Etranger Europe Livenews

Dimitris Diamantidis, le Diamant éternel

dimitris-diamantidisDimitris Diamantidis, légende du basketball européen et grec, a définitivement quitté les parquets il y a quelques jours après un hommage à sa hauteur à l’OAKA, où son maillot a été retiré. Trois fois vainqueur de l’Euroleague, deux fois MVP du Final Four, MVP de la saison, des titres et trophées nationaux à la pelle… et sans oublier un tir à 3-pts assassin un soir de septembre 2005 face à la France…

Originaire de Macédoine occidentale, c’est tout naturellement que le jeune gaucher de 19 ans débute sa carrière professionnelle à Thessalonique en 1999, chez l’Iraklis. Dès ses premières saisons, Dimitris Diamantidis sera une pièce maitresse de l’effectif,  allant jusqu’en demi-finales des playoffs (perdues face à l’AEK en  2002), aux côtés d’autres jeunes talents nommés Nikos Hatzivrettas et Sofoklis Schortsanitis.

Rapide, explosif, doté d’une très bonne vision de jeu et déjà impérial en défense, Diamantidis terminera la saison 2004 avec son premier titre de MVP de la saison (14,8 points, 6 rebonds, 2,2 interceptions et 0,8 contre de moyenne !). De quoi lui ouvrir les portes du Panathinaikos, déjà vainqueur à trois reprises de l’Euroleague.

Dans un effectif pléthorique (Jaka Lakovic, Mike Batiste, Tsartaris,…), Diamantidis se fera directement sa place, tant sur le plan national que sur le plan européen, étrennant le premier de ses six titres, dont cinq consécutifs, de défenseur de l’année en Euroleague. Auteur du doublé coupe-championnat avec le Pana, Diamantidis et les siens échouent néanmoins au Final Four , battu par le Maccabi, futur champion. Mais c’est surtout sur le plan international que le Grec connaitra son grand soir, au dam des Français.

« Mets-le mon garçon ! »

Une blessure encore ouverte pour de nombreux Français, une remontée fantastique que les Grecs regardent encore avec plaisir. Inutile de revenir sur les lancers-francs manqués, sur l’occasion ratée par l’Equipe de France. Le commentaire en grec vaut encore de l’or et l’expression du commentateur reste encore dans les oreilles.

« Rigaudeau met le deuxième. 64-66, Zisis… Sept, six,.. QUI QUI ? Mets-le mon garçon, mets-le mon garçon »
– Il l’a mis ! Il l’a mis !
« Mets-le mon garçon, mets-le mon garçon! »
– Il l’a mis !

La France s’écroule, la Grèce jubile. D’autant que derrière, les Grecs iront décrocher la médaille d’or face à l’Allemagne d’un certain Dirk Nowitzki.

La belle histoire de Diamantidis ne s’arrêtera pas là, avec l’un des plus grands upsets en basket, la Grèce battant Team USA en demi-finale du championnat du monde 2006. Le joueur du Pana compilera 12 points à 66%, 5 passes décisives, 2 interceptions et 1 contre face à l’armada américaine. Malheureusement pour les Hellènes, ils se casseront les dents en finale face à l’Espagne sur un indigne 70-47.

Après cette parenthèse internationale, Diamantidis décrochera la première de ses trois Euroleagues en 2007, tout en étant le MVP du Final Four et le meilleur défenseur de la compétition. En 2011, il se paiera le luxe d’être MVP de la saison, du Final Four et meilleur défenseur de la compétition, tout en étant MVP de la saison et des finales en Grèce pour un « Triple Crown » bien mérité.

En 12 ans au Panathinaikos, et si l’on excepte sa dernière saison, Diamantidis aura toujours été constant, avec des stats oscillants autour des 9 points, 4 passes décisives, 1,5 interception et 0,5 contre. Capable de jouer sur plusieurs positions, le gaucher aura offert à la Grèce et à l’Europe une vision du jeu, une défense, une capacité à se dépasser qui manqueront à tous sur les parquets… avant de le revoir sur un banc de touche ?

Son palmarès

En club
3 Euroleague (2007, 2009, 2011)
MVP de l’Euroleague (2011)
2 fois MVP du Final Four de l’Euroleague (2007, 2011)
6 fois meilleur défenseur de l’Euroleague (2005-2009, 2011)
9 championnats de Grèce (2005-2011, 2013, 2014)
10 Coupes de Grèce (2005-2009, 2012-2016)
6 fois MVP de la saison (2004, 2006-2008, 2011, 2014)
6 fois MVP des finales (2006-2009, 2011, 2014).

En sélection
Champion d’Europe 2005
Vice-champion du monde 2006

 

Commentaires   |  2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *