Livenews LNB ProA

Le SLUC Nancy trahi par son banc

Une bonne nouvelle pour le SLUC : son public répond toujours présent malgré ses piètres résultats sportifs : 5 115 spectateurs. Une audience de premier de la classe à faire rougir de honte Monaco.

Mais aussi une très mauvaise : que ce soit sous la conduite d’Alain Weisz ou de Gregor Beugnot, les Lorrains flanchent en fin de match alors qu’ils ont très bien résisté et même mené jusque là. Le SLUC était en avance sur Pau aux trois temps de passage, 13-8, puis 37-26 et 56-53. Seulement, il s’est fait déborder face au rush final des Béarnais (25-13) qui finalement ont fait respecter la loi du plus fort (78-69).

« On ne travaille pas dur toute la semaine pour balbutier notre basket de la sorte en cinq petites minutes. Il faut se vider la tête, ne pas regarder le score, oublier le syndrome de SLUC et ses matchs perdus dans les cinq dernières minutes et surtout arrêter de faire des cadeaux. La période des fêtes, c’est terminé », a maugréé le coach Greg Beugnot en conférence de presse selon L’Est Républicain.

Le rendement de Benjamin Sene a fondu

Benjamin Sene (1,88m) est le symbole de cette équipe du SLUC qui doute. La saison dernière, à 22 ans, il avait aligné des statistiques très prometteuses : 10,8 pts, 3,9 pds pour 10,4 d’évaluation. Son staff lui a fait confiance pour la suite. Mais dans une Pro A qui regorge de forts meneurs américains, le natif de Langon souffre et ses stats sont tombées à 5,9 pts, 3,5 pds pour 6,9 d’éval.

Samedi, la productivité s’est concentrée sur trois joueurs : Dario Hunt impeccable (16 points et 16 rebonds), Marc Trasolini (19 pts et 7 rbds) et l’Espagnol Alejandro Urtasun (15 points mais à seulement 5/14 aux shoots).

Le reste de l’équipe s’est contenté de 19 points avec 1/10 aux tirs pour Brion Rush, rien pour Abdou Mbaye et Jonathan Jeanne, pas grand chose pour Elton Brown et Damon Mallet et 2 points, pas de passe et 4 balles perdues pour Benjamin Sene qui n’est sorti du banc que pour 14 minutes.

Mais évidemment, la plus mauvaise nouvelle du week-end pour le SLUC c’est qu’il est maintenant relégué à trois victoires des premiers non relégables (Cholet, Antibes et Orléans). Dans l’absolu, trois victoires ce n’est pas énorme, sauf que c’est exactement le total obtenu par les Lorrains sur l’ensemble des matches allers. Sans parler qu’il est négatif sur presque tous ses adversaires directs.

Les statistiques condamnent le SLUC, et seule la foi, celle qui soulève les montagnes, peut encore le sauver.

Commentaires   |  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *