Autre

[hommage] Ronnie Smith, le pivot voyageur

Cette nuit, Ronnie Smith, qui était devenu policier aux Etats-Unis, est décédé à l’âge de 49 ans dans un accident de voiture.

Formé dans un junior college puis une fac modeste, Ronnie Smith dut forcer le destin pour mener une carrière de basketteur professionnel. Il bourlingua sur deux continents avant d’écumer les clubs hexagonaux. Ses qualités défensives séduisirent l’ASVEL puis Pau. Naturalisé français, il participa à l’Euro 1999.

La clameur qui secoue l’Astroballe a l’air d’une explosion souterraine interminable. Ives de bonheur, 5 000 poitrines savourent un demi de Korac offert par les dix anges de la « Green Team » au terme d’un combat épique contre la Panzer division de l’Alba Berlin.

« Je n’ai jamais ressenti un bonheur aussi intense. »

L’œil humide, Ronnie Eugene Smith (2,06 m, 108 kg) débite son flot de souvenirs avec un accent « frenchie » réhaussé d’une pointe yankee. Un flot. Des vagues. Tout se mélange dans son crâne. Le sien est rasé façon G.I.

« Depuis que je suis tout petit, je n’ai pas souvenir d’avoir baissé les bras. »

C’est préférable quand on a pour mission de faire une moisson de rebonds. Lorsque Villeurbanne, club mythique en quête d’un prestige nouveau, décida de lui confier le verrouillage de sa raquette, à l’été 1995, le trentenaire ne parut guère ébranlé.

« Depuis mon arrivée en France (ndlr : en 1988 à Vichy), je n’avais jamais eu ma chance dans un club de haut niveau réellement structuré et ambitieux. Je n’allais pas commencer à me défiler… »

Un long voyage avant de trouver sa place

Oui, Ronnie avait vu du pays. Un jour de juillet 1988, il déposa sa valise près de Vichy.

« C’est un ami avec lequel je jouais en Suisse qui nous a mis en contact. »

Après l’Argentine, le Portugal et la Suisse, la France devient le quatrième champ de bataille pour ce dynamiteur de raquettes. Un pays où la traque des géants s’apparente parfois à la chasse au dahu. Son passeport français lui vaut souvent d’être traité comme du bétail.

« On m’a parfois viré sans aucune raison valable. »

Adulé un jour, largué le lendemain, recherché le surlendemain. Ronnie Smith, Noir américain battant pavillon tricolore pour les batailles européennes, déguisé en homme vert pour les joutes hexagonales, est un garçon heureux. Il déguste encore ce contre meurtrier sur la dernière tentative à 3 points des Berlinois.

Pourtant, il n’aurait jamais dû être là.

« A 16 ans, j’ai arrêté le basket pour travailler. Je bossais comme manager dans un fast food, le Church’s Chicken. »

Le CV du kid de Galveston, une petite île du Texas dans le golfe du Mexique, n’a pas de quoi épater les lycées du coin. Que ce soit à la Central Middle School ou à la Ball High School, Ronnie est mécontent. Le temps de jeu offert par ses coaches ne lui convient pas.

« Je bossais autant que les autres mais je jouais moins… »

Le goût du travail est l’une des premières valeurs que les parents Smith inculquèrent à leurs cinq rejetons. Le foyer des Smith était un véritable havre de paix.

« Je n’ai pas grandi dans un milieu pauvre tout simplement parce qu’il y a toujours eu beaucoup d’amour dans notre famille. De 5 à 12 ans, nous avons tous fréquenté la même école privée catholique. »

Arrivé au terme de son apprentissage, Ronnie va enfin se lâcher en compagnie de ses potes, abonnés aux 400 coups dans l’école publique de Galveston. Le grand trip de la bande, c’est d’aller défier les caïds des playgrounds de la « Clutch City », Houston. S’il ne porte plus le maillot de son lycée, Ronnie reste un assidu du bitume. Grand timide aux faux airs d’intimidateur, il fait le modeste.

« Je n’ai jamais été un super joueur. J’aimais le calme et la discrétion. »

Le grand saut dans la pampa

Convaincu par un autre pote, David Dergin, Smith cède à une autre tentation. Celle de revêtir la tunique d’Anderson, un modeste junior college dans le Texas. Il fait son come-back à 18 ans ! La suite s’apparentera à un jubilé géant.

« Pour moi, le basket n’est pas un métier. C’est un jeu. Voilà pourquoi je n’ai jamais ressenti la pression sur un terrain. »

Deux saisons plus tard, alors qu’il est crédité d’une moyenne de 14 points, Ronnie débarque chez les Huskers (ramasseurs de maïs) de l’université de Nebraska. Pas vraiment la crèche idéale pour se faire un prénom chez les pros. Son cursus terminé, Ronnie reprend un boulot. Que pouvait-il espérer avec ses 2.7 points de moyenne lors de sa dernière année ?

« Au bout d’un an, un pote, Stan Claudy, m’a branché sur l’Argentine. »

Le grand saut dans la pampa est digne d’Indiana Jones. Ronnie atterrit à 3 heures de Buenos Aires.

« J’étais dans un bled paumé dont je n’aurais jamais soupçonné l’existence. »

Il s’y pose pendant 13 mois avant de larguer les amarres. Direction la Suisse et Martigny (D2). Au pays du coffre-fort, Ronnie ne se soucie pas de faire sauter la banque des stats. L’adolescent qui aimait les maths a appris à ne plus calculer. Smith prend goût aux voyages. Le monde s’ouvre à lui et son cœur aux autres.

« Ma vie a complètement changé le jour où j’ai rencontré Sylvie, ma femme », explique-t-il.

Lui, l’inspecteur Columbo des raquettes, redevient un nounours docile. Sauf les jours de match. Miracle ? Non : comme toujours, cherchez la femme.

« Avant, je n’acceptais pas la moindre réflexion. J’étais impulsif, je démarrais au quart de tour. Ma rencontre avec Sylvie a tout changé. Grâce à elle, j’ai apprécié la douceur de vivre. Appris le respect des autres. Compris qu’on ne doit pas vivre au jour le jour. Elle m’a donné l’envie de fonder un foyer. »

Naturalisé français, il jouera 20 fois avec les Bleus

La France lance un « S.O.S. géant ». Ronnie répond à l’appel. Quand on évoque la sélection, son regard, doux comme une mélodie jazzy de Groover Washington ou Kenny G – ses deux musiciens préférés -, se fait sombre.

« Ce que les gens peuvent penser de moi, je m’en fous. En fait, je ne voulais pas être Français. J’étais un peu excédé par la suspicion qui pesait à une époque sur tous les Américains. C’est ma femme et ma mère qui m’ont convaincu. »

Ce passeport français n’est pas un gadget.

« Ce n’est pas parce que je suis Français que je dois rentrer sur le terrain comme on va à la plage. Je suis fier d’appartenir à ce groupe. A chaque match, je me dois d’apporter ce qu’on attend de moi. Pour l’instant, mon seul titre de gloire est d’avoir été champion de Pro B avec Besançon. »

Que ce soit sur les parquets européens ou en championnat de France, avec les Bleus ou avec la « Green Team », Ronnie Smith n’a plus qu’une obsession : gagner.

« Plus tu gagnes de matches, plus tu gagnes d’argent… », glissait-il, malin.

Au soir de sa retraite, en mai 2000, sa vitrine à trophées en disait assez long sur la question. A celui accroché à Besançon, il fallut ajouter deux Coupes de France et deux titres de champion de France de Pro A, glanés à Pau où Ronnie effectua les trois dernières années de sa carrière.

Rest in peace, Ronnie.

Palmarès

Champion de France : 1998, 1999
Quatrième de l’Euroleague 1997
Vainqueur de la Coupe de France : 1996, 97
Champion de France de Pro B : 1995
Champion de France de Nationale 2 : 1993
1 fois meilleur rebondeur français de Pro A
International A, 20 sélections

Commentaires   |  14 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Bballchannel dit :

    Très bel article. Merci.

  • MrMazure dit :

    RIP Ronnie 🙁 merci pour les souvenirs

  • Clyde The Glide dit :

    Triste nouvelle. La belle époque du basket français avec la Green Team.

  • storybasketball dit :

    RIP

  • Julien dit :

    Merci d'avoir ressorti cet article.
    Ca fait mal, il va me manquer le Ronnie, joueur a l'état d'esprit irréprochable.
    Merci a lui d'avoir participer a me faire rêver gamin.

  • polojul dit :

    En Limougeaud que je suis, Ronnie était une des "bête noire" du CSP. Cela étant, un très grand joueur a disparu, trop tôt lui aussi. Condoléances

  • Carlosss dit :

    J'ai une peine énorme là , le Ronnie s'est barré comme ça d'un coup ..Et puis la photo en hommage avec Delanney Rudd quand Ronnie s'en était allé à Pau-Orthez ..Il doit être abattu Rudd, lui est ses potos de l'époque, Georgy Adams, Bilba, Digbeu etc ..Cette clique du temps encore béni ou les français parvenaient encore à se hisser dans des Final Four, cette année ci ils tapaient du Pana ou du Barca en poule avant de se faire battre dans le dernier carré par les espagnols …
    Il fait partie de ses grands globe trotters, ces mecs bourlingueurs à la Mario Elie qui font des paquets de km et dont on se rend compte un jour qu'ils peuvent faire le bonheur de grosses teams …Ce type là avait un coeur énorme, il fait un peu partie de ma jeunesse comme à tant d'autres surement …
    Le Ronnie s'est barré, ça me fiche un coup, vraiment …

    • photocopieuse dit :

      Je sais pas si tu te rappelles Carloss : à chaque match retransmis par le service public ("Je vous par le d'un temps, que les moins de 20 ans, etc"…) dans lequel Ronnie jouait, on avait droit à la petite anecdote redondante de l'ami Patrick Montiel qui disait "Vous savez, Ronnie Smith, quand 'il est arrivé en France, c'était la 1ère fois qu'il découvrait la montagne, vous vous rendez compte".
      Bref du bon Montiel dans toute son incompétence caractérisée. Pour les jeunes d'aujourd'hui c'était notre Christian JeanPierre du basket….

      • Carlosss dit :

        Je me souviens pas de celle sur Ronnie Smith, mais il en a dit des plus énormes ..Montiel et le basket, ça reste énorme tout de même, je me souviens ce celle ou il va pour poser une question à Jordan après le Bercy 97 et ou Michael lui dit " Qui tu es toi ??" …

  • play dit :

    Un de mes premiers souvenirs basket. Vraiment triste.

  • gg8 dit :

    c'est clair, c'était un Grand Monsieur que j'ai eu la chance de croiser brièvement à l'astroballe, où, avec l'ASVEL, il était le pivot idéal. Il était très discret mais il mérite encore un plus grand hommage. RIP Ronnie

  • franck dit :

    un grand soutient à ma cousine femme de ronnie bisous de toutes la famille.

  • Meilleur Broker…

    Un veritable plaisir passez a lire cette article, je vous en remercie grandement !!!…