Autre

Cherokee Parks prolonge à Aubenas

Août 2011 : le club d’Aubenas en NM2  réussi LE coup médiatique de l’été en signant Cherokee Parks, l’ex NBAer qui avait quitté les parquets pro en 2004.
Drafté en 12e position par les Mavs en 95 et après 10 saisons dans la grande ligue, c’est avec une certaine curiosité que nous nous demandions ce qu’allait faire le grand tatoué au fin fond de l’Ardèche.
Depuis, 10 mois se sont passés et nous avons contacté Jean-Louis Volle, le président de l’US Aubenas Basket, afin de faire le point sur la saison du club et de son phénomène :
« Cherokee Parks est un grand Monsieur et un basketteur qui n’a rien perdu de ses qualités. L’adaptation à la terre ardéchoise a été immédiate. Sportivement, Cherokee est un véritable extra-terrestre en NM2, il a fait une remarquable saison après un temps d’adaptation au championnat français. Très humblement, il avoue que l’on court moins en NBA mais que les ballons vont beaucoup plus vite. La configuration de l’équipe d’Aubenas l’a obligé à jouer plus que prévu initialement (30’ en moyenne par match). Le temps que le coach et ses coéquipiers s’adaptent à ses 2m11, à ses très grands segments, à son shoot supersonique à trois points et à son style de jeu très altruiste, Cherokee a survolé les débats dans les airs et a rapidement mis entre 20-25 points et pris 15 rebonds par match. Sa présence a subjugué l’équipe et quand il a été écarté des terrains pour une blessure consécutive à un choc reçu à l’entrainement, ses coéquipiers se sont serrés les coudes et ont continué sur leur lancée pour finir troisième derrière Monaco et St-Chamond qui montent en NM1. La salle des sports d’Aubenas n’avait pas connu une pareille affluence et ambiance depuis bien des années, un club de supporters s’est même créé.
Aujourd’hui il est rentré aux États-Unis pour profiter de ses vacances et il sera de retour la saison prochaine. »
Pari réussi donc pour le club ardéchois. Plus qu’une simple attraction, et au-delà du cadre sportif, la venue de l’ancien joueur de Duke fut avant tout une formidable aventure humaine entre le joueur et son club d’adoption.

Photo : Seb-G

Commandez le magazine papier Basket Europe
Commentaires   |  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *