Livenews LNB ProA

Lahaou Konate (Le Mans): « Se dire qu’on peut faire couler un club, c’est une très grosse responsabilité »

Le Mans n’a gagné que 2 de ses 13 derniers matches. Adieu les playoffs. Terminé la série de 20 participations consécutives. Oublié le fait que le MSB fut demi-finaliste en mai 2016.

Et un grave danger menace, quelque chose d’incroyable pour une équipe qui cet hiver a terminé première de son groupe de Champions League -cela parait si loin-, et qui s’est glissée en finale de la Coupe de France, une relégation. C’est très peu probable mais sait-on jamais. Suite à son revers à Antares contre Le Portel (66-77), le MSB n’a que 3 victoires d’avance -et aussi le point-average- sur Orléans et 4 sur Nancy. Il reste 5 journées.

« Je n’ai jamais connu autant de défaites. On n’arrive pas à retrouver le goût de la victoire ni à sortir de ce cauchemar », a avoué Lahaou Konaté en conférence de presse -propos rapportés par Ouest France– lui qui a sorti contre les Portelois sa meilleure performance offensive (18 points) de la saison.

« Se dire qu’on peut faire couler un club, c’est une très grosse responsabilité. Le MSB ne mérite pas ça. Ce serait une honte de faire partie de cette équipe-là. Oui, je suis inquiet. Je ne suis pas bien dans mes baskets de voir mon équipe enchaîner ces défaites. J’espère que tous les gars pensent comme moi et veulent sauver un bateau en train de couler un peu plus jour après jour. Que chacun reprenne confiance et se donne à 300 %. Notre seul but actuellement. On est dans une spirale très très négative depuis début 2017. On est là pour gagner, pour sauver le club et son honneur aussi. »

Photo: FIBA Europe

 

Commandez le magazine papier Basket Europe
Commentaires   |  1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Lahaou dit :

    Ca craint cette série de 20 qualifications consécutives qui s'arrête comme ça ! Pourtant l'effectif ne manque pas de talent et Erman Kunter est un bon coach. Je comprends pas comment on a pu en arriver la …