Un Louis Labeyrie princier à Monaco

Benjamin Guillot
3

15194438_10153882866581114_8567713386575301774_oIl a été royal. À Monaco dimanche dernier, Louis Labeyrie a été grand, très grand. Époustouflant sur le terrain, le pivot français de 2,09m a livré une somptueuse prestation pour permettre au Paris-Levallois de remporter la victoire. 
Face à une équipe monégasque invaincue cette saison à domicile toutes compétitions confondues, le natif de Gonesse avait sorti ses habits de lumière pour illuminer le Rocher de son talent. En état de grâce face aux intérieurs de la Roca Team, le numéro 7 parisien a réalisé ni plus ni moins son meilleur match de la saison ! 

Auteur de 21 points à 9 sur 10 aux tirs, 7 rebonds, 2 contres et 1 interception pour un impeccable 28 d’évaluation en 28 minutes, il a été le meilleur joueur présent sur le parquet de la Salle Gaston Médecin de Monaco. 

À 24 ans, et pour sa cinquième saison dans la capitale, celui qui fut sélectionné en 57e position de la draft 2014 par Indiana (avant d’être envoyé à New-York dans la foulée) est en train de jouer le meilleur basket de sa jeune carrière. 

Descendu une seule fois sous la barre des 10 d’évaluation depuis l’ouverture du championnat, capable de gober 12 rebonds sur la têtes des intérieurs villeurbannais il y a deux semaines et de coller 21 points à la défense de l’ASM, il est en forme en ce début de saison et depuis cinq matchs son temps de jeu est en hausse (de 20 à 28 minutes). 

Pour aller encore plus loin on peut affirmer sans trop prendre de risque que son association avec Vincent Poirier est sans doute la meilleure paire de poste 5 en Pro A.

Tournant à une moyenne de 8,5 points à 53,1% de réussite aux tirs, 7,9 rebonds, 1,3 contre et 0,4 passe pour 14,5 d’évaluation en 21 minutes sur 8 matchs de championnat, Louis Labeyrie aligne ses meilleures statistiques dans l’élite française en six saisons. 

Révélé dans le sud de la France à Hyères-Toulon en 2011/12 (12,6 d’évaluation en 22 minutes sur 30 matchs), en perte de confiance la saison suivante avant de remonter la pente, le géant est depuis trois saisons en progression constante. 

Gros talent, rentable, Louis Labeyrie n’a sans doute pas fini de nous étonner. 

Photo : Paris-Levallois – Karen Mandau

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

3 Responses

Leave a Reply

Archives

juillet 2018
L M M J V S D
« Juin    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les salaires de ProB pour la saison 2017 - 2018
Tous les salaires de ProB pour la saison 2017 - 2018
Boutique Magazines et Abonnements