Entre deux Livenews LNB ProA

Pro A : Sek Henry ou l’illisibilité du championnat

departsekVoir un joueur changer de club dans le même championnat en cours de saison est extrêmement négatif pour sa lisibilité. Encore est-ce acceptable sur un plan humain pour éviter qu’un joueur français se retrouve au chômage. C’est beaucoup plus difficile à avaler pour ce qui concerne un Américain qui a le globe entier pour trouver un job. Le supporter a t-il à peine eut le temps de savoir que M. Smith avait été engagé par son club qu’il le revoit dans le camp adverse.

L’an dernier, le cas le plus spectaculaire –mais pas esseulé- fut celui de Romeo Travis qui effectua une pige à Strasbourg en Pro A et en Euroleague, du 18 octobre au 30 novembre, et qui se retrouva ensuite au Mans pour les 19 derniers matches de la saison régulière et les playoffs où le MSB… joua la SIG. Laquelle SIG a cherché en vain cette saison à le faire revenir après que Le Mans ait voulu le conserver.

En ce début novembre, c’est le dossier de Sek Henry qui pose question. L’Américain a signé à la fin du mois de septembre à Pau afin de suppléer Yannick Bokolo victime d’une blessure à la cuisse. Il a fait un passage très honorable dans le Béarn (11,2 points de moyenne). Seulement mardi, si l’Américano-Jamaïcain s’est déplacé avec l’équipe en Autriche, il a refusé de jouer le match de Fiba Europe Cup à Oberwart car on venait de lui proposer un contrat pour le reste de la saison… à Gravelines.

La valse des pigistes américains

« C’est un coup dur, parce que tant que Yannick n’est pas revenu, on a une rotation en moins. Il (Sek Henry) nous a bien rendu service, d’autant qu’il s’est bien intégré dans le collectif. […] On regrette de ne pas avoir eu plus de moyen pour retenir un tel joueur (…) On a donc fait à Sek une proposition pour une prolongation. Sauf qu’il recherchait un contrat sur un an, ce que nous ne pouvions lui offrir, » commente le Directeur Exécutif Didier Gadou dans Sud Ouest.

L’Elan Béarnais, qui occupe actuellement sportivement la deuxième place du classement (5 victoires et 1 défaite) se retrouve donc pénalisé par un budget trop juste, d’autant que la date de reprise de l’activité de Yannick Bokolo était encore incertaine hier soir avant de connaître les résultats de nouveaux examens. Peut-être L’Elan sera t-il amené à recruter (encore) un autre pigiste.

Le BCM Gravelines n’est évidemment en rien fautif et n’a fait que profiter d’un point de règlement. Un règlement qui favorise les turnovers et qui, au delà du club quitté, perturbe gravement tout ceux qui cherchent à suivre au mieux le championnat de Pro A. Y pense t-on à ceux-là ?

A noter que Pau est allé gagner le 15 octobre à Sportica (78-65) avec 15 points de Sek Henry. Le retour est prévu le 25 avril au palais des sports de Pau. Les supporters béarnais auront eu le temps de l’oublier.

Photo : Elan Béarnais / Eric Traversié

Commentaires   |  7 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • M.Az dit :

    Franchement, suffit de lire un résumé de Pro A pour pas avoir envie de suivre (Robinson 24 pts, Henry 17, Mack 14 rbds). C'est dur de s'identifier et de s'attacher.

    • FIBasket dit :

      Je ne saisis pas la logique de la ligue…certes, le droit européen a mis fin à la différence français-européen…mais pourquoi autorise-t-on 5 américains ?…franchement, avant on en avait deux et c'étaient très bien. Je vois pas quelle obligation juridique on a d'en avoir 5 ! Partant de là, on se dit que ça fait de meilleures équipes, même même pas, puisq'on gagne rien ou quasi rien en coupe d'Europe.
      Franchement, comment s'extasier devant des équipes où les Français sont les 6-7e joueurs au mieux et voir des Américains plafonner à 11 pts/match ? En plus, ces Américains changent de clubs (français parfois) tous les ans, voir comme on le vois ici carrément tous les 3 mois.
      On comprend rien, on s'en fout…franchement quitte à ne pas gagner en Europe, au moins avoir un championnat qui mette en jeu les "querelles de clochers" avec nos jeunes français issus des espoirs. Parce que là, c'est imbittable….

      • Arno dit :

        Tellement d'accord !
        C'est bien plus intéressant de voir s'épanouir un jeune formé en France que de voir un Américain quelconque faire sa pige.

      • Sylvein dit :

        Au hasard

        1 – Parce que ça permet d'avoir du suspens et plus de bons joueurs dans notre championnat alors qu'avant c'etait Limoges, Pau, Pau, Limoges, Pau, .imogees, Limoges, Pau
        2 – Parce qu'on eest déjà le championnat le plus protectionniste d'Europe
        3 – Parce que vous dites n'importe quoi, de nombreux Français ont de très gros roles en Pro A

        • FIBasket dit :

          tu pourrais être un peu plus aimable avec les gens qui ne sont pas d'accord avec toi :
          les contre-arguments : http://www.lequipe.fr/Basket/Actualites/Les-clubs
          Voilà, on est la ligue avec le plus d'Américains et avec le moins de résultat en Europe. Autrement dit, on peut quand même s'interroger sur l'intérêt de venir voir un championnat plus disputé où on ne peut s'identifier à aucun joueur (je ne parle même pas des Français) puisque le mecs e restent pas dans leur club..evidemment, c'est du suspens, en un an, les meilleurs effectifs se vident de leurs américains et tout est à refaire. Je peux aimer aussi bien un Américain qu'un Français, mais dur de s'attacher à un mec qui ne fait que passer.

          • Sylvein dit :

            Le plus d'Amérricains ptet mais le moins d'etrangers…
            Un club prend le meilleur joueur disponible et les salles sont pleines à craquer, donc je doute que ton probleme d'attachement soit le souci du basket français qui etait moins populaire y a 20 ans avec plus de Français

            Le probleme c'est les gens qui viennent pas aux salles, comment les interesser au championnat… Et dans une offre sportive enorme, où le basket est mineur, la NBA prend dejà toute la place

  • linjusticier dit :

    C'est pas tellement la faute des joueurs mais de la Ligue. Pourquoi permettre des contrats sur des piges ? Ca favorise le "mercenariat". Le joueur dans cette situation va jouer la carte de la sécurité et donc aller au plus offrant sur le long terme….!

    Que les coachs fassent confiance à des JFL lorsqu'ils ont des coups durs plutôt que de recruter des américains déjà….