Autre

Boris Diaw : « on peut gagner et perdre contre n’importe qui »

boris-diaw

Ce soir, à 21h00, la France entame la deuxième phase face à un adversaire largement à sa portée, la Macédoine. En cas de victoire, les Bleus obtiendraient déjà leur billet pour les quarts-de-finale.

Mais à l’image de Boris Diaw, les Bleus restent prudents, et au micro de RMC.fr, il confirme que cet Euro est plus ouvert que jamais.

Boris, vous débutez ce soir le 2e tour de l’Euro face à la Macédoine. Qu’est-ce que cette équipe vous inspire ?
C’est une équipe qui ne cesse de progresser. On l’a vu ces dernières années. Il y a désormais de nombreux joueurs macédoniens qui évoluent en Europe. Alors méfiance…

En cas de victoire, vous seriez déjà qualifiés pour les quarts de finale. Quels seraient les avantages de cette situation ?
Le plus dur sera fait. Le but aujourd’hui, c’est d’abord la qualif’ pour les quarts de finale et ensuite être le mieux placé possible.

La France sera-t-elle favorite face à la Macédoine ?
Je ne pense pas. On est la dernière équipe qualifiée. On est un peu le petit Poucet de cet Euro.

Votre principal adversaire, c’est vous ?
C’est nous et les autres aussi. Il y a quand même pas mal de belles équipes en face. Il ne faut pas croire qu’à chaque fois qu’on perd un match, c’est parce qu’on a mal joué. Maintenant, si on y est physiquement et mentalement, on n’aura rien à se reprocher.

Vous avez plus de certitudes désormais sur le jeu et sur le potentiel de cette équipe de France ?
Je ne pense pas. C’est un Euro très serré. On a vu beaucoup de nations perdre contre des équipes réputées plus faibles. On sait qu’on peut gagner et perdre contre n’importe qui.

Intégralité de l’interview sur RMC.fr

Crédit photo : Michael Ponomarenko / France Sports
Acheter Magazine Basket Europe
Commentaires   |  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *