Autre

Interview : Alexis Ajinca (partie 1 – Equipe de France)

alexis-ajinca
Après Rodrigue Beaubois (lire son interview), et en attendant (on l’espère) Joakim Noah, Basket USA s’est intéressé à un autre NBAer absent de cet Euro : Alexis Ajinca.

Présent au début de la préparation, l’intérieur des Bobcats n’a pas convaincu Vincent Collet, et c’est depuis Charlotte qu’il suivra le Championnat d’Europe.

Disponible et bavard, Alexis a bien voulu parler de tout avec nous, de son passage chez les Bleus, de ses projets, et de sa future saison avec les Bobcats.

Mais d’abord, Eurobasket oblige, voici son avis sur l’Equipe de France.

Basket USA : Quel regard portes-tu sur ton parcours en équipe de France ?

Même si je ne suis pas resté longtemps, j’ai quand même pas mal appris. Ça a été un bon passage pour moi, j’ai appris à connaître des nouveaux coéquipiers. Vraiment, c’était cool.

Penses-tu avoir progressé durant ton passage en sélection ?

Je ne sais pas trop, c’est pas trop à ce niveau là que j’ai progressé. En fait, ce n’est pas trop en trois semaines que j’ai progressé. En revanche, si je continue à travailler tous les étés, je ne pourrais que progresser .

Tu es d’accord avec Vincent Collet lorsqu’il dit qu’on progresse plus en équipe de France que lorsqu’on fait des workouts individuels  ?

On va dire que c’est complètement différent. Ça dépend des joueurs. En Equipe de France, tu n’as pas le temps de progresser sur tes points faibles contrairement aux workouts.

Comment décrirais-tu Vincent Collet comme coach ?

Très bon coach, il a des bonnes idées de jeu et c’est bien pour l’équipe de France .

Es-tu surpris de voir évoluer Nicolas Batum à ce niveau ?

Non pas du tout. Ça fait plusieurs années que je joue avec lui, et je sais de quoi il est capable. Franchement, je ne suis pas étonné.

Avec quels joueurs as-tu le plus d’affinités, on t’a vu proche de Johan Petro notamment…

C’est vrai, on discute bien avec Johan. Il y a aussi Boris avec qui je m’entends bien. En fait,  je m’entends super bien avec la plupart des joueurs. Vraiment, il n’y a aucune personne que je n’aime pas du tout .

Pour finir sur le chapitre France, tu pourrais nous parler de tes projets d’investir à Saint Etienne ?

Effectivement, j’aimerais investir dans le club. J’y suis passé et il me tient à cœur. J’aimerais discuter avec les sponsors, être présent au conseil d’administration… Mais pour l’instant c’est qu’un projet, il n’y a rien de concret.

As-tu parlé de ce projet avec Boris (qui s’investit à Pau et Bordeaux) ?

J’en ai parlé un peu avec Boris. Mais je n’ai pas un contrat comme Boris ou Tony. Ce que je souhaite, c’est être présent dans les structures du club.

Demain : Alexis Ajinca : « mon modèle, c’est Kevin Garnett »

Crédit photo : DR
Acheter Magazine Basket Europe
Commentaires   |  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *