Autre

Le Real enfonce Milan

Pressenti sur le flanc, la mallorcain Fernandez était bien sur le terrain pour balancer un shoot incroyable ou encore lancer Ibaka dans les cieux. En tout état de cause, son Real décroche son ticket pour le Top 16 grâce à une victoire logique (72-65) contre Milan.

Le gros recrutement estival opéré par Scariolo semble résulter sur un échec. Son Milan, qui va perdre Gallinari, est en bien mauvaise posture avec cette nouvelle défaite (2-5).

Un bon Clasico ?

Qu’est-ce qui fait un bon Clasico? D’abord des joueurs de haut niveau : Fernandez, Rodriguez, Ibaka, Llull, Carroll côté Real, Gallinari, Bouroussis, Fotsis, Hairston, Mancinelli côté Milan. Check.

Et puis des histoires entre ces personnages. En première ligne, la relation sélectionneur – sélectionnés entre Scariolo et Fernandez ou Ibaka et Llull. En seconde, celle entre un Ibaka et un Gallinari, opposés l’an passé en Playoffs NBA (OKC – Denver) et sûrement encore dans un avenir proche.

En bonus, il faut du spectacle. Et on a été servi. D’entrée de match, on apprend que Rudy Fernandez sera bien présent malgré son mauvais coup sur le genou. Ce dernier nous régale d’un panier en pleine contorsion dont il a le secret.

Un alley-oop monstrueux Fernandez pour Ibaka !!!

Car le Real prend, et de loin, le meilleur départ (6-14). Si Mancinelli assure les 6 premiers points du Milan, ce sont les remplaçants Gallinari et Hairston qui remettent de l’ordre dans la maison lombarde.

A la mi-temps, ce sont pourtant les hommes de Pablo Laso qui pointent en tête (30-36) grâce, une nouvelle fois, à la présence dominatrice d’Ibaka dans la peinture. Ce dernier nous gratifie d’un alley oop tout simplement époustouflant en plein trafic sur passe de Fernandez.

Milan reprend du poil de la bête au retour des vestiaires. Ils passent un 6-0 d’entrée pour revenir à 38-40. Mais la maladresse chronique à trois points (8/30) empêche les italiens de faire douter le Real qui continue à dérouler son jeu.

Le Real tout simplement plus fort

Sergio Rodriguez est toujours présent pour organiser l’attaque mais il prouve qu’il peut également scorer (19 points). Et c’est même lui qui inscrit le trois point assassin pour tuer les derniers espoirs de Scariolo. Mirotic termine avec 10 points et 11 rebonds qui font mal à Milan.

Gallinari aura bien essayé en dernier quart de partir avec les honneurs (13 points et 6 rebonds) mais des possessions mal gérées en toute fin de match condamnent l’équipe milanaise à baisser les armes. Une des nombreuses décisions pour le moins étranges de Scariolo, pas exempt de tous reproches, qui n’a plus du tout usé (contre Ibaka) de la taille de Bouroussis  pourtant auteur d’un bon match (10 points, 9 rebonds).

Ibaka (7 points, 6 rebonds, 2 contres) et Fernandez (13 points) peuvent eux partir l’esprit tranquille ; leur Real obtient sa place assurée en seconde phase.

Commentaires   |  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *