Autre

Nouvelle fin de match cruelle pour Le Mans

En lever de rideau, Le Mans se déplaçait en Ukraine à Mariupol. Le voyage est long, les titulaires sont usés, les Ukrainiens sont très costauds dans la peinture. Bref, il faudra en imposer.

Le troisième quart-temps complètement raté (25-14) du MSB leur a été fatal. Ils n’ont pu revenir sur le tard et ont encore gâché des ballons en fin de match comme à Chalon. Ils tombent court (79-76) mais gardent leur goal-average sous contrôle. C’est un moindre mal…

Un bon début puis le vide

Le début du match répond aux attentes. Le MSB prend le meilleur départ et mène 15-8. JD Jackson en profite pour reposer ses cadres ; Rochestie, Acker et Batista se posent sur le banc tôt dans le premier quart mais les oranges gardent leur avantage. Les 10 points de Sommerville et les jeunes Kahudi et Mendy y sont pour beaucoup.

Mais Mariupol tient également avec Pecherov et Ewing deux joueurs de grande qualité. Et ils le prouvent avec 12 points chacun à 4/5 à trois points en cumulé. On assiste à un match tenu, mais les manceaux pêchent par manque de dureté en périphérie. Trop de pénétrations faciles et Mariupol revient (43-43à la pause).

Pecherov – Ewing : duo gagnant

Et le retour des vestiaires est bien difficile pour les visiteurs. Arrivés dans la nuit à 5h du matin, les organismes se crispent soudainement côté sarthois. Les ukrainiens infligent un 25-14 qui tue le MSB. Pecherov, l’ancien Wizard revenu au pays, brille avec 20 points et 8 rebonds. Son compère Daniel Ewing est présent aussi avec 21 points et 7 passes.

Le duo démantèle la défense mancelle. Coleman essaie de colmater les trous, Acker se montre parfois inspiré (12 points et 6 passes), Batista fait ce qu’il peut (12 points) et Rochestie (15 points et 5 passes) maintient le cap. Mais le retard était trop grand. Le Mans revient à -4 (74-70) mais c’est trop dur.

Les pertes de balle et le shoot manqué de Rochestie pour arracher la prolongation tuent les espoirs de victoire mancelle. Dans la défaite, l’équipe de JD Jackson se consolera d’accuser un faible débours au goal average.

Commentaires   |  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *