A 31 ans, Tahirou Sani, l’ex-futur LeBron James, joue en Nationale 2

Pascal Legendre
6

Vice Sports a retrouvé Tahirou Sani. Vous vous rappelez de ce nom ?

Le natif de Bamako est arrivé en France par l’intermédiaire de Jean-Pierre Ciesielski, scout et fils de l’organisateur du Tournoi international juniors de Douai. A 14 ans et alors qu’il mesure 2,01m, il fracasse tout avec l’équipe minimes de cette ville du Nord.

Le Mag de Basket Hebdo lui consacre alors un reportage dithyrambique et Rob Meurs, scout néerlandais qui travaille pour les San Antonio Spurs, lâche :

« Je n’ai jamais vu ni entendu parler d’un joueur de 14 ans avec de telles qualités ! »

Tahirou Sani est un phénomène, on l’imagine lottery pick pour la draft 2004, on en fait le Lebron James d’Europe. Sa précocité est-elle fallacieuse ? Ses détracteurs estiment qu’il n’est pas né le 2 novembre 1985 comme ses papiers l’indiquent. Une radio de contrôle des os et un prélèvement dentaire ont beau le confirmer, rien ne fait taire la rumeur.

La côte de Tahirou Sani va commencer à fléchir en espoirs à Gravelines. Il ne domine plus ses adversaires…

C’était écrit !

Aujourd’hui, à 31 ans, le Franco-Malien joue en Nationale 2, à Bruay-la-Buissière. Que s’est-il passé entre-temps ?  Vice Sports le raconte dans ce reportage au titre qui synthétise parfaitement sa mésaventure : « Fauché par la hype, l’histoire oubliée de Tahirou Sani ».

« L’histoire de Tahirou Sani semble être celle d’une bulle sportive. Celle d’un jeune adolescent africain déraciné qu’on a pris pour un futur crack un peu trop rapidement, sur la base de statistiques de championnat minimes et d’un physique en avance sur celui de ses adversaires. Un nom dans lequel on a fondé des espoirs qui se sont avérés inaccessibles. »

Quant à Tahirou, qui n’a joué que 28 matches en Pro A et 56 en Pro B, espoir déchu pour qui la NBA est restée un mirage, il ne regrette rien et prend son échec avec philosophie :

« Mon père est très croyant. Moi aussi. Je me suis dit, si les choses se sont passées comme ça, c’est que c’était écrit. On décide rien. »

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

6 Responses
  1. ChapeauMelon44

    Olala énorme, je pensais à lui y'a 3-4 jours pas plus, n'arrivant plus à me rappeler de son nom.

    C'était un sacré phénomène, il avait des stats complètement délirantes dans sa catégorie, c'était genre 50 points, 30 rebonds et 15 contres de moyenne par match (ou dans un match ?) si j'me souviens bien.

    EDIT: ah bon bah voilà, le lien de l'article en parle en fait 🙂
    https://sports-images.vice.com/images/2016/12/21/

    C'est bien en moyenne.

    1. kjohnsonphx

      80 pts 47 rbd, 11 pds 10 ct 7 int pas loin du quintuple double, 141 d'éval… Un adulte au milieu d'enfants dommage qu'il n'ait sûrement dû se reposer que sur son physique et ne pas assez bossez le reste du jeu.
      Je pense que maintenant il se ferait quand même drafter juste sur ses stats à la Thon Maker, à l'époque le fait d'être étranger était vraiment handicapant.

  2. basketuser

    Très sympa de relayer le très bon article de Vice, merci beaucoup :)) Sinon, c' est un peu triste pour le jeune (de l' époque), j' espère qu' il ne regrette pas trop et qu' il continue de prendre du plaisir à jouer au basket.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

octobre 2018
L M M J V S D
« Sep    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les salaires de ProB pour la saison 2017 - 2018
Tous les salaires de ProB pour la saison 2017 - 2018
Boutique Magazines et Abonnements