Livenews LNB ProA

Pro A : la tension monte du côté de Strasbourg

strasbourgSix matchs officiels et seulement une victoire pour la SIG qui était pourtant finaliste des derniers playoffs de Pro A. Dans son édition du jour, les DNA publient une interview dans laquelle Martial Bellon, le président du club, tire la sonnette d’alarme. 

A la tête du club strasbourgeois depuis 2010, Martial Bellon, avoue être agacé du jeu que propose son équipe depuis le début de saison, entre défaites en championnat et défaite en Champions League.

« Nous ne produisons pas du beau basket, voire pas de basket du tout. En tout cas pas du basket qui nous permet de gagner des matchs. C’est préoccupant. »

Les résultats tardent à arriver dans le Bas-Rhin et la question du coaching fait, évidemment, vite surface. Henrik Dettmann est-il en danger?

« Pas aujourd’hui », assure Mertial Bellon.

Du côté des supporters, il semble pourtant être grand temps de changer d’entraîneur et de remercier le sélectionneur Finlandais qui, en plus d’être blessé au genou ce qui l’empêche de participer pleinement aux rencontres, ne trouve pas de solution pour permettre à la SIG d’être à la hauteur des attentes du directoire et des supporters.

« J’espère que l’ego des dirigeants ne les poussera pas à garder Henrik Dettmann pour se prouver qu’ils ont eu raison de ne pas continuer avec Vincent Collet… On est au fond du trou là… » envoie Cédric Litzelmann sur la page Facebook de la SIG.

Ce week-end, pour le compte de la cinquième journée de Pro A, Strasbourg se déplace à Pau le 23 octobre et se rend à Avellino le 26 dans le cadre de la deuxième journée de Champions League. Même s’il a conscience que ce sont des gros morceaux, Martial Bellon annonce qu’il commence à manquer de patience et qu’il serait préférable d’obtenir des résultats sur ces matchs-là.

« Il faut rattraper les erreurs qui ont été faites. Et il serait le bienvenu de gagner à Pau, même si c’est une équipe qui est en pleine bourre. Quant à Avellino, contrairement à la Juventus Utna, c’est une bonne équipe et on sait que ce ne sera pas simple. J’espère donc que les joueurs vont nous proposer autre chose que cette bouillie de basket. Ma patience à ses limites et là, on s’en rapproche, a-t-il conclu. »

Rappelons que lors de la saison 2011/2012, la première de Vincent Collet à Strasbourg, tout n’était pas non plus tout rose. Après cinq matchs, la SIG affichait un bilan négatif avec trois défaites pour deux victoires avant de passer à trois victoires pour autant de défaites. Fin décembre, après le match contre le BCM Gravelines-Dunkerque, l’équipe dirigée par l’actuel sélectionneur de l’équipe de France n’avait toujours pas trouvé l’équilibre (5v-7d). Au terme de la saison, la SIG pointait à la dixième place du classement avec un bilan de 14 victoires et 16 défaites.

Commentaires   |  2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *