"Entre deux"

Loin des Bleus, loin du coeur… Mon bilan de l’EuroBasket 2017

Après avoir couvert l’Euro 2015 à la maison, à Montpellier puis à Lille, j’avais plutôt les glandes de ne pas pouvoir suivre l’opus suivant cet été. Mais, blessures et forfaits s’amoncelant, mon amertume s’est gentiment atténuée pour laisser place à une envie d’objectivité. Renforcée par mon éloignement de l’action… et de l’Equipe de France pour le dire clairement !

Loin des Bleus, loin du coeur…

Dans cette compétition qui me tient généralement en haleine, et sous haute tension nerveuse, surtout quand la France arrive au stade des matchs couperets, je suis resté plutôt placide. Certainement car un de mes chouchous historiques, Mike Gélabale, n’était plus de la partie…

Mais, en fait, pour vibrer, il a fallu se tourner vers d’autres équipes qui n’ont pas hésité à lâcher les chevaux et proposer un basket complet. Avant de basculer dans la nouvelle saison NBA (qui s’annonce bouillante dans la conférence Ouest), voici donc mon bilan des courses du dernier Euro. Une compétition privée de beaucoup de ses stars mais toujours aussi passionnante au final ! Lire la suite »

Tribune: Comment le basket français doit-il s’adapter?

Fondateur et directeur de Time For Biz, une société de conseil qui a dans son portefeuille de nombreux clubs sportifs professionnels notamment de basket, Antony Thiodet réagit dans cette tribune à l’étude menée par la Ligue Nationale de Basket.

Lire la suite »

AfroBasket: Le top 5 des demi-finales

 

 

A voir, le top-5 des demi-finales de l’AfroBasket avec au programme John Wilkins (Maroc), Deji Akindele (Nigéria), Bryant Mbamalu (Nigéria), Radhouane Slimane (Tunisie) et bien sûr le Burgien Youssoupha Ndoye (Sénégal) dont le dunk surpuissant brise le plexis en miettes.

 

AmericaCup: Etats-Unis et Argentine en finale

 

Pas de suspense dans les deux demi-finales du Championnats des Amériques, alias l’AmericaCup, au cours desquelles les Etats-Unis et l’Argentine ont dominé respectivement les Iles Vierges (90-62) et le Mexique (84-67).

Les Iles Vierges étaient trop handicapées par les blessures pour contester la supériorité des Américains qui menaient déjà 22-10 après dix minutes. Xavier Munford a réalisé un double double (20 points et 10 rebonds).

En finale, les Etats-Unis seront opposés au pays hôte. Sans Luis Scola, blessé, les Argentins ont profité des superproductions de Patricio Garino (20 points, 6 rebonds, 3 passes et 4 interceptions) et Nicola Brussino (17 points, 8 rebonds, 5 passes) pour faire la différence.

Photo: Javier Saiz (Argentine, FIBA)

 

Américains naturalisés à l’EuroBasket : Les imposteurs

C’est désormais une constance : l’EuroBasket est truffé d’«Américains naturalisés » qui tels de véritables mercenaires viennent renforcer certaines équipes –très généralement des anciens pays de l’est- moyennant un passeport qui leur permet par ailleurs de se valoriser durant la saison en club. Ce sont de véritables imposteurs.

Lire la suite »

Les deux équipes de France à la FIBA 3×3 Europe Cup 2017

La FIBA 3×3 Europe Cup 2017 débute aujourd’hui et se terminera dimanche sur Museumplein, dans le coeur d’Amsterdam. Elle concerne 12 équipes masculines et autant en féminines.

Chez les hommes, la France est représentée comme à Nantes pour la Coupe du Monde 3×3 par Angelo Tsagarakis, Charles-Henri Bronchard, Dominique Gentil et Charly Pontes. Chez les femmes, ce seront Ana Maria Filip, Caroline Hériaud, Perrine Le Leuch et Alice Nayo.

Dans leur poule, les Français retrouvent la Russie et la Suisse, alors que les Françaises sont opposées aux Pays-Bas et à l’Irlande.

La Slovénie (hommes) et la Hongrie (femmes) sont les tenants du titre.

 

 

Belgique: Serge Crèvecoeur coach de l’Année?

La Belgique s’apprête à vivre une finale inédite entre Ostende -le grand favori- et le Brussels. Cela fait trente-huit ans que la capitale n’a pas fêté un titre national; c’était grâce au Fresh Air. La Dernière Heure a sollicité deux héros de 1979, Johnny Peeters et Jon Heath afin d’évoquer leurs souvenirs, cette confrontation de 2017, le Brussels et son coach, Serge Crèvecoeur.

Les deux anciens ne tarissent pas d’éloges sur le coach avec qui Pau-Lacq-Orthez est en contacts étroits:

 “Le travail qu’il fait depuis quatre ans avec un budget bien moins important que des équipes comme Ostende ou Anvers est incroyable, » estime Jon Heath. « L’année passée, leurs résultats étaient peut-être surprenants mais ce qu’il réalise cette année ne m’étonne pas. Serge a réussi à créer un groupe autour de lui qui veut gagner et son organisation est parfaite. Il fait un excellent boulot. Personnellement, vu la configuration actuelle, arriver en playoffs, ce n’est pas compliqué. Par contre, il faut être très fort pour aller loin et c’est ce que fait le Brussels.”

Johnny Peeters est encore plus louangeur:

 “Pour moi, il mérite d’être coach de l’année ! J’ai écouté le speech qu’il a fait avant le match décisif contre Anvers et il a prouvé qu’il avait beaucoup de psychologie pour motiver ses joueurs. Tout ce qui arrive au Brussels, c’est en grande partie grâce à lui car il a réussi à créer un groupe qui joue l’un pour l’autre. Il n’a peut-être pas le même effectif qu’une équipe comme Anvers mais quand on voit ce qu’il a réussi à mettre sur pied avec ses joueurs, c’est fantastique.”

Le fabuleux Big Three de Chalon

 

La statistique n’échappe pas à l’oeil: hier soir, le Big Three de Chalon a inscrit 59 des 84 points de l’équipe pour la propulser vers une victoire face au Paris-Levallois, 84-77.

Le Big Three, c’est évidemment le meneur John Roberson (1,80m, 28 ans), l’ailier Cameron Clark (2,01m, 25 ans) et le pivot Moustapha Fall (2,18m, 25 ans).

Le Big Three, c’est aussi 19 rebonds sur 31 et 67 des 95 points de l’évaluation.

John Roberson a été déterminant en deuxième mi-temps et plus particulièrement dans le money time. Alors qu’il s’était caché durant les vingt premières minutes (2 rebonds, 1 passe), il est ressorti de la rencontre avec 21 points, 4 passes et un sans faute dans sa spécialité maison, les lancers: 12/12. Dans ce match à fort enjeu, cela en dit long sur sa maîtrise émotionnelle.

Tandis que son rival d’en face et ancien Chalonnais Jason Rich passait complètement à côté de son match: 7 points à 3/15 avec un horrible -4 à l’évaluation, Cameron Clark a fait du Cameron Clark: 19 points à 5/12 et 9 rebonds.

Moustapha Fall, lui, avait fort à faire avec la fameuse paire d’intérieurs français Vincent Poirier-Louis Labeyrie, qui a assuré 29 points à 12/20 et 16 rebonds. Le géant chalonnais a souvent pris le dessus en un-contre-un sur Poirier même s’il a pu manquer parfois de finition (on est exigeant!). Mais là aussi ses stats sont significatives: 19 points à 9/13, 8 points, 3 interceptions et 2 contres. Et comme on le répète à chaque fois son pouvoir de dissuasion n’est pas inscrit dans les chiffres.

L’Elan Chalon mène 2-0 dans la série. S’il veut se qualifier pour la finale et remporter un deuxième titre de champion après celui de 2012 avec ce Big Three, c’est en ce mois de juin ou jamais. Car il sera dissous aussitôt le dernier match de la saison et il faudra que le coach Jean-Denys Choulet en reconstruise un pour la rentrée. C’est un spécialiste. Rappelez vous de celui de Roanne avec Dee Spencer, Aaron Harper et Marc Salyers.

Ne demandez pas qu’elle est le plus beau des deux; la question est trop difficile.

Photo: Cameron Clark (FIBA Europe)

Entre-Deux Épisode N°7 avec Jérémy Nzeulie (Chalon)

Il a quitté son club de toujours, Nanterre, pour rejoindre Chalon l’été dernier. Le bondissant arrière Jérémy Nzeulie (1,88m, 26 ans) a contribué à amener une dimension défensive à un Élan traditionnellement plus tourné vers l’attaque.

« On a toujours tiré une certaine fierté à faire des stops. Et bien sûr d’avoir Moustapha Fall ça aide encore plus, parce que parfois j’envoie les extérieurs vers le géant. Et je pense que c’est ça qui a fait notre force cette saison et qui nous différencie de l’équipe de l’année dernière : ils avaient une très belle équipe offensivement mais ils n’avaient pas notre force de défense. 

Toujours affable, le Franco-camerounais revient sur de nombreux sujets, et notamment sur le prochain défi défensif qui l’attend : contenir le virevoltant Jason Rich, arme numéro un d’un Paris-Levallois qui se dresse sur la route de Chalon en demi-finale des play-offs;

« J’aborde ça comme un challenge. C’est excitant de se dire que je vais peut-être l’occasion d’être l’une des clés de cette série en diminuant les performances du deuxième meilleur marqueur du championnat. »

Avant de retrouver l’interview complète de Jérémy Nzeulie, passage en revue de l’actualité avec Pascal Legendre. Au programme, les différents projets français pour rejoindre l’Euroleague, les Bleues en pleine préparation pour l’EuroBasket, et Maxime Weber, directeur de la publication de BasketEurope, qui vient nous expliquer les raisons du passage du site en premium. Très bonne écoute !

 

Naignouma Coulibaly rejoint le Cavigal Nice

Le Cavigal Nice a signé la pivot franco-malienne Naignouma Coulibaly (1,92m, 27 ans).

Celle-ci est forte d’expériences en France (Pleyber-Christ, Basket Landes, Mondeville, Arras) et aussi à l’étranger (en Pologne, Hongrie, Espagne et Turquie).

En Hongrie, elle fut élue MVP du championnat, en Espagne MVP des playoffs, et à Arras elle a tourné à 12.1 points, 13.4 rebonds et 17.2 d’évaluation.

Elle a également pris part aux JO de Pékin (2008) et au Mondial en République Tchèque (2010) avec le Mali.

Naignouma Coulibaly est pour l’instant la quatrième recrue du Cavigal après Géraldine Robert, Joyve Cousseins-Smith et le coach Jimmy Verove.