Autre

Les quatre chantiers de l’équipe de France

Vincent Collet a dévoilé mercredi le nom des 18 joueurs qui débuteront le 25 juillet à Pau la préparation pour le championnat du monde. Et clairement, quatre gros chantiers vont occuper le staff des Bleus ces prochaines semaines.
Revue des travaux à venir.

Qui sera effectivement présent ?

C’est la première question qui occupe pour l’instant les esprits. Car parmi les 18 noms cités hier par Vincent Collet, plusieurs pourraient ne jamais rejoindre Pau fin juillet pour le début de la préparation. Joakim Noah “focalise votre attention et vos espoirs, a lancé l’entraîneur aux journalistes présents. Les miens aussi.” Collet a rencontré le joueur il y a deux semaines avec Crawford Palmer et Patrick Beesley et assure qu’il a “vraiment perçu une forte envie de sa part” de rejoindre le groupe. Mais cette venue reste conditionnée à la resignature du nouveau contrat de Joakim Noah avec Chicago. Selon le coach de l’ASVEL, “comme Joakim est quand même une priorité pour les Bulls, on peut espérer que ceux-ci soient amenés à le reconduire plus vite que prévu et dans ce cas, Joakim pourrait intégrer vraiment l’équipe de France”. C’est en tout cas ce que tout le monde souhaite. En attendant, la FFBB n’a aucun contrôle sur la situation et reste dépendante du bon vouloir des dirigeants des Bulls. De son côté, Vincent Collet se dit prêt à attendre “assez tard” l’arrivée du pivot, même si, officiellement, la date du 25 juillet est avancée comme deadline.

La deuxième grosse incertitude concerne le Manceau Antoine Diot, blessé au dos en quart de finale des playoffs de Pro A face au Paris-Levallois. Ses deux mois d’indisponibilité doivent en principe le tenir éloigné des parquets jusqu’au 20 juillet. Sera-t-il en mesure de reprendre du service cinq jours plus tard ? Vincent Collet le souhaite, mais il sait que cela pourrait être compliqué. Là encore, le staff des Bleus ne peut qu’être spectateur de cette situation et devra attendre les futures nouvelles médicales, rassurantes ou non.

Enfin, les deux jeunes pivots Ian Mahinmi et Kevin Seraphin ne sont pas certains, eux non plus, de rejoindre le groupe France à Pau. Le premier doit trouver un nouveau club. “Les San Antonio Spurs ne concervent pas Ian et de ce fait il devient free-agent et est dans l’attente d’un contrat”, a annoncé Vincent Collet, en précisant toutefois que les informations “collectées vont dans le sens d’une signature possible assez rapidement”. Quant au second, il devrait être drafté le 24 juin par un club NBA et pourrait donc être contraint par son futur employeur de tirer un trait sur l’équipe de France cet été.

Une hiérarchie bousculée

En l’absence de Tony Parker et compte tenu des incertitudes planant autour de la présence de certains joueurs, la hiérarchie devrait être bousculée par rapport à l’Eurobasket 2009. Si Joakim Noah est du voyage, il deviendra bien évidemment l’un des joueurs majeurs de la sélection et l’un de ses leaders. Tout comme Nicolas Batum. “Pour nous il était très important qu’il revienne et je ne cache pas qu’il va être à nouveau l’un des joueurs majeurs de la sélection. Il avait déjà été important l’an passé, il pourrait l’être encore davantage cette année. Sa polyvalence en particulier pourrait nous aider, à la fois en étant un apport pour aider les meneurs de jeu dans leur tâche, mais également en termes de leadership”, a expliqué son ancien entraîneur au Mans. Sur la lancée de sa belle campagne 2009 (tournoi qualificatif et championnat d’Europe), le joueur des Blazers devrait donc vraiment prendre les commandes de l’équipe de France cet été.

À ses côtés, Mickaël Gelabale “aura également un rôle important”. Pour Vincent Collet, ce retour “était une évidence”. “C’est un joueur que j’ai toujours beaucoup apprécié, parce que c’est un joueur qui ne mange pas le jeu, qui bouge très bien, qui prend bien les intervalles, bon défenseur, et j’espère donc que ça fera avec Nicolas Batum une très bonne paire d’ailiers.” Ça tombe bien, nous aussi !
Enfin, et c’est peut-être là que pourrait se trouver la révélation de ce championnat du monde, il y a le cas Ian Mahinmi. S’il venait et dans le cas où Noah serait absent, le coach des Bleus souhaiterait visiblement s’appuyer sur lui. “J’espère vraiment que Ian sera signé rapidement et qu’il pourra rejoindre l’équipe de France en confiance. Les passages qu’il a faits cette année avec les Spurs ont été plutôt positifs et il pourrait, vu la situation, être un joueur important de la sélection”, a-t-il reconnu. Mahinmi, nouvelle arme absolue des Français dans la raquette ? J’imagine que cette idée va en laisser plus d’un perplexe.

La suite sur Au rebond

Offre spéciale Noël - Basket Europe, choisissez votre cadeau
Commentaires   |  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *