Autre

Final Four Euroleague : le CSKA sort le champion en titre après un match de légende

Quel match !

Improbable de bout en bout, cette première demi-finale du Final Four Euroligue 2012 a finalement marqué la sortie de route du champion en titre. Le Pana a craqué, Diamantidis a refusé le dernier shoot et finalement, le CSKA Moscou poursuit sa quête du Graal en s’imposant sur le fil (66-64).

Moscou la tête à l’envers

Dans ce qui sera bientôt un match de légende, les deux superpuissances continentales se sont livrées à une bataille féroce. D’abord complètement inégale en première mi-temps, l’équilibre des forces s’est produit en seconde période avec une fin de match à suspense, telle que l’Euroligue les a canonisées.

Kirilenko (17 points, 9 rebonds, 4 contres) n’en revenait pas après le match : comment le CSKA a pu se sortir d’une telle entrée en matière. Flashback nécessaire : la troupe moscovite pourtant surmotivée par l’enjeu commençait la tête à l’envers. Imaginez vous, le Pana passe un incroyable 29-15 à une des défenses les plus imprenables de la planète.

Le Pana avec 5 points en second quart

Coach Kazlauskas remet de l’ordre dans les rangs à l’intermède et c’est au tour des grecs de paniquer. Un 17-5 sur les 10 minutes menant à la mi-temps et Moscou est complètement revenu (34-32). Alexey Shved joue encore son rôle de joker offensif à plein (15 points en 19 minutes).

Le troisième quart est quant à lui une petite merveille du basket à l’européenne. Du jeu sous contrôle, des paniers primés avec la faute, des décalages, de la baston sous les panneaux, bref, de l’intensité ! Kirilenko donne pour la 1ère fois du match l’avantage au CSKA (41-39) et le match se débride.

Le niveau monte à Istanbul

Pas pour longtemps, cela dit. Le gong final approche à grand pas et les deux équipes n’arrivent pas à se départager. A 2 minutes du terme, on pense que Sarunas Jasikevicius (19 points) va nous refaire le coup, le vétéran lituanien dégainant à deux reprises pour créer un (petit) écart (64-60).

Mais le CSKA revient et sur un shoot ligne de fond (sur remise en jeu du même endroit) de Teodosic reprend l’avantage dans la dernière minute (65-64). La tension atteint son comble. Shved provoque Jackie le vicieux mais rate un lancer franc en route. Puis, après un lay up raté du même Saras, c’est Teodosic (12 points) qui se retrouve sur la ligne après avoir fait couler le chrono.

Une drôle de fin pour le Pana

Le Serbe se rate à deux reprises. Incroyable retournement de situation à Istanbul ; le Pana a la balle pour tenter d’emporter le match avec un tir de loin. Mais inexplicablement, la dernière possession se transforme en eau de boudin, Diamantidis (10 points mais 1/10 à trois points) refusant le shoot et Siskauskas s’en débarrassant bien vite alors que le buzzer retentit.

Le CSKA Moscou l’emporte donc de 2 petits points (66-64) en ayant réussi un superbe retour en première mi-temps, permettant une seconde mi-temps de très haut niveau. Malheureusement, la fin n’a pas été à la hauteur des espérances grecques qui voient leur titre continental leur échapper pour le concurrent moscovite.

Commentaires   |  7 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • SwagNBA dit :

    un monstre.

  • SwagNBA dit :

    bourré de fondamentaux…

  • AK-47 dit :

    Ce deuxième quart temps est un modèle de défense !

    Teodosic a failli coûter la finale au CSKA, c'est dingue comme les joueurs réputés clutch ont eu beaucoup de mal dans cette fin de match : entre Teodosic et Diamantidis (Enfin, lui il est clairement passé à coté du match…) !

    Bon, le CSKA ! Plus qu'un match !

  • Greenpierce34 dit :

    Le CSKA était le favori est a rempli son role
    Je ne vois ni le Barça (un peu moins bien ces derniers temps ) ou l'Olmpiakos ( pas assez fort tout simplement ) battre cette armada russe

  • kbmamba dit :

    Arbitrage un peu douteux quand même sur ce match même si Diamantidis a laissé passer la chance de l'égalisation.

  • TheMayoro dit :

    Je kifferais voir cette équipe du CSKA contre des franchises NBA…