"Vidéos"

L’Islandais Haukur Palsson passe de Rouen à Cholet

L’ailier international islandais Haukur Palsson (1,97 m, 24 ans) a choisi Cholet Basket comme nouvelle destination.

Celui-ci a été formé à Maryland (NCAA) et il a eu ensuite des contributions modestes en Espagne, à Manresa (25 matches à 1, 4 pt et 31 matches à 1, 9 pt) et à Lugo (30 matches à 6.2 pts, 2.8 rbds, 1,0 pd).

Il a eu davantage de responsabilités à Lulea en Suède (12,4 pts, 4.8 rbs, 3.3 pds, 1.4 int en 32 matches) avant de passer en Allemagne, à Weissenfels pour cinq matchs et de retourner dans son pays, à Njardvik : 17.8 pts, 7,4 rbds, 4,3 pds, 1,7 int, 1,1 ctr.

Il s’est fait connaître cette saison à Rouen, en Pro B, obtenant 12.3 pts, 4.7rbs, 4pds, 1.3ints en 26 rencontres.

Avec l’équipe nationale, Haukur Palsson a notamment joué 6 matches de Qualifications au Championnat d’Europe pour 16,0 pts, 4,2 rbds, 2,0 pds, 1.2 int et 1,0 ct.

B.J. Monteiro rempile à Caen

Elu meilleur ailier de NM1, B.J. Monteiro (1,95m, 27 ans) va accompagner le Caen Basket Calvados en Pro B la saison prochaine. Lire la suite »

Le Mans: Youssoupha Fall fait des workouts avec des franchises NBA

Licencié cette saison à Poitiers en Pro B mais sous contrat avec Le Mans, Youssoupha Fall (2,21m, 22 ans) est actuellement aux Etats-Unis où il participe à des workouts (essais) avec les Utah Jazz, Los Angeles Clippers et les Oklahoma City Thunder dans le cadre de la prochaine draft, indique le MSB sur son site.

Par ailleurs, l’intérieur Will Yeguete, qui était en délicatesse avec son genou, ce qui peut expliquer qu’il était moins performant après un début de saison tonitruant, a subi fin mai une injection de PRP (Plasma riche en plaquettes) qui s’est très bien passée. Il travaille depuis deux semaines au quotidien avec le préparateur physique du club, Alexandre Bertrand.

Pro B – Boulazac-Nantes en finale: L’analyse complète des forces en présence

Les Playoffs de Pro B ont été à la hauteur cette année encore avec du spectacle, une bonne dose de suspense et des surprises. Boulazacois et Nantais ont pris le meilleur sur leurs adversaires respectifs et se retrouvent désormais face à face pour au moins deux derniers rounds et un enjeu de taille : accompagner Bourg-en-Bresse en Pro A !

La première manche de la finale de Pro B se dispute ce soir dans un Palio qui s’annonce plein à craquer (5 200 places). Boulazac, 4e de la saison régulière aura l’avantage du terrain et la faveur des pronostics sur cette série au meilleur des trois manches. Mais gare aux Nantais qui ont réussi deux upsets successivement face à Charleville-Mézières (5e) en deux matchs secs et Fos-sur-Mer (2e) après une belle remportée en terre hostile il y a (seulement) quatre jours.

Voici l’analyse des forces en présence.

Boulazac, une « remontada » déjà historique

Il faut bien avouer qu’il s’est produit un petit miracle dans le Périgord cette saison. Pressenti parmi les favoris de la division en début d’exercice, le BBD pointait pourtant à la dernière place après 12 journées avec 8 défaites au compteur. Malgré sa victoire en Leader’s Cup en 2016 et deux parcours honorables en Playoffs (deux demi-finales), Antoine Michon n’a pas résisté à ce départ catastrophique et a été remplacé par un Claude Bergeaud motivé comme au premier jour par ce nouveau challenge. Visiblement, l’ancien sélectionneur tricolore a su trouvé les mots justes pour recharger les batteries d’un groupe homogène, entre les anciens et les jeunes loups bourrés de talent.Résultat, quatre mois après sa prise de fonction et grâce à une fin d’exercice en boulet de canon (9 victoires sur les 13 derniers matchs), les Boulazacois arrachaient la 4e place de Pro B. Après avoir remarquablement sorti Le Havre puis Evreux, les voilà en finale, prêts à offrir à leurs supporters un retour en trombe en Pro A, quatre ans après une expérience rapidement avortée, en 2012-2013.

L’homme fort : Claude Bergeaud, le coup gagnant

Forcément, au vu de son parcours, l’arrivée de Claude Bergeaud a redonné de l’espoir et une bonne dose d’ambition à tout un club. Mais avoir un tel nom sur son banc ne suffit pas pour accomplir les exploits. Même si sa prise de fonction s’est faite dans la précipitation, comme il expliquait mi-janvier à Basketeurope, coach Bergeaud a une nouvelle fois montré toutes ses qualités de meneur d’hommes. Le Palois de cœur s’est d’abord attelé à redéfinir les priorités, à commencer par la défense. Car comme les autres clubs du top 4, c’est d’abord grâce à sa défense que Boulazac a refait surface. Sous l’ère Bergeaud, c’est à dire lors de 18 derniers matchs de la saison régulière, le BBD a tourné à 67,8 points encaissés par match. Personne n’a fait

Abonnez-vous pour lire tous nos articles Premium et la suite de celui-ci.
*
Prénom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Merci de renseigner des données valide.
Prénom invalide. Merci de renseigner un prénom valide ou nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Nom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Merci de renseigner des données valide.
Nom invalide. Merci de renseigner un nom valide ou de nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Adresse email
Vous devez renseigner votre adresse email
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Cet e-mail est déjà enregistré. Merci d'en choisir un autre.
*
Mot de passe
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Merci de renseigner des données valide.
Veuillez entrer au moins 5 caractères.
Sélectionnez votre moyen de paiement
Numéro CB
Le numéro de carte ne peut pas être vide.
Veuillez entrer au moins 16 chiffres.
Maximum 16 chiffres autorisés.
Date d'expiration - Mois (MM) :
Le mois d'expiration ne peut pas être vide.
Année (AA) :
L'année d'expiration ne peut pas être vide.
Cryptogramme
Le nombre CVV ne peut pas être vide. Il s'agit des 3 chiffres présent au dos de votre CB
Quel moyen de paiement souhaitez utiliser ?
Déjà abonné ? Connectez-vous
Abonnement Premium En savoir plus
Valider

Photos: Laurence Ekperigin et Valentin Bigote (Hermine), Claude Bergeaud (Boulazac)

Tous les transferts de Pro A & Pro B au jeudi 8 juin

Comme chaque année, la période estivale va donner droit à de nombreux transferts. Qui part, qui reste, qui arrive dans votre club favoris ? Vous le saurez en consultant nos tableaux des transferts régulièrement mis à jour :


Un oubli ? Une information ? Contactez la rédaction.

Photo: Lahou Konate du Mans à Nanterre (FIBA Europe)

Pro B : Jean-Marc Dupraz nouvel entraîneur de Lille

Jean-Marc Dupraz (44 ans) sera l’entraîneur du Lille Métropole Basket pour les deux prochaines saisons. Il succède à Nedeljko Asceric qui devrait très probablement rejoindre l’Hermine de Nantes. Lire la suite »

Vidéo : retour sur la saison de Sekou Doumbouya

A 16 ans, Sekou Doumbouya est un des plus grands espoirs du basket français. Le jeune ailier a même effectué ses débuts professionnels avec Poitiers en Pro B, et ce, avec réussite. Lire la suite »

Jamal Shuler va quitter Monaco

Après deux saisons sur le Rocher, Jamal Shuler (1,91 m, 31 ans) va quitter l’AS Monaco cet été. Le joueur l’a annoncé sur les réseaux sociaux. Lire la suite »

Villeurbanne – Strasbourg: une série sens dessus dessous

C’est toujours à la fin de la foire que l’on compte les bouses et comme il fallait se garder de faire des commentaires sentencieux après les deux premiers matches au Rhénus, évitons d’écrire l’histoire après les deux autres manches à l’Astroballe. Disons simplement que cette série de demi-finales de playoffs marche sur la tête puisqu’alors que depuis la nuit des temps jouer à domicile est considéré comme un avantage certain, souvent déterminant, les deux équipes sont incapables de s’imposer sur leur sol.

L’ASVEL l’a confirmé hier (64-68). Ce fut sa 11e défaite en 20 matches de Pro A à l’Astroballe et Obuzzer est allé puiser dans ses archives pour indiquer qu’il faut remonter à la saison 1992-93, alors que le club frôlait la mort avant la reconstruction autour du trio Marc Lefèbvre-Gregor Beugnot-Delaney Rudd, pour constater pareille déconvenue (8 défaites en 15 matches). A l’inverse, la SIG a obtenu une 10e victoire de suite à l’extérieur où elle est invaincue depuis le 11 février.

Aussi bien Charles Kahudi, encore une fois magnifique (14 points) que son coach J.D. Jackson étaient incapables de donner une explication à cet étrange paradoxe et tous les deux se projetaient déjà sur le Match 5 qui sera décisif.

« Malheureusement, ça se vérifie encore que l’on est moins à l’aise à domicile », commentait Charles Kahudi en conférence de presse. « Défensivement, en deuxième mi-temps, on n’est pas dedans, on s’est relâché. Et puis on met un seul tir à trois points dans le match… Voilà, on repart à 0-0, c’est maintenant un match pour la finale ! Et je n’ai pas envie d’être en vacances vendredi soir ! »

« On a complètement raté notre fin de troisième quart-temps… » ajoutait J.D. Jackson. « Après, c’est très serré jusqu’au bout, mais sur la fin, on a perdu notre rythme, on était trop statique, trop crispé. Je n’explique pas nos difficultés à domicile… Contrairement à dimanche, j’ai le sentiment d’avoir davantage perdu le match. Mais il reste la belle, et on sait que l’on a nos chances, on l’a déjà prouvé par le passé. Il faut retrouver la force mentale pour vendredi. »

Le sel des playoffs

Alors que A.J. Slaughter et Erving Walker (pas un point à la mi-temps, 9 pour le premier au total, rien pour le second) souffraient, c’est leur compatriote Romeo Travis (13 points, 9 rebonds) qui faisait un job gigantesque bien aidé par l’hyper actif Paul Lacombe (18 points, 7 rebonds) et un Jeremy Leloup ressuscité (11 points dont 3/8 à trois-points). Les Alsaciens ont aussi fait mieux encore que les Villeurbannais dans un domaine où ceux-ci excellent: la défense.

Pour sauver la peau de son équipe, Vincent Collet, qui fêtait hier ses 54 ans, s’est appuyé sur un groupe resserré et c’est Mam Jaiteh (5 minutes de jeu seulement) qui en a fait les frais.

« On a été moins en maîtrise que dimanche, on aurait pu être relégué plus loin à la mi-temps, on s’en est bien sorti. Et de toute évidence, l’ASVEL a eu beaucoup de pression dans les dix dernières minutes, ce dont on a profité parfaitement. Cette série est excellente pour le basket français, c’est ce qui fait le sel des playoffs ! » estimait le coach de la SIG.

L’année dernière, c’est l’ASVEL qui menée 2-0 en finale s’était imposée finalement 3-2. Cette fois… On verra!

Photo: Jérémy Leloup (FIBA Europe)

 

 

 

Salaires Paris-Levallois: Vincent Poirier va bientôt changer de banquier

Louis Campbell avec Paris-Levallois

Lire la suite »