Interview Livenews Premium

SIG Strasbourg : La réussite digitale (2)

Au-delà de sa récente réussite sportive depuis l’arrivée de Vincent Collet à la tête de l’équipe, la SIG s’est considérablement étoffée dans le domaine du digital sous la présidence de Martial Bellon. L’efficacité de son site et de ses réseaux sociaux est devenue exemplaire.

Le première partie du dossier est ici.

Sigstrasbourg.fr a pour double objectif de bénéficier à l’image du club et aussi d’accroître les ressources financières. Une boutique en ligne avec la vente de produits dérivés doit apparaître sur le site sous deux ou trois semaines, mais trop peu de commandes sont à prévoir pour entraîner d’importantes rentrées d’argent.

En revanche, le site et les réseaux sociaux contribuent au boom du ticketing et des abonnements. C’est le digital qui a permis à la SIG de comptabiliser 1 600 abonnés particuliers alors qu’elle venait d’échouer une quatrième fois de suite en finale des playoffs, que Vincent Collet avait déposé temporairement sa casquette de capitaine et que les premières semaines de l’actuelle saison avec le Finlandais Henrik Detmann à la barre furent calamiteuses. Aujourd’hui, plus de 80% de la billeterie sont assurés par le biais du site.

« Il y a trois ou quatre ans, on vendait encore minimum cinq à six cents billets les soirs de match. Aujourd’hui, c’est 150-200, » confirme Aymeric Jeanneau. « En allant sur le site, on peut s’asseoir virtuellement à sa place, tourner son téléphone pour voir la salle en 3D de gauche à droite. Il faut créer des produits qui donnent envie d’acheter. »

A l’époque où Ricardo Greer et David Andersen étaient Strasbourgeois, des connections venaient de République Dominicaine et d’Australie. Des internautes chinois suivent la SIG. Lorsque Frank Ntilikina a eu droit au New York Times et que le site a publié l’article, cela a créé du buzz au niveau international mais il est retombé un peu en attendant les jours qui vont précéder la draft. Au-delà de l’anecdote, il est acquis que le rayonnement de la SIG va au-delà de la frontière de l’Alsace puisque les habitants du Bas-Rhin et du Haut-Rhin ne représentent que 25 des 45 000 fans sur facebook.

 

« On peut faire 9-10 millions avec l’économie strasbourgeoise mais pour passer à 12-15 dans 10 ou 15 ans, il faudra sortir de l’Alsace »,

 

La SIG a à sa disposition un vivier énorme encore peu exploité avec la concentration urbaine qui existe de l’autre côté de la frontière, de Karlsruhe, en Allemagne, à la Suisse. Il faut savoir qu’une ligne de tram existe désormais entre Strasbourg et Offenbourg, la ville allemande qui se trouve juste de l’autre côté du Rhin. Et que deux journalistes allemands sont accrédités en permanence au Rhenus pour suivre les matches de la SIG. Et si les Alsaciens parlent souvent l’allemand, les frontaliers de l’autre bord se débrouillent généralement en français.

Lorsque, en avril dernier, la SIG s’est retrouvée face à Galatasaray en finale de l’Eurocup, elle a reçu 20 000 demandes mais le club a estimé à 25-28 000 le nombre de spectateurs potentiels, ce qui a priori constitue une sorte de record national pour un match de basket en France entre deux équipes de club. Nombre des candidatures provenaient d’Allemagne mais la présence d’une forte communauté turque dans ce pays fausse quelque peu l’analyse.

« Des Allemands viennent au match mais je ne suis pas sûr qu’il y en ait beaucoup sur les réseaux sociaux, même si on peut lire quelques posts », constate Aymeric Jeanneau. « Strasbourg, c’est quand même la capitale européenne et c’est une ville à 180°. A une heure et demie de Strasbourg, c’est 6 millions d’habitants. C’est l’une des plus grandes zones de chalandise d’Europe. La Suisse n’est pas loin non plus et il y a là-bas des entreprises, de l’argent. On n’est pas encore prêt pour faire une version en allemand du site. La traduction Google, c’est moyen. On a envie de travailler ça mais on ne peut pas aller plus vite que ce que l’on fait aujourd’hui. Il faut se staffer. »

Si la SIG à l’oreille de Jordi Bertomeu, le patron de l’Euroleague, c’est que la réfection du Rhenus qui doit entraîner l’édification d’une véritable arena aux normes du XXIe siècle, avec une capacité de 8 puis 10 000 places et 4 000m2 de surfaces commerciales, c’est du sérieux. Il lui faut trouver une entreprise qui accepte de donner son nom moyennant finances et le projet pourra être concrétisé en 2020 sinon 2021.

« On peut faire 9-10 millions avec l’économie strasbourgeoise mais pour passer à 12-15 dans 10 ou 15 ans, il faudra sortir de l’Alsace », estime Aymeric Jeanneau. « Sur nos dix derniers matches, on fait guichets fermés. On ne fait pas de pub en ville ou ailleurs, c’est donc le digital qui permet ça. C’est évident que l’on doit être encore plus performant dans ce domaine. Nos objectifs sont de développer la vente de billets. Lorsque l’on fait des vidéos, ça donne envie aux gens de venir. Bien sûr que l’on veut faire encore plus d’audience sur différents vecteurs digitaux, ce sont des carrefours d’audience pour nos annonceurs. Je n’ai pas mis d’objectifs en disant il nous faut 80 000 fans Facebook l’année prochaine mais par contre toute l’équipe est motivée là-dedans. »

 

Site Internet

100 000 visites par mois

Dont 40 000 visiteurs uniques et environ 200 000 pages vues. Le site a connu des pics spectaculaires lors des précédentes saisons en playoffs et avec la finale de l’Eurocup 2016. Ainsi, en avril 2016, mois de la demi-finale et de la finale de l’Eurocup, il a enregistré 263 550 visites, 110 000 visiteurs uniques, 574 827 pages vues…

 

Facebook 

 44 868 fans

Soit 3 908 fans de plus depuis le début de la saison. La SIG est ainsi troisième en France derrière Limoges (74 033) et l’ASVEL (62 261).

 

Twitter

35 097 abonnés 

Soit 16 102 abonnés de plus depuis le début de la saison. La SIG se rapproche de Limoges qui est n°1 avec 37 470 abonnés et garde à distance l’ASVEL qui compte 15 402 abonnés.

 

Instagram

 10 770 abonnés

Ce chiffre permet à la SIG d’être le club de ProA le plus suivi sur ce réseau social. Elle recense 2 770 abonnés de plus depuis le début de la saison.

 

Youtube

 806 abonnés

Le club occupe la troisième place du podium des clubs de ProA, derrière Limoges et ses 2 027 abonnés et Cholet qui en compte 845.

 

 Quelques chiffres

Les derniers mois ont permis à la SIG Strasbourg de battre de nouveaux records historiques du club :

72 

Le nombre de matches joués la saison dernière (34 en saison régulière de Pro A, 10 en play-off, 24 en Coupes européennes, 2 en Leaders’Cup, 1 en Coupe de France, 1 au Trophée des Champions). Seuls trois joueurs les ont tous joués : Rodrigue Beaubois, Bangaly Fofana et Jérémy Leloup. Le précédent record datait de la saison précédente (70 matches). En 2013/14, la SIG Strasbourg avait disputé 60 rencontres contre seulement 44 en 12/13.

51

Le nombre exceptionnel de matches retransmis à la TV sur les 72 joués durant cette saison 2015/16.

13

Le Rhenus (6 100 places) a fait le plein à 13 reprises durant la saison dernière.

1 621

Le nombre d’abonnés cette saison pour suivre les matches au Rhenus (+20% par rapport à la saison dernière).

3 217

Avec les billets vendus aux abonnés et aux partenaires, plus de la moitié des billets sont réservés à chaque match de Pro A.

 

 

Commentaires   |  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *