Phénoménal Fenerbahçe : le 1e titre européen de l’histoire pour un club turc !

Emmanuel Laurin
6

Dominateur face au Real Madrid, la meilleure équipe sur la saison régulière en demi, le Fenerbahçe a conclu ce Final Four à domicile comme il se doit : avec le premier titre continental de l’histoire pour un club turc ! Bogdan Bogdanovic (17 points, 5 rebonds) et Nikola Kalinic (17 points, 5 rebonds, 5 passes) ont été les meilleurs scoreurs d’une victoire nette et sans bavure du Fener face à l’Olympiakos (80-64). Omniprésent, comme en demi-finale, c’est Ekpe Udoh (10 points, 9 rebonds, 4 passes, 5 contres) qui est récompensé du titre de MVP du Final Four. Et c’est largement mérité. Le collectif stambouliote a été magistral du début à la fin du weekend. C’est le neuvième sacre de Zeljko Obradovic en Euroleague !

Sur les chapeaux de roue…

Comme en demi-finale, le Fenerbahçe commence très fort, sur un alley oop renversé envoyé par Ekpe Udoh et conclu par Jan Vesely. Et comme en demi, Ekpe Udoh est à la baguette. Il renverse le jeu pour Nikola Kalinic qui enchaîne deux trois points. L’ailier serbe est au four et au moulin, au contre sur Kostas Papanikolaou mais aussi sur l’action à trois points avec la faute de Vassilis Spanoulis. Il en est à 12 points en 1e quart. Vesely ajoute une grosse claquette dunk et le Fener en à 18-6. Olympiakos réagit grâce à Khem Birch qui provoque les fautes et file également au dunk, bien servi par Spanoulis. L’entrée de Nikola Milutinov qui inscrit le panier plus la faute et délivre un superbe caviar à l’aveuglette relancent la troupe grecque. Mais à l’image d’un contre d’Udoh sur Spanoulis, et d’un trois points serein de Bogdanovic, le Fener a la main sur la partie en fin de 1e quart (26-18). Les débats s’équilibrent par la suite. Bogdanovic garde la main chaude et pousse même l’écart en double figure. Mais Printezis puis Mantzaris lui répliquent pour couper la poire en deux : -5 (37-32). Avec Udoh à 2 fautes et Bogdanovic à 3 fautes, le Fener joue avec le feu en défense. Plus précisément, ce 2e quart tourne à une démonstration défensive de l’Oly qui limite Istanbul à 13 points en 10 minutes. Birch vient même inscrire un ultime panier sur le gong et l’écart est minimal à la pause (39-34).

Une première historique !

A -5 seulement à la mi-parcours, l’Olympiakos peut s’estimer chanceux. Mais pour le retour à l’action, c’est Jan Vesely qui rentre un panier de veinard : en complet déséquilibre, sur la cloche des 24 secondes et avec la planche ! Mais le Tchèque est impeccable sur la ligne des lancers, lui qui avait fini à 1/10 lors du dernier Final Four l’an passé. Le collectif jaune et noir est parfaitement en place, avec Luigi Datome qui enfonce le clou. La fin de 3e quart est rythmé par les contres d’Ekpe Udoh qui verrouille l’attaque du Pirée (60-48). Ça va de mal en pis pour l’Olympiakos qui ne vit que d’expédients, et en l’occurrence de tirs de loin par Erick Green ou Vangelis Mantzaris. Milutinov vient bien placer un énorme dunk sur la tête de Vesely mais tout sourit au Fener devant son public ! Muet depuis son 1e quart à 12 points, Kalinic obtient les faveurs d’un cercle sympathique sur un trois points et le Serbe surgit à nouveau sur une petite claquette. L’écart enfle pour le Fener qui compte jusqu’à 20 points d’avance (78-58) en dernier quart. Vassilis Spanoulis (9 points à 2/12 aux tirs) rentre un trois points avec la planche mais il n’y aura cette fois pas de miracle grec ! A l’inverse, Georgios Printezis (7 points) est le seul à pouvoir scorer dans les dernières minutes. Ekpe Udoh (10 points, 9 rebonds, 5 contres, 4 passes) est encore une formidable usine à basket. Coach Obradovic ouvre son banc et Pero Antic vient ajouter à la fête avec un trois points. Bogdan Bogdanovic et Nikola Kalinic terminent tous deux à 17 points, plus 5 rebonds et 5 passes pour le dernier nommé, encore ultra précieux défensivement. Anthony Bennett et les remplaçants du Fener voient même les planches dans la dernière minute : le Fenerbahçe l’a fait (80-64), un club turc a enfin remporté un titre européen, une première historique ! C’est le neuvième titre pour le coach, Zeljko Obradovic, clairement la légende absolue sur le Vieux Continent ! https://www.youtube.com/watch?v=k4LP2ifgcHc https://www.youtube.com/watch?v=UGkt8RDfaHA https://www.youtube.com/watch?v=4rGi8vu_3qU https://www.youtube.com/watch?v=PaDadOFgMrM https://www.youtube.com/watch?v=LoR7CWJEfls

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

6 Responses
  1. Sur la papier, Obradovis dispose d'une sacrée équipe et il a des solutions à tous les postes.
    Bogdanovis devrait aller en NBA mais sinon pour le reste ca ne devrait pas changer énormément.

    A voir également si Obradovic veut continuer l'aventure ou essayer de gagner l'Euroleague avec une …. 6ème équipe différente

    1. rondoolittle/w

      Ou alors met des "x" comme Panoramix ^^ Obra peut imiter Blatt sinon… enfin ça doit pas être son truc la nba, il a bien raison.

  2. Tambourin

    grosse équipe, qui mérite son titre. Bogdanovic, Kalinic, Udoh, Vesely, Datome, Dixon. que des tops players. avec un coach légendaire. le meilleur européen de l'histoire. bravo.

  3. J'ai lu qq part que ce serait dès l'an prochain, mais je crois que c'était un tweet et j'ai pas vu d'info officielle à ce sujet. En tout cas c'est sûr qu'il est lié à l'ASVEL.
    Je pense que ce serait mieux pour lui de rester un an (il lui en reste 2), d'autant que sans les 99 + Ayayi et Dossou-Yovo le CFBB est déja bien déplumé pour l'an prochain.

Ecrire un commentaire

Archives

décembre 2019
LMMJVSD
« Nov  
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031 
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les salaires de ProB pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements