Autre

Tony Parker réussit un coup de maître pour sa première

Le patron est de retour. Et l’Astroballe affiche complet pour l’occasion. Il faut dire que les 2 000 premiers arrivés se voyaient offrir le maillot de Tony Parker. Un geste plein de classe pour charmer encore plus des fans déjà enamourés.

Et avec un calendrier qui s’annonce ardu (Gravelines, Cholet, Nancy), l’Asvel est quasiment dans une situation de « must win ». Parker a répondu présent avec 21 points et 6 passes et une pléiade de shoots importants dans une victoire étriquée contre Paris (75-73).

Hilton 4 étoiles, TP fait déjà des siennes

Mais sur le terrain, c’est Paris Levallois qui se dresse. Dans le premier quart, l’Asvel déroule son jeu. S’il avait été mis à mal la semaine dernière contre Roanne (et critiqué pour ça), Hilton Armstrong nous la joue 4 étoiles. Il inscrit 8 points avec des dunks planants et pèse d’emblée sur le match. Paris est dans les cordes et déjoue complètement.

Les hommes de Christophe Denis abusent du shoot extérieur alors qu’en face, TP nous offre ses premiers slaloms spéciaux. L’écart est déjà important quand Fofana assène un dernier dunk (29-14, +15).

Lamont Hamilton est alors lancé dans le bain, mais il patauge. C’est seulement quand Paris se met en défense de zone que les hommes verts (en noir) ralentissent leur tempo. Ils sont à leur tour contraints à prendre des shoots extérieurs. Leur adresse passe de 65% à 21% entre les deux périodes.

Malgré une bonne entrée de Jamie Skeen, Paris revient au contact sur un 3 points de Jawad Williams (39-33) mais Phil Goss lui rend la monnaie de sa pièce et marque presque un panier de voleur au buzzer. L’Asvel domine mais se fait peur (42-33).

Lamont Hamilton remonté comme un coucou

Et Paris-Levallois revient avec les mêmes intentions d’entrée de jeu. Ils infligent un 13-2 qui les fait passer devant (44-46). Et le premier responsable, c’est Hamilton. Le pivot parisien, bougon de nature, se rebiffe violemment. Interceptions, gros shoots, and one plein de hargne, il rayonne sur le troisième quart. Résultat: 14 points, 9 rebonds, 8 fautes provoquées. Une énorme activité !

L’évaluation de la période est de 21 à 0 à quelques minutes de sa fin. L’Asvel n’a marqué que 7 points en 8 minutes ; s’est pris un 22 à 9. Les chiffres ne mentent pas, TP est sur le banc et les hommes de Pierre Vincent rament complètement. Conclusion parfaite : Vinny Bang Bang alias Vincent Masingue rentre une claquette miraculeuse au buzzer après trois ratés incroyables de Morandais aux lancers !

Tony Parker taille patron

Paris rentre finalement ses shoots extérieurs avec notamment un Chatfield saignant (16 points). Mais le crunch time approche, le plan Parker est déjà en marche. Le meneur international enfile deux shoots à trois points, puis un autre shoot contesté en périphérie. Il met son équipe sur son dos et Villeurbanne commence par un 10-2.

Avec 10 points sur la période, 21 en tout plus 6 passes, Parker a remobilisé ses troupes. Et même quand Morandais rentre enfin un trois points, l’Asvel parvient à reprendre les commandes du match. Jamie Skeen en combattant (13 points), Tillie à l’usure (6 points, 6 rebonds), Goss avec le shoot décisif (10 points), les Villeurbannais sont allés chercher cette victoire avec les tripes (75-73).

Feuille de match

Photo : Asvel.com

Commentaires   |  8 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • RondoCs dit :

    ça s'est pas joué à grand chose, ils terminent à 9/9 aux lancers contre 11/19 pour paris…

    Si on rajoute l'anti sportive imaginaire & l'erreur de la balle en sortie à 2 minutes de la fin c'était cuit

    A quand les temps morts en plein jeu en PRO A comme en NBA ? Cela permettrait d'avoir des fins de matchs moins degueu!

  • HawkEye dit :

    C'est simple, sans TP l'ASVEL perd ce match…mais bon cétait à prévoir d'un des meilleurs meneurs NBA. Du très haut niveau, notamment au 4e quart ou il prend les choses en mains avec 3 gros shoots de suite. Sans parler des bons ballons qu'il a réfilé toute la soirée à Goss (j'aime bien ce joueur) qui a mis des gros shoots aussi.

    Paris a vraiment pas démérité. ils ont fait un match solide avec des séries ou ils alternaient le bon et le pas bon. mais cette perte de balla a la fin du match les a tout simplement tué.

  • FJ13 dit :

    On parle beaucoup de la grève des arbitres, mais ce soir (sans remettre la défaite des parisiens uniquement là dessus) on a vu que ça avait des conséquences sur ce match. Rien que dans le money time, une faute sur Morendais qui donne une sortie à l'asvel (WTF ?!) alors qu'avec ces 2 lancers, il y aurait pu avoir égalité. ''Fin bon comme tout le monde l'a dit, c'est TP qui a tué le match.

  • NBAers dit :

    T = top
    P = player

  • Vince3469 dit :

    J'étais à l'Astroballe ce soir (merci pour le maillot !)
    Très bon premier quart, une bonne circulation de balle, TP qui fait jouer, des bonnes rentrées des jeunes (les 5 en même temps à un moment donné :s)

    Puis l'ASVEL est retombé dans ses travers des années précédentes… plus de mouvements, plus de balle dessous… du jeu statique en périphérie… et on a eu l'impression de revoir l'équipe de France d'il y a quelques années… Balle à Parker et démerde toi (ou écartez vous, je me démerde…)

    Bref pas brillant dans le jeu en 2 ème (merci l'adresse de Parker et de Paris).

    Ca risque d'être très dur pour l'ASVEL quand TP repartira…

  • 3pt_shot dit :

    Avec tous les rebonds qu'ils ont gagnés, tous les shoots qu'ils ont ratés, les Parisiens auraient pu l'emporter malgré un début de match calamiteux.

    TP a sorti le grand jeu quand il le fallait alors que l'ASVEL allait sombrer. C'est là où on l'attend pour faire la différence et bien qu'il n'ait pas la même forme de l'Euro (c'est normal), il a été capable de prendre ces tirs décisifs.

    L'ASVEL est une équipe jeune qui doit encore beaucoup apprendre. Parker et Hilton Armstrong doivent être présents dans le jeu pour encadrer cette équipe qui est bien faible au rebond. Il manque à mon avis un autre intérieur, au moins un type qui peut jouer 3-4 si on ne peut pas en trouver.