FFBB Livenews

Michael Mokongo : l’ex-meilleur espoir français en Nationale 1

makongoQui se souvient encore que Michael Mokongo (1,80m) fut élu Meilleur Espoir de la Pro A en 2005 ? Que son nom figure au palmarès entre ceux de Tony Parker, Boris Diaw, Philippe Amagou, Ian Mahinmi, Nicolas Batum et Thomas Heurtel !

Michael, né en Centre-Afrique dont le père fut international dans ce pays, arrivé en France à l’âge de sept ans, était une petite boule de muscle insaisissable et donc très précoce. Cette année là, il avait fait dix-huit fois son apparition dans le Cinq de départ de l’Elan Chalon et sa moyenne de points était de 6,9 pour 20 minutes de temps de jeu. L’année suivante, à l’Euro U20, au sein d’une équipe de France qui comptait comme seule vraie valeur d’aujourd’hui Charles Kahudi, alors sur le banc, mais qui se classa tout de même à la sixième place, il fut l’un des plus productifs avec 16,1 pts en moyenne et un carton de 29 points aux dépends de la Slovénie.

Le tour de l’Europe

Et puis, Michael Mokongo choisit de partir à l’étranger prenant une trajectoire extrêmement chaotique : Capo d’Orlando (Italie), Banvit (Turquie), deux fois l’Apoel Nicosie (Chypre), Orense,  Breogan et Planasa Navara (Espagne), le tout entrecoupé par des retours en France où il ne montra plus jamais sa verve d’antan. Rare sont les basketteurs français à avoir autant voyagé. Le natif de Bangui reprit par ailleurs sa nationalité d’origine afin de participer à deux AfroBasket avec la Centre-Afrique où le basket est le sport numéro un.

Il y a deux ans, à Monaco, en Pro B, il était tout de même à 9,4 pts mais la saison suivante, ses stats baissèrent sérieusement à Bourg-en-Bresse : 5,1 pts et 2,7 pds.

« On est dans un sport où il y a beaucoup d’exigences au niveau financier, des résultats, et puis il y a aussi un peu de politique. Souvent il y a des entraîneurs qui viennent, qui partent, et ça change les projets. Si un entraîneur arrive et que le joueur en place n’est pas le sien, il ne va pas le garder. Nous les joueurs on aimerait bien rester un peu plus longtemps dans les clubs car ça nous facilite la vie malheureusement on ne peut pas tout contrôler, on ne choisit pas d’aller dans tous les pays », expliquait-il récemment sur TV5 Monde pour justifier sa carrière de globe-trotter.

Le Monténégrin Slobodan Pejovic, blessé depuis plusieurs semaines, l’Aurore de Vitré, bien classée en Nationale 1 (troisième à égalité avec Caen), a fait appel à lui pour une pige jusqu’au 31 décembre et Michael va être aligné ce soir face à Rueil.

Cela peut paraître étonnant tant l’époque chalonnaise paraît déjà si lointaine mais Michael Mokongo est né le 11 juillet 1986. Il a donc 30 ans. La force de l’âge pour un basketteur.

Photo : JL Bourg

Commentaires   |  1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • ChapeauMelon44 dit :

    Vitré toujours sur les bons coups.

    L'an dernier ils récupèrent Wilbert Brown, sans club, alors qu'ils sont avant-dernier de NM1 avant de faire le meilleur parcours des matches retours sous l'impulsion de l'ancien Chalonnais.