Autre

La France décroche son billet pour le Mondial !

ronny-turiaf

Incroyables Français ! Menés de 19 points en première période, les Bleus renversent le cours du match pour finalement s’imposer 80-68 face à la Turquie.

Dans le sillage d’un Tony Parker de gala (28 pts, 10 pds, 4 rbds) et d’un Nicolas Batum aérien (13 pts et un poster dunk exceptionnel !), les troupes de Vincent Collet décrochent du même coup leur ticket pour le Mondial 2010 en… Turquie (et l’Euro 2011 en Lituanie).

Dimanche, la France jouera le match pour la 5eme place face au vainqueur de la rencontre Russie-Croatie.


Si certains ont éteint leur téléviseur ou leur PC après 15 minutes de jeu, on les comprend, mais ils peuvent désormais le regretter. En effet, la France aux deux visages a encore frappé. Nuls comme c’est pas permis pendant 15 minutes (menés de 19 points), nos Bleus ont fait preuve d’un moral d’acier pour revenir dans le match, et finalement s’imposer.
Et quand on dit « nuls », c’est vraiment « nuls ». Balles perdues, maladresse aux tirs, pas d’activité en défense. Pendant un quart-temps et demi, on a retrouvé la France du début de match face à la Lettonie. Une France qu’on a envie de gifler pour la réveiller.
En face, une Turquie, sans Ilyasova, sans doute groggy par la défaite face à la Grèce, mais une Turquie adroite. Écœurante d’adresse même à 3-points. Et voilà comment les Bleus se sont vus rapidement menés de 19 points (31-12 à la 12e, puis 33-14 à la 14e). Et puis, le Turcs n’ont voulu, ou pu, mettre la tête des Bleus sous l’eau.
Et au lieu de se retrouver à -20 ou -25, l’Equipe de France s’est mise à jouer. Rien de bien transcendant mais la défense était enfin présente. Un contre de Koffi. Un rebond de Diot. Des lancers qui rentrent.
Et voilà les Français revenus à -7 (39-32) grâce à un 18-6. A la pause, 43-32 pour la Turquie. La moitié du chemin est faite.

Au début de la deuxième mi-temps, nos Bleus sont présents d’entrée. Les détail qui tuent : Boris Diaw joue en 4, et Antoine Diot est à l’arrière avec Tony. C’est un pari gagnant. Bobo distribue le jeu comme aux Bobcats, et Diot enfile les paniers comme avec les Bleuets. Et hop, nous voilà à 47-42 en faveur des Turcs après seulement trois minutes.
En face, les Turcs ne sont plus les mêmes. La tête et les jambes n’y sont plus. C’est le moment que choisissent Tony Parker et Boris Diaw pour faire la différence. Le premier distribue les caviars (10 au total), et le second plante à 3-points.
Et finalement, après être passé brièvement devant (53-52), la France prend pour de bon les rênes du match (59-55) sur un 3-points de Flo Piétrus, et une passe de… Tony Parker.
Le reste, c’est une Equipe de France libérée avec un Tony exceptionnel. La classe biberon du groupe se fait plaisir avec Diot qui fait une passe en arrière pour Nicolas Batum qui s’envole pour un dunk digne d’un Top 10 NBA.
Les Bleus ont la banane. L’écart grimpe (78-61, + 17 à 3 minutes de la fin). Vincent Collet et ses assistants exultent.
Finalement, 80-68. La France, fidèle à sa réputation, nous a fait passer par toutes les émotions. Mais l’essentiel est là : un billet pour le Mondial 2010.
Avec sept victoires pour une seule défaite dans cet Euro, c’est mille fois mérité !

Les joueurs

Antoine Diot : C’était Antoine (Rigau)Diot ! Maître d’orchestre et adroit de loin. 19 ans mais déjà un boss sur le terrain. Son tandem avec Tony Parker est complémentaire.
Nicolas Batum : C’est sans doute lui qui a réveillé les Bleus par sa défense sur Turkoglu, ses contre-attaques et son activité au rebond. Auteur d’un dunk époustouflant. Il fait partie des cadres de l’équipe à seulement 20 ans…
Aymeric Jeanneau : Peu de temps de jeu.
Alain Koffi : Même s’il a raté des choses faciles, il s’est mis au diapason de ses coéquipiers avec 3 pts et 4 rbds en 12 minutes.
Ian Mahinmi : N’a pas joué.
Tony Parker : Les chiffres parlent pour lui : 28 pts, 10 pds, 4 rbds à 10/20 aux tirs. Sa confiance lui permet de toujours rebondir. 
Yannick Bokolo : Six minutes seulement mais il était là quand l’équipe a relevé la tête.
Florent Pietrus : 13 points pour Flo, auteur du 3-points qui assomme les Turcs. En défense, égal à lui-même avec ses 6 rbds et 3 ints.
Nando De Colo : il a peu joué mais tout simplement parce qu’il n’est pas entré dans son match. Des mauvaises passes, des hésitations, et Vincent Collet a compris que seul Antoine Diot pouvait filer un coup de main à TP.
Boris Diaw : Boris tel qu’on le connaît. un shoot pris (et réussi) mais une grosse activité (3 pts, 4 rbds, 3 pds). Sorti sur blessure (entorse à la cheville).
Ronny Turiaf : Les arbitres étaient pas trop sévères et le guerrier en a profité. Des contres, des gros rebonds et… surtout une exceptionnelle activité en défense où on l’a vu monter sur toutes les prises à 2.
Ali Traoré : Entré au plus mauvais moment, on ne l’a pas revu par la suite.

france-turquieCrédit photo : Michael Ponomarenko / France Sports
Acheter Magazine Basket Europe
Commentaires   |  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *