Autre

Euroleague : un groupe A ultra serré

Outre les chocs de la soirée d’hier qui mettaient aux prises, l’invincible armada russe du CSKA et Malaga, et Nancy à l’Olympiakos de Pirée, il y avait trois autres matchs.

Et deux parmi ces trois concernaient directement le groupe A de Nancy. Et à la fin de la phase aller, le moins que l’on puisse dire, c’est que ce groupe est serré. 3 équipes à 3 victoires – 2 défaites, 3 autres à 2 victoires – 3 défaites. C’est tendu et ça promet de belles empoignades pour les matches retour.

Fenerbahce – Cantu (85-83)

C’est après prolongations que le Fener a pu venir à bout de cette équipe italienne plus accrocheuse que jamais. Thabo Sefolosha a sorti les actions qui font mal, en plus de ses 14 points et 7 rebonds statistiques. Il permet à l’équipe turque de s’imposer de justesse à domicile.

Les acteurs du match côté Ulker, Onan et coach Spahija, ont à ce titre tenu à remercier leurs supporters après le match, reconnaissant n’avoir pas joué leur meilleur basket mais réussissant à gagner grâce au soutien des fans. Le meneur termine meilleur marqueur avec 18 points, et voit encore de la marge de progression pour son équipe, et elle est essentiellement mentale.

« Ce soir, on a bien joué à la fin du match. Il y a de la pression dans cette équipe et je ne comprends pas pourquoi. Notre confiance est parfois à des niveaux très bas sans raison. Il faut que l’on reste agressif. Tant que l’on met la pression sur l’adversaire, on aura du succès. L’an passé, nous tenions nos opposants à 65-70 points, ce n’est plus le cas. Cette victoire, même si nous avons du passer par la prolongation, va nous faire du bien au moral. Nous devons remercier les fans au passage. Ils ont été fantastiques malgré notre horrible performance contre Turk Telekom. Merci à eux. »

Vitoria – Bilbao (84-89)

C’est la surprise du groupe A : Vitoria s’incline chez elle contre son rival basque de Bilbao, et avec un 11-0 reçu dans les dernières minutes du match. Alex Mumbru (14 points), Kostas Vassiliadis (21 points) et Marko Banic (12 points) sont les trois bourreaux de l’équipe du Caja Laboral.

Eux qui sortaient déjà d’une défaite amère contre Nancy, la colère de Dusko Ivanovic risque de faire trembler les vestiaires. A l’image de Teletovic (26 points et 8 rebonds), l’équipe qui recevait s’est littéralement crispée dans la fin de match et n’a pas su faire la différence.

« On a terminé le match comme on l’avait commencé : sans calme. Il est évident qu’ils ont joué avec beaucoup plus d’aplomb. On a perdu beaucoup trop de ballons, particulièrement dans les moments clés, et ils en ont profité. Maintenant, nous sommes dans la même situation qu’au départ, il nous faut gagner trois matchs et on sera qualifié » ruminait le coach de Vitoria.

Pour Marko Banic, c’est le signe que le vent a tourné.

« Il semblerait que notre nouveau sponsor nous porte chance. On a joué le match qu’il fallait. L’équipe a bien bossé ce soir, particulièrement avec cette série de défaites dans laquelle on était tombé. Cette victoire nous met du baume au cœur. C’était difficile, on a surmonté les blessures, les problèmes de fautes, tout. On savait que Teletovic seul ne pouvait pas nous battre. C’est un travail d’équipe pour une belle victoire. »


Commentaires   |  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *