Livenews LNB ProA

Quatrième défaite du Mans, Erman Kunter réclame du renfort

kunterEn triturant ses lunettes, Erman Kunter avait vendredi soir sa tête des très mauvais jours lors de la conférence d’après-match. Le MSB venait de subir un lourd revers à Hyères-Toulon (60-76) qui fait tâche quand on sait que les masses salariales des deux équipes ne sont pas du même tonneau (1 787 500€ contre 700 000€). D’autant que les Manceaux avaient déjà grillé un joker il y a deux semaines chez l’autre promu, Le Portel. Ils accusent aujourd’hui 4 défaites en 6 matches.

« Pourquoi on perd à l’extérieur ? C’est très simple, il faut être une équipe, avoir un esprit collectif. Aujourd’hui on n’en a pas. Je suis très déçu par certains joueurs. On peut faire de mauvais matches mais l’attitude doit toujours être là. L’attitude de certains n’est pas bonne. Je l’ai déjà dit il y a plusieurs mois : on a un problème d’effectif. Quand il n’y a pas assez de concurrence dans le groupe ça peut poser des problèmes. Aujourd’hui, je peux dire que 70% des joueurs qui étaient sur le terrain s’en foutent. Quand ils ne jouent pas, ils ne sont pas contents mais quand ils jouent il n’y a aucun impact dans le jeu. Peut-être que le message ne passe pas, il faut que je vois avec le président. J’ai déjà essayé de le voir mais il n’était pas là. »

A contrario, Le Mans a gagné ses deux matches à Antarès en Basketball Champions League et en prenant ses aises (deux fois avec le même score de 68-49 contre Venise et Khimik). Il y a aussi vaincu Strasbourg et Pau et poussé l’indomptable Monaco dans ses derniers retranchements.

« Quand on joue à domicile, c’est entre guillemets un peu plus facile. Avec le public les choses se collent, ça ne se voit pas. Je parle de vous (journalistes) et du public. Mais moi quand je suis sur le terrain, je vois ça. Il y a un problème dans le groupe. Certains joueurs ne sont pas à leur niveau et de ce que j’ai compris, ça va durer. Défensivement, on n’est pas bon. On essaye de partager les temps de jeu parce qu’on va jouer mercredi en coupe d’Europe, sauf Giordan (Watson) qui a joué un peu plus que les autres. Par contre il y a des problèmes… »

Yarou et Cornelie à la peine

Erman Kunter tapote nerveusement ses doigts sur la table :

« C’est très inquiétant ! C’était déjà inquiétant il y a un mois. Je disais « on gagne mais ce n’est pas bon ». Bien sûr il y a les blessés mais pour moi il y a une fausse concurrence. Ils disent « moi je peux jouer mieux que lui », par contre quand on voit les statistiques ce n’est pas le cas. Le problème est là. »

Depuis leur retour de blessure Mouph Yarou (4,3 pts et 2,7 rbds) et Petr Cornelie (3,0 pts et 2,3 rbds) n’ont pas retrouvé leur niveau de performance de l’an passé. Le coach turc fait clairement un appel du pied à son président Christophe Le Bouille pour que le club se renforce. Le MSB possède règlementairement une marge de manœuvre puisqu’il n’a dans son effectif que trois non-JFL et un Cotonou, mais va-t-il pour autant délier les cordons de la bourse?

Le Mans part en Finlande pour affronter Kataj mercredi et samedi, c’est le derby face à Cholet. L’état d’urgence est déclaré.

Offre spéciale Noël - Basket Europe, choisissez votre cadeau
Commentaires   |  1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • […] Avec deux victoires pour quatre défaites en six rencontres, Le Mans réalise un début de championnat qui ne correspond pas vraiment aux attentes. Plusieurs joueurs sont déjà dans le dur et n’apportent pas autant qu’espéré. De la méforme physique d’un Mouphtaou Yarou en passant par l’inconstance d’Olivier Hanlan ou les manques défensifs de Ryan Pearson, les manques sont nombreux. Et cette situation n’est pas sans inquiéter le coach Erman Kunter. «  Je suis très déçu par certains joueurs. On peut faire de mauvais matches mais l’attitude doit toujours être là. L’attitude de certains n’est pas bonne. Je l’ai déjà dit il y a plusieurs mois : on a un problème d’effectif. Quand il n’y a pas assez de concurrence dans le groupe ça peut poser des problèmes. Aujourd’hui, je peux dire que 70% des joueurs qui étaient sur le terrain s’en foutent. Quand ils ne jouent pas, ils ne sont pas contents mais quand ils jouent il n’y a aucun impact dans le jeu » a-t’-il ainsi confié à Basketeurope. […]