Europe Livenews

Suisse : trois Américains de Boncourt licenciés pour usage de cannabis

Les trois Américains du BC Boncourt, club suisse de première division, Trey Sumler, Kinu Rochford et Torrence Dyck ont été licenciés en même temps pour avoir été contrôlés positifs au THC, la substance active du cannabis.

Les trois joueurs ont été pris lors d’un contrôle médical interne de routine effectué le lundi 5 décembre. Le soir même les agents des trois joueurs étaient avertis, les joueurs convoqués et licenciés sur le champ, mais le club a mis plusieurs jours pour expliquer sa décision

« Ça a été un cataclysme d’apprendre que des joueurs professionnels ont de telles pratiques, » a réagi Paul Vallat, le co-président du BC Boncourt sur Radio Fréquence Jura. « Pour nous, il n’y avait pas d’autres décisions possibles. C’est une faute inexcusable et inacceptable, c’est un manque de professionnalisme vraiment basique ».

Le contrôle était-il conforme ?

Comme le contrôle n’a pas été effectué dans un cadre officiel, le BC Boncourt ne risque rien de la part de la Swiss basketball League. En revanche, l’équipe qui est actuellement 8e du championnat, est pénalisé sportivement. Le meneur Trey Sumler et l’intérieur Kinu Roshford étaient les deux meilleurs marqueurs de la Red Team.

Du côté d’un agent, qui connaît bien Roshford, ce contrôle et cette sanction soulèvent plusieurs questions :

« Le jour du contrôle les joueurs n’étaient pas en compétition, et ils ont été contrôlés par le médecin du club sans suivre le strict protocole de test antidopage clairement défini par l’AMA » nous explique-t-il. « Le niveau a priori détecté par cette méthode et cet échantillon n’est pas clairement supérieur au niveau autorisé les jours de compétition. Il n’a pas été proposé une contre expertise afin de valider ce premier test, pourtant il a été communiqué, sans l’accord des joueurs, qu’ils étaient « dopé au cannabis ». »

Ce dernier estime que les joueurs ont été « jetés en pâture » à la presse par le président, et il regrette que les joueurs n’aient pas pu se défendre.

Commandez le magazine papier Basket Europe
Commentaires   |  2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • avalonghost dit :

    Jour de compétition, AMA, protocole, blabla … Je pense qu'ils se sont engagés par contrat à ne pas consommer de stupéfiants. C'est pas plus compliqué que ça. C'est une faute professionnelle, leur employeur peut les virer.

    • Sparx_nba dit :

      en même temps faut pas se voiler la face, ils consomment tous. Tant que t'es pas au-dessus de la limite les jours de match tu risques rien