 2,8 passes pour 3,6 d’évaluation en 16 minutes de temps de jeu.

Avec lui Fos, actuel leader de la division, s’est imposé à 7 reprises.

Photo : LNB

 

 

Double hommage à Pape Badiane

Samedi, face à Nantes, c’est la première fois que le Poitiers Basket 86 jouait à domicile depuis le décès accidentel, dans la nuit du 23 au 24 décembre, de Pape Badiane. Le club a évidemment rendu un vibrant hommage à celui qui a porté son maillot durant quatre saisons. Lire la suite »

Pro A : le Top 10 du mois de Décembre

Il y en a eu du spectacle sur les parquets de Pro A durant le mois de décembre. Voici les plus belles actions des joueurs de l’élite française avec en tête d’affiche le Chalonnais Jérémy Nzeulie auteur d’une superbe poster dunk sur le Strasbourgeois Paul Lacombe. Lire la suite »

Boulogne-sur-Mer : Tyreek Duren de retour cette semaine

Bloqué aux Etats-Unis depuis la fin d’année civile 2016 où il était reparti pour son visa de travail, Tyreek Duren (1,83 m, 25 ans) devrait faire son retour à Boulogne-sur-Mer cette semaine.

Le SOMB indique que son meneur de jeu américain devrait être de la partie pour le déplacement à Bourg-en-Bresse le 20 janvier prochain.

Absent pour la reprise, le natif de Philadelphie avait grandement manqué au collectif somiste samedi soir lors de la défaite 63-71 face à Lille.

Deuxième évaluation du groupe, il tourne à 12,3 points, 3,3 rebonds et 7 passes pour 14 d’évaluation en 28 minutes sur 8 matchs de championnat Pro B.

 

Florent Pietrus de retour pour l’Opalico

Florent Pietrus est arrivé à Gravelines-Dunkerque le 13 octobre dernier pour remplacer Fernando Raposo, touché au dos, et dont le club pouvait craindre qu’il soit hors de service pour une longue durée. Lire la suite »

Pau a retrouvé sa splendeur, Limoges a perdu son honneur

Il faut puiser dans sa mémoire pour se souvenir d’un si bel emballage avec rétros, célébration de Freddy Hufnagel et Gheorghe Muresan, près de 8 000 spectateurs dont plusieurs autres figures historiques, huées pour accueillir les Limougeauds à leur entrée sur le parquet, diffusion du match sur Facebook, tifos, chants et tout le tralala mais… rien à l’intérieur. Une coquille vide. Sur le terrain, la 100e édition du clasico Pau-Limoges fut carrément barbante car son sort s’est scellé dès les deux premiers quart-temps (23-14, 51-33) et le reste fut un long, un très long garbage time. Lire la suite »

Pierre Seillant (ex-président de Pau): « je prends toujours plaisir à voir Limoges perdre »

Avec tous les interviews réalisées des anciens protagonistes, La République des Pyrénées a pu constituer un best of des punchlines concernant les Pau-Limoges dont la 100e édition est programmée ce dimanche à 18h30.

Voici trois échantillons.

Du Palois Freddy Fauthoux, aujourd’hui coach du Paris-Levallois :

« Le titre de 1998, c’est un de mes plus gros souvenirs de joueur. La remise du trophée sous la bronca de Beaublanc c’était vraiment jouissif, presque une marque de respect, je les en remercie encore ! »

Du Limougeaud Yann Bonato, aujourd’hui propriétaire de magasins d’optique à Limoges :

« Avec les frères Gadou ou Fauthoux, tu n’étais jamais à l’abri. Ils étaient habités. Plus tard, cela a été pareil avec Flo Pietrus. Lui, il était dangereux. Bien fâché, il pouvait vous faire mal. Il a été bercé par cette rivalité et a suivi la tradition. »

Et enfin, du Président orthézien et palois Pierre Seillant, champion du genre, aujourd’hui retraité :

« Je prends toujours plaisir à voir Limoges perdre, que ce soit en Pro-A ou en Coupe d’Europe quand ils y étaient. Ils m’ont tellement maltraité, tellement insulté, hué, craché dessus… Je ne peux être qu’heureux quand ils perdent. Ad vitam eternam. C’est comme ça. »