Autre

Preview Pro A : les outsiders

C’est ce vendredi à 19h30 que la Pro A reprend ses droits. Comme le veut la coutume, le champion sortant lancera les hostilités : Nancy et ses Couguars s’attaqueront à leurs voisins dijonnais.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, Basket Europe vous propose d’y voir plus clair avec une preview des forces en présence.

Après les favoris, on s’intéresse aujourd’hui aux outsiders.

Le Mans Sarthe Basket

La saison dernière a été un véritable calvaire pour JD Jackson. D’abord, c’est Alain Koffi qui se blesse, puis c’est Antoine Diot qui doit également rejoindre l’infirmerie. Pour couronner le tout, les pigistes embauchés par le MSB (Kakiouzis, Lewin) n’arrangent rien à la situation. Dans ce marasme, seul JP Batista s’en est bien tiré (23 points en playoffs).

La page est maintenant tournée, Le Mans veut renouer avec la sérénité même s’il faut pour cela revoir les ambitions à la baisse. Le recrutement, en tous cas, va dans ce sens. Après l’expérience Pellin, Jackson voulait à tout prix retrouver un meneur fort qui permette de distribuer le jeu. Avec Taylor Rochestie qui a raflé le trophée de MVP de l’EuroChallenge il y a deux ans, l’option est clairement de redonner son importance au poste 1. A l’arrière, le titulaire est clairement Alex Acker qui nous doit une revanche après un exercice inconstant la saison dernière. Dans les ailes, ce sera aux deux K de saisir leur chance : Koffi et Kahudi, l’un de retour de grave blessure (genou) et l’autre en plein boom depuis son été lituanien. La raquette sera encore ancrée autour du roc brésilien Batista, secondé du rookie William Coleman, beau bébé de 2,08m. Mais la nouveauté vient du poste 4 avec la recrue de l’ancien parisien et choletais, Marcellus Sommerville. Polyvalent à souhait, le champion 2010 permettra par son shoot extérieur aux athlètes Kahudi, Koffi, Kouguere, Acker et espérons-le Diot de créer en pénétration.

Mis en difficulté comme jamais, JD Jackson ne peut plus tomber plus bas dans sa Sarthe d’adoption. Professant un retour à des systèmes d’attaque plus simples et plus efficaces, il devra rapidement trouver une alchimie sous peine de retrouver cette inconstance qui avait plombé la saison passée.

 

Elan Chalon / Saône

Remportant le premier trophée de son histoire avec la coupe de France 2011, l’Elan Chalon espère bien, comme son nom l’indique, continuer sur son élan. Avec un effectif quasiment identique à celui de l’année dernière – fait ultra rare en Pro A – Greg Beugnot compte bien capitaliser sur le collectif créé l’an dernier autour du trio Tchicamboud – Schilb – Aminu. Et derrière ces trois lascars, il y a un noyau dur très sérieux avec du talent sur tous les postes : Bryant Smith le vétéran, Nicolas Lang le shooteur, Joffrey Lauvergne le prospect, Evtimov le puncheur, et JBAM l’enforcer. Un peu à la NBA, chacun a un rôle très défini dans l’équipe. Et ça marche.

Revenu au bercail pour s’investir dans ‘son’ club de cœur, Steed « l’escroc » Tchicamboud a déjà réussi son pari avec ce premier titre. Mais auréolé d’une médaille d’argent, il ne serait pas contre continuer la récolte. Et si le match des champions leur a échappé malgré un bon retour en seconde mi-temps, les Chalonnais auront à cœur de continuer à progresser avec un groupe uni autour de ses diverses personnalités et d’un coach fort en gueule.

Entente Orléans Basket

Originale dans sa présentation d’avant-saison, l’équipe de Philippe Hervé veut repartir sur des bases saines. Caracolant en tête du championnat en 2009 (et finaliste), la chute a été lourde depuis avec une saison galère l’an dernier, durant laquelle le club a dû serrer les fesses toute l’année sous la pression de la relégation.

Les dirigeants ont donc tranché dans le vif : fini le pari jeune (Vaty, Moerman, Curti). Place à du concret et des vétérans de la ligue. C’est ainsi qu’on retrouve bon nombre d’anciens soldats d’Hervé du temps de l’Asvel (Sangaré, Greene, Sy) ou du temps d’Orléans (Banks). L’idée est de reprendre pied dans l’objectif final du club : à savoir, la grande salle de 10 000 places à l’horizon 2015.

L’effectif présente beau avec à la mène un duo français Pellin – Sangaré ; qui pourront également jouer ensemble si l’ancien Milanais se décale en poste 2. La polyvalence est d’ailleurs un critère fort dans les rotations orléanaises avec « l’Amiral » Sy qui pourra également alterner en ailier fort ou ailier shooteur, tout comme Maleye N’Doye le sénégalais. Il faudra particulièrement suivre le premier qui, s’il retrouve son niveau Asvelien qui l’avait vu couronné meilleur joueur français du championnat, permettra sans aucun doute à Orléans de franchir un cap. Avec pour seul rookie US, David Monds, Hervé ne prend que peu de risques et veut au contraire retrouver une forme de sérénité autour de son équipe. Pas étonnant de voir des valeurs sûres comme Brian Greene ou Georgi Joseph (pour le combat). Et avec des vétérans revanchards, tel Marco Pellin qui voudra prouver son véritable niveau après sa saison ratée au Mans, ou Banks à Limoges, ou Sy déjà à Orléans, les risques sont minimaux quand la marge de progression semble, elle, assez grande.

Chorale Roanne

Avec sa nouvelle Halle Vacheresse (passée à 5 000 places), Roanne valide son nouveau statut de place-forte de la Pro A. Toujours commandée de la main de fer dans un gant de velours de Jean-Denys Choulet, la Chorale présente le second budget de la ligue. Et elle l’a, semble-t-il, usé à bon escient cette fois-ci (cf. le flop Ricky Davis). Avec l’inaltérable roc nigérian Uche Nsonwu-Amadi à l’intérieur, le fragile mais très fort Dylan Page en 4, Solo Diabaté décalé en poste 2 pour de bon, Choulet a voulu renforcer les points faibles de la saison dernière. Et avec Andre Barrett et Rick Jackson, il semble avoir eu le nez creux. En effet, le premier sort d’une saison blanche, après une carrière de globe-trotter de la NBA et un Final Four avec le Barça en 2009. Sa petite taille ne devrait pas l’handicaper en Pro A et, au contraire, sa qualité d’organisateur de jeu est exactement le profil recherché. Pour Jackson qui sort de Syracuse, le ciel sera la limite, comme on dit. Costaud, athlétique et super actif, l’intérieur pourrait surprendre et former avec Uche un duo intérieur effrayant. L’autre arrivée américaine est celle de John Holland qui jouera l’essentiel des minutes au poste 3 en qualité de scoreur.

Derrière ce cinq qui se dessine (Barrett, Diabate, Holland, Page ou Jackson, Uche), Choulet pourra compter sur des joueurs de rôle tel Thomas Larrouquis, Philippe Braud comme gâchettes attitrées et Alexis Tanghe comme intérieur besogneux si celui-ci décide enfin d’accepter son destin.

L’ensemble est complet même si le banc semble relativement court. JDC ne s’en inquiète pas tant que l’ambiance interne du groupe reste saine et productive.

Commentaires   |  11 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Da_Spark dit :

    Le mans va finir 4ème de la saison régulière et remporter le championnat .
    Rochestie meilleur meneur de la Pro A (derrière Parker mais il compte pas …)

    • MP3 dit :

      J'espère aussi qu'ils mettront une branlée à Nancy histoire de rappeler à Batum qui sont les meilleurs 🙂

      • Twiix54 dit :

        Batum le sait déjà qui c'est les meilleurs, pour ça qu'il est venu chez nous a Nancy :), allez je vous souhaite de vous maintenir même si ça va être dur 🙂

  • deidara dit :

    Le titre cette année est pour Chalon !!!

  • storybasketball dit :

    Aller Chorale !!!!

  • koryalstraz dit :

    C'est Orléans Loiret Basket (OLB) et pas Entente Orléans Basket

  • tom2306 dit :

    Rochestie meilleur meneur ptete pas non plus, sa défense c'est pas Linehan, mais oui il est très fort, il est surtout plus clutch que Pellin et Diot réunis la saison dernière, donc pour Diot retrouvé une place ça va être chaud. Par contre je ne veux pas paraitre méchant, mais Koffi sur l'aile ça va pas le faire lol, et donc Le Mans se retrouve avec le mm probleme que l'an dernier quand ils avaient Coville, un jeu qui peut être un peu trop axé sur les interieurs, pq quand tu mets Koffi-Colleman, pour les avoir vu en Eurocup, c'est pas des shooters et ils se marchent dessus. Par contre j'approuve le recrutement de cette année, que je trouve bien meilleur que celui de l'an dernier, mm si la "dream team" d'il y a 2 ans n'est tjs pas remplacé (Wright, Spencer, N'Doye, Salyers (mm si j'aimai pas), Batista). Une équipe bien plus complète, avec des bons jeunes dont on ne parle pas (Henry Kahudi, Kevin Mendy et Thomas Ceci)

    • Anthawson dit :

      Dream Team d'il y a deux ans.. J'aime tes blagues 🙂 Il y a 3 ans c'etait une vrai Dream Team… Et puis Sommerville peut jouer a l'aile, Koffi c'est un interieur.
      A l'aile donc tu as: CLK et Sommerville…
      CLK est donc un ailier physique est bon shooteur
      Sommerville est un 4/3 qui quand se decale a l'aile va trouver son shoot a 3 pts

  • LaTruelle dit :

    Où vous voyez le gant de velours chez Choulet ? C'est surtout une p..ain de main de fer !!
    Sacré Choulet, il ne dit pas toujours que des choses intelligentes mais je l'adore. Au passage, le choix de Ricky Davis l'an passé n'était pas le sien.

  • Lebrooon dit :

    Depuis quand Koffi est un aillier ?????? erreur sur la personne la !!