Interview Livenews Premium

Que sont-ils devenus ? Roger Esteller, MVP de la Pro A en 2002

En septembre 2000 débarque à Pau-Orthez l’international espagnol Roger Esteller, alias El Tigre de Sants, un arrière-ailier pas très grand (1,91m) mais à la fois hyper puissant (101 kgs) et rapide. Avec l’Elan Béarnais de Boris Diaw et des frères Pietrus, il sera champion de France la première année et MVP étranger la seconde. BasketEurope revient avec lui sur cette époque dorée et il nous explique sa reconversion. L’interview est en deux parties.

Quinze ans après votre titre de meilleur joueur de Pro A, que devenez-vous ? Je viens de lancer ma propre entreprise, Roger Esteller Full Court. Il s’agit d’être consultant pour des entreprises de différents secteurs. Je travaille également sur certains domaines du sport mais cela dépend des demandes. Je fais aussi des conférences, des workshops et toutes les choses qui ont à voir avec la formation, la motivation en entreprise.

C’est quelque chose que vous aviez déjà en tête à la fin de votre carrière ? Cela a fait partie d’un processus de changement de ma mentalité. J’ai d’abord fait une formation en business management parce que mon rêve était de gérer des entreprises -j’ai réussi ce challenge avec notamment mon ancien poste chez Novaelite Sports Performance Innovation qui fut une très belle expérience- et je sentais qu’il me manquait quelque chose. Et cette chose c’était d’avoir ma propre entreprise, de travailler pour moi donc cela a été un changement dans ma vie, j’ai quitté mon travail, j’ai divorcé. Je pensais que c’était le bon moment pour faire ce dernier pas, créer ma propre entreprise, mon propre projet. Je suis à la tête d’une équipe de professionnels, de psychologues, de consultants, d’informaticiens, de community managers. Je me suis entouré de personnes qui veulent vraiment travailler à 100%.

Abonnez-vous pour lire tous nos articles Premium et la suite de celui-ci.
*
Prénom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Merci de renseigner des données valide.
Prénom invalide. Merci de renseigner un prénom valide ou nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Nom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Merci de renseigner des données valide.
Nom invalide. Merci de renseigner un nom valide ou de nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Adresse email
Vous devez renseigner votre adresse email
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Cet e-mail est déjà enregistré. Merci d'en choisir un autre.
*
Mot de passe
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Merci de renseigner des données valide.
Veuillez entrer au moins 5 caractères.
Sélectionnez votre moyen de paiement
Numéro CB :
Le numéro de carte ne peut pas être vide.
Veuillez entrer au moins 16 chiffres.
Maximum 16 chiffres autorisés.
Date d'expiration - Mois (MM) :
Le mois d'expiration ne peut pas être vide.
Année (AA) :
L'année d'expiration ne peut pas être vide.
Cryptogramme :
Le nombre CVV ne peut pas être vide. Il s'agit des 3 chiffres présent au dos de votre CB
Quel moyen de paiement souhaitez utiliser ?
Abonnements avec option "Magazine bimensuel" Cliquez-ici
Déjà abonné ? Connectez-vous
Abonnement Premium En savoir plus
Valider

Lire la deuxième partie de l’interview

Commentaires   |  4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • myson9 dit :

    Super interview et article merci…

  • basketuser dit :

    Superbe interview, merci. Pau devait être une sacrée équipe à l' époque 😮

    • OscarAbine dit :

      Oh que oui ! Je suis en train de regarder un match de la finale contre l'Asvel en 2002 (par quart-temps, ça me fait une pause le midi… ^^), t'ajoutes à ceux-là Dragan Lukovski et Rod Sellers, ça te fait une équipe qui avait une sacrée gueule.
      Et je crois qu'Esteller a raison : avec les Pietrus et Diaw trois-quatre ans de plus (et les autres joueurs de même niveau que Lukovski et consorts à côté), y'avait de quoi faire un Final Four d'Euroleague. Mais bon, c'est la vie…

      En tout cas, c'est vraiment un mec intéressant, Esteller. Tu sens que l'équipement au dessus des sourcils fonctionne bien.

  • N°10 #A.Gelb dit :

    il m'a tellement fait kiffer ce mec… Excellent joueur