FFBB Livenews

Les Harlem Globetrotters et la France: une histoire d’amour

Au sortir de la seconde guerre mondiale et pendant quatre décennies, la troupe des Harlem Globetrotters fut l’équipe de basket la plus connue sur la planète avant que les Lakers de Magic Johnson, les Celtics de Larry Bird, les Bulls de Michael Jordan et toute la NBA ne reprennent le flambeau.

Créée en 1927 par un ingénieux promoteur juif de Chicago, Abe Saperstein, elle était exclusivement composée de joueurs noirs interdit de ligues majeures à cause de la ségrégation raciale qui sévissait aux Etats-Unis.

La recette des Globies -le diminutif donné aux Etats-Unis auquel les Français préférèrent celui de « Harlem »- était magique : être dominant sur le terrain, tout en faisant des gags afin de séduire un public le plus large possible. Saperstein leur fit sillonner les Etats-Unis et surtout le monde entier. Avec le CocaCola, les stars d’Hollywood, le jazz et le rock and roll, les Globies devinrent le meilleur produit d’exportation des Etats-Unis. Ils jouèrent le plus souvent à ciel ouvert et rameutèrent les foules dans des proportions incroyables, jusqu’à 50 000 personnes à l’Estadio Municipal de Rio de Janeiro et 75 000 au stade olympique de Berlin, ce qui resta longtemps un record mondial pour du basket. Leurs maillots lumineux bleus avec l’inscription « Harlem » en grand, leurs shoots rayés blanc et rouge, leurs chaussettes, leurs Converse, contrastaient avec les tenues ringardes portées alors par les européens. Les Globies ne participaient pas seulement à des matches, ils donnaient des shows de music-hall. Saperstein, qui les suivait partout, veillait à tous les détails.

 

Wilt Chamberlain a joué l’été avec les Globies en France

Les cinq plus grandes stars des Globies furent Reece « Goose » Tatum, qui aurait inventé le hook shot, Marques Haynes, un incomparable dribbleur, Connie « The Hawk » Hawkins, Meadowlark Lemon et Wilt Chamberlain.

Wilt Chamberlain fit ses grands débuts aux Harlem Globe Trotters le 12 juillet 1958, à Milan. Saperstein balisait car l’assurance de son prodige ne prenait effet qu’en octobre et une blessure est vite arrivée lorsque vous évoluez sur des courts de tennis, dans des arènes, des verts pâturages et même des champs de blé. Le quotidien des Globies. Avant chaque exhibition, Saperstein allait inspecter chaque centimètre carré pour déceler un piège fatal pour son géant.

Le plus incroyable, c’est que Wilt Chamberlain, 2,15m, alias L’Echassier, le plus formidable prototype de l’être humain ayant jamais joué au basket, qui a battu des records en NBA pour peut-être l’éternité, à commencer par ses cent points dans un match, a continué de jouer l’été avec la troupe dans les années soixante, se produisant notamment en France en juin 1960, à Paris comme à Courgeoust, au fin fond de l’Orne. Dans le plus total anonymat.

16 000 spectateurs à Paris pour les voir en 1952

Auparavant, Saperstein et le boss des Minnepolis Lakers, alors la meilleure équipe de NBL, Max Winter, tombèrent d’accord pour organiser plusieurs confrontations entre leurs deux équipes. Sur une période de dix ans, les Globetrotters en remportèrent deux et les Lakers muni du géant George Mikan, six.

A cette époque, la troupe commença à parcourir le monde et en juin 1952, 16 000 spectateurs prirent place dans le Vel d’Hiv de Paris, -chiffres donnés à l’époque, ce qui paraît au-dessus de sa capacité maximale-, pour une recette jugée copieuse de six millions de francs. Hors de forme, l’équipe de France d’André Buffière fut vaincue à plates coutures, 46-72.

Au fil du temps, les Harlem Globetrotters visitèrent plus de 115 pays devant 120 millions de fans dont le secrétaire-général de l’URSS Nikita Kroutchev et différents papes. Ils ont fait l’objet de deux films et de multiples apparitions dans des shows TV et ont été introduits au Hollywood Walk of Fame aussi bien qu’au Basketball Hall of Fame de Springfield.

 

16 villes en France sont concernées

Aujourd’hui, les Globies ne sont plus l’une des meilleures équipes de basket du monde mais les joueurs qui composent la troupe ont un solide passé universitaire et certains ont même joué en pro comme John Linehan dont les qualités de défenseur ont marqué la Pro A durant une décennie.

La troupe appartient plus que jamais à l’entertainment, au divertissement sportif, et les gags et les acrobaties se mêlent aux dunks et aux tirs à longue distance.

Leur tournée européenne 2017 prévoit des séjours en Allemagne et Angleterre avant de passer du 18 avril au 4 mai dans 16 villes françaises* puis de continuer leur tournée en Espagne, Italie, République Tchèque et Hongrie.

Comme le dit leur pub, il faut avoir vu une fois dans sa vie les Harlem Globetrotters !

*Rouen, Strasbourg, Reims, Vannes, Niort, Challans, Limoges, Toulouses, Pau, Marseille, Grenoble, Lyon, Dijon, Lille, Metz, Le Portel.

 

Tarifs : Cat. 1 : 40€. Tarif jeune : 37,25€. Cat. 2 : 29€. Tarif jeune : 26,25€

Tarifs clubs disponibles.

Points de vente habituel.

Renseignements et réservations : 0892 392 192 (0,34 €/min) ou www.gdp.fr

 

Cette vidéo montre les Harlem Globettrotters à Paris en 1950.

Commandez le magazine papier Basket Europe
Commentaires   |  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *