Autre

Euroligue : une soirée déjà décisive

Quatre matches de quatre groupes différents, et deux sur les quatre pèseront lourd au moment de faire le bilan final : Olympiakos – Bilbao décidera effectivement du sort des Nancéiens en groupe A, alors que l’alléchant Efes – Partizan éclaircira nettement la situation dans le groupe C.

Pour le reste, le CSKA devrait peut-être relancer Sammy Mejia car il jouera sans Andrei Kirilenko, out un mois après son terrible choc du week-end. Et la Montepaschi de McCalebb essaiera de renvoyer Kazan à ses études pour assurer sa qualification au Top 16.

CSKA, Sienne : en route pour le Top 16

Même privé de leur atout maître, le CSKA ne devrait pas avoir trop de mal à se débarrasser du Zalgiris Kaunas. Malgré son recrutement US intéressant avec Lawson et Weems, l’équipe lituanienne n’a jamais trouvé de rythme de croisière et pointe à 4 défaites avant cette rencontre.

Kazlauskas a prévenu ses joueurs : il y aura du turnover dans la rotation. Une bonne chance pour l’ancien choletais Mejia de prouver qu’il peut apporter dans sa nouvelle équipe.

« Je pense que ce match sera intéressant et je suis excité à l’idée de pouvoir en être. La perte d’Andrei Kirilenko est énorme, car tout le monde sait ce qu’il apporte sur le terrain. Et si je sais que je ne peux pas faire tout ce qu’il fait, je vais essayer d’être le plus productif possible avec les minutes que j’obtiendrai. »

Pour Sienne, qui reçoit Kazan, l’objectif sera clair : l’emporter et savourer la qualification au Top 16. L’Unics n’est cependant pas la première équipe venue car elle a gagné 2 matchs à l’extérieur, et ses vétérans Domercant et McCarty ne prêteront pas la coulpe pour se faire battre, bien au contraire dans le cas du premier cité, qui retrouvera pour l’occasion son ancien club.

Pression sur Olympiakos

Les Reds vont devoir se bouger. Accueillant Bilbao qui a le même bilan qu’eux, ils se doivent de remporter ce match pour continuer à croire au Top 16 (qui est leur objectif minimal). Pour le coach de Bilbao dont le nom chante grec, Fotios Katsirakis, « chaque match est une finale dorénavant. »

Son homologue du Pirée, Dusan Ivkovic, sait également l’importance de cette rencontre au sommet. Mais il veut dédramatiser.

« C’est notre deuxième match de suite à la maison et je suis optimiste. Bilbao sort d’une belle victoire contre Vitoria. Mais notre match à Bilbao était notre pire performance, notamment à cause des blessures d’Antic et de Papadopoulos. Mais à l’instar de ce qu’on a fait contre Nancy, je pense que l’on aura encore plus de fans ce soir pour nous emmener vers la victoire. »

Le Partizan pour la passe de 4

Belgrade avait très mal commencé avec 2 défaites, mais s’est repris de manière incroyable, et depuis l’arrivée de Milan Macvan l’intérieur serbe, surfe sur une série de 3 victoires de rang. Et ce soir, opposé à l’Efes dans sa salle du Sinan Erdem Arena qui accueillera le Final Four en juin prochain, les coéquipiers de Pekovic auront à cœur de poursuivre leur série.

Rien ne sera moins facile car de l’autre côté, Istanbul doit s’imposer. Avec leur recrutement pharaonique (Vujacic, Ilyasova, Savanovic), les objectifs sont élevés et la qualification pour le Top 16 se joue dès ce soir pour l’Efes (qui n’a pas fini de les serrer).

La programmation complète

CSKA Moscou – Zalgiris (17h15)

Olympiakos – Bilbao (18h – 22h40 sur Sport +)

Efes Istanbul – Partizan Belgrade (19h)

Montepaschi Sienne – Unics Kazan (20h45)

Commentaires   |  2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *