Autre

Band Of Brothers : les Aboudou et les Badiane

Cette dernière journée donnait lieu à une incongruité intéressante : deux fratries se retrouvaient confrontées sur deux parquets différents.

D’abord à Poitiers, où Pape accueillait son frère Moussa de Nancy. Et à Dijon, où Lens Aboudou recevait la visite de son frérot Jordan de Chalon.

BasketEurope vous propose de revenir sur ces deux « visites de courtoisie ».

Le présent : le Pape et le Mouss’

Alors que Pape surfait sur la vague roannaise de succès en 2007 (titre et As), son petit frère (un an et demi les sépare) Moussa faisait ses classes sur les bancs du SLUC Nancy. Comme son aîné, il avait fait le choix de partir aux Etats-Unis dans la fac d’East Carolina (Pape était à Cleveland State) mais à l’inverse de son frère, son chemin en Pro A était semé d’embûches.

« Pape a toujours été un modèle pour moi, j’ai essayé de suivre son parcours. Il m’arrive de lui demander des conseils, mais ce n’est pas souvent. C’est surtout lorsque cela ne va pas, c’est bien de pouvoir s’appuyer sur son vécu. On s’appelle régulièrement mais on parle peu de basket, on a beaucoup d’autre sujets de conversation. »

Redescendu d’un niveau, Moussa va briller jusqu’à s’abroger le titre de MVP au sein d’Aix-Maurienne. Il est maintenant revenu à Nancy où il avait débuté, et son frère est content de le voir jouer dans une équipe du haut de tableau.

« Je suis content que Moussa soit dans la meilleure équipe française et découvre l’Euroleague. Moussa a beaucoup travaillé. Je ne lui ai donné des conseils que lorsqu’il en demandait car je voulais le laisser faire son chemin. Je suis content qu’il ait pu accéder à ce niveau. »

Et toujours dans les colonnes de la Nouvelle République, Moussa reconnaît que cette rencontre a tout de même un goût spécial pour les frangins.

« Quoi qu’on en dise, cela reste forcément particulier car nous évoluons sur le même poste, on défend donc l’un sur l’autre. Personnellement j’aime bien, c’est toujours sympa de se retrouver dans un contexte de haut niveau. »

Au final, Pape marque 10 points plus 7 rebonds et 2 passes en 20 minutes, mais c’est Moussa (2 rebonds en 9 minutes) qui remporte le match.

Le futur : Jordan et Lens

« C’était sûrement son anniversaire ce soir… »

Ironique mais également un peu blasé de la tournure des événements, le meneur Bobby Dixon de la JDA défaite par Chalon l’a un peu mauvaise en fin de soirée contre son jeune adversaire du soir, Jordan Aboudou.

Car le meneur dijonnais vient de perdre (77-75) mais surtout de voir ce gamin né en 1991 lui passer 14 points en 27 minutes, dont 11 dans le premier quart-temps. Et tout ça à 100% de réussite !

Comme le confirme le Bien Public, Greg Beugnot a déjà le béguin pour son petit :

« Il a beaucoup travaillé, il s’est accroché et aujourd’hui c’est la plus belle des récompenses. Il peut rêver d’une énorme carrière. Je ne connais pas d’autres joueurs avec une telle polyvalence et un tel volume physique. D’ailleurs, il faut qu’on m’explique pourquoi on ne l’a pas pris en équipe de France de jeunes cet été… »

Son grand frère (d’un an) Lens Aboudou a lui eu moins de chance. Il n’a pas mis les pieds sur le parquet et il repart avec la défaite dans le sac.

Photo : Sébastien Jawo – PB86
Commentaires   |  6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *