Autre

Preview Euroligue : groupe A

Lundi, le CSKA Moscou lancera les hostilités de la compétition reine du Vieux-Continent contre le Zalgiris Kaunas en match avancé. Les autres rencontres se dérouleront les 19 et 20 octobre avec le déplacement du SLUC en Italie du Nord, à Cantu.

En attendant, BasketEurope se propose de vous présenter les 24 équipes dispatchées en 4 groupes qui se disputeront les tickets pour le Top 16. 2 équipes de chaque groupe seront évincées à la fin du premier tour.

Aujourd’hui, focus sur le groupe A : celui de Nancy avec notamment l’Olympiakos, Vitoria et le Fenerbahce. Va y avoir du sport !

Bennet Cantu

Joueurs majeurs : Marconato – Basile – Leunen – Markoishvili

28 ans que la ville attendait ça. Après avoir régné sur le basket européen pendant les années 70 jusqu’à l’apogée et un back-to-back en 1982 et 1983 en tant que vainqueur de l’Euroligue, Cantu a connu une grosse période de doutes. Et c’est clairement le maillon faible du groupe. Pour son retour dans le grand bain, le coach Andrea Trinchieri sait que ce sera par le collectif que la victoire arrivera. Avec des « vieux de la vieille » tels Marconato, Mazzarino (au club depuis 2005) ou Gianluca Basile, plus des joueurs de devoir comme Leunen et Markoishvili, et de jeunes talents comme Artsiom Parakhouski, Andrea Cinciarini et David Lighty, Cantu dispose de quelques armes. Mais pour retrouver le lustre d’antan, il faudra encore patienter.

Bizkaia Bilbao

Joueurs majeurs: Banic – Jackson – Lopez – Fischer – Hervelle

C’est la petite bête qui monte, qui monte, qui monte de l’autre côté des Pyrénées. Finaliste l’an passé en ACB, double demi-finaliste de l’Eurocoupe ces deux dernières saisons, Bilbao a su créer un noyau dur qui continue d’engranger les victoires. Autour de Banic, Mumbru, Jackson, Hervelle et Janis Blums, l’équipe basque a opéré un recrutement intelligent avec les arrivées de joueurs aux palmarès longs comme un bras : Raul Lopez (du Real), Roger Grimau (du Barça) et D’Or Fischer (du Real). Solide à tous les postes, mais sans véritable star, les joueurs de Fotis Katsikaris essaieront encore une fois de puiser leur force dans un collectif soudé.

Caja Laboral Vitoria

Joueurs majeurs: Bjelica – Heurtel – Séraphin – Teletovic – Prigioni

Vitoria, c’est d’abord un coach : Dusko Ivanovic. Double vainqueur de la compétition en tant que joueur (1989 et 1990 avec Split), il n’a malheureusement pas encore touché au Graal en tant que coach (défait en 2001 et 2005 avec Vitoria). Il a fait revenir Pablo Prigioni au bercail et compte avec notre frenchy Thomas Heurtel sur un duo de meneurs de bonne facture. A l’arrière, c’est l’ancien dijonnais et Warrior Reggie Williams qui sera la pièce maîtresse. San Emeterio, le champion d’Europe, Pau Ribas et Brad Oleson seront sur le banc pour offrir du shoot et de la défense. Le shooteur bosniaque Teletovic (9 tirs à 3 points réussis en un match l’an passé : record Euroleague égalé) sera titulaire à l’aile et les deux Bjelica, Nemanja et Milko, se partageront les minutes sur le poste 4. Deuxième cocorico au poste 5 avec la présence de Kevin Séraphin qui se fait sa place à sa manière, à savoir, à base de dunks, contres et rebonds autoritaires.

Fenerbahce Ulker Istanbul

Joueurs majeurs: Ukic – Onan – Savas – Preldzic – Sefolosha

 

Le Fener croit dur comme fer que 2012 sera son année. Accueillant le Final Four sur ses propres planches, l’équipe de Neven Spahija veut être au rendez-vous en mai prochain. Auteur du doublé Coupe – Championnat l’an passé, les objectifs se déclinent naturellement à l’échelle européenne maintenant. Et avec une traction arrière composée d’Ukic qui était meilleur scoreur et meilleur passeur de son écurie, plus l’énergizer Onan et le shooteur Bogdanovic, le Fener a des arguments à faire valoir. L’arrivée de Thabo Sefolosha (pour pallier la blessure à la jambe de Marko Tomas) rend encore plus athlétique l’ensemble et permettra davantage de souplesse en rotation d’Emir Preldzic qui avait percé pour la Turquie au dernier Euro. La peinture est blindée avec les mastodontes Savas et Vidmar, plus le vétéran Mirsad Turkcan et le nouvel arrivant James Gist.

Olympiakos Le Pirée

Joueurs majeurs: Antic – Spanoulis – Vasilopoulos – Keselj – Printezis

Une petite révolution de palais au Pirée: exit Teodosic et Papaloukas. Le nouveau patron, c’est Spanoulis. Le meneur grec sera le relais sur le terrain d’un Dusan Ivkovic revanchard après sa sortie de route à l’Euro avec la sélection serbe. Ce dernier a d’ailleurs ramené dans ses valises le serial shooteur Marko Keselj (« ce diable ! ») ainsi que le pivot macédonien, Pero Antic. Au rayon arrivées, on constate également un afflux de jeunes rookie US comme Kalin Lucas, Kyle Hines ou encore Matt Howard. Sera-ce suffisant pour faire oublier les départs de l’été ? Rien n’est moins sûr. Mais avec les vétérans locaux Vasilopoulos, Printezis et Papadopoulos, les jeunes devraient être bien tenus et la raquette devrait être bien protégée. Les ingrédients de vitesse, de hauteur, de shoot extérieur sont tous présents au départ ; reste à voir ce que le chef cuistot Ivkovic va pouvoir nous mijoter.

SLUC Nancy 

Joueurs majeurs: Akingbala – Linehan – Batum – Amagou – Moerman

Le meilleur pour la fin: Nancy a-t-il les moyens d’atteindre son objectif: le Top 16? C’est le but affiché depuis le début, c’est ce pourquoi Nico Batum est venu en Lorraine (pas seulement pour sa traditionnelle quiche), et si Jean-Luc Monschau et ses joueurs savent que le défi est de taille, ils savent également qu’il est possible. Avec une raquette fournie en grand gabarits (Akingbala, Badiane, Pourchot), un poste 4 complet et complémentaire (Samnick – Moerman), un ailier de classe mondiale (Batum), un meneur redouté de tous (Kobe y compris), le SLUC possède de bons arguments. La question principale sera de savoir si Jamal Schuler pourra apporter à ce niveau et si le manque de second meneur ne sera pas trop préjudiciable. Amagou peut filer un coup de main, mais ni lui, ni Kenny Grant ne semblent capables de tenir la pression défensive niveau Euroleague. De toute manière, dans ce groupe A, il faudra se transcender et ne pas lâcher de matches à Gentilly.

 

Commentaires   |  8 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • T'es quand même calé en basket européen Emmanuel ! C'est limite toi qui écrit tous les résumés et previews des matchs européens !

    Bravo ! 😉

  • RondoCs dit :

    Belle preview merci c'est plus clair

  • diddoo dit :

    Ce qui est fantastique avec le lock-out, c'est cette découverte du basket européen. Et c'est du lourd! Depuis l'Euro je ne décroche plus…
    Un conseil à M. Stern: faites en sorte que la saison reprenne vite, sinon, vous risquez de perdre quelques fans (clients!) à travers le monde.

    Merci M. Laurin pour cet article aussi intéressant que complet.

  • wapra0 dit :

    Ca va être dur pour Nancy. Ils devraient pouvoir laisser Cantu derrière, mais le reste…

    • A.I. dit :

      Attention à pas trop enterrer les italiens trop vite. Collectif en place depuis 2 saisons, des joueurs de devoir, une défense collective déroutante, un 4 flamboyant en la personne de Leunen et surtout un futur top coach européen (Trinchieri).

      Groupe très homogène !

  • NBAers dit :

    ça va etre très très dur comme chaque année !
    mais impossible n'est pas Français !!!

  • RayRay dit :

    Citer Heurtel dans les joueurs clés de Vitoria mais pas San Emeterio, c'est une blague j'espère?

  • Alexis7 dit :

    Bel article mais en tant que supporter de l’olympiakos je ne peux me retenir de faire qq remarques :

    – vasilopoulos n a pas joué les deux dernières annéeset est toujours blessé. Que fait-il dans les joueurs majeurs ?

    – kelselj est la depuis un an deja ! Ce n est pas un nouveau joueur comme antic ! Et il est transparent en club !! En 30 matchs de championnat, il a mis 17 3pts au total alors qu il est capable d en planté 7 en un match en sélection !! En faire un joueur majeur me surprend…

    – vous parlez du depart de papaloukas (qui n apportait plus grand chose a 34 ans) mais pas du meilleur pivot de l equipe : bourousis !

    – et enfin, arretez les allusions a l euro ! C est l euroleague maintenant ! Ivkovic, si il prend une revanche, ca sera contre le pana ou sienne et pas contre je ne sais qui suite a la cata serbe de cette été !

    J espere que vous n avez pas fait autant d erreurs dans les analyses des autres equipes !! Y a encore du bouleau en terme debasket europeen…