Livenews LNB ProA

L’intégralité de la conférence de presse de Vincent Collet… 21 secondes !

Vincent Collet était très frustré après la défaite de la SIG, suite à un shoot au buzzer incroyable de Jérémy Nzeulie (70-71). Et ce sont les journalistes qui, en conférence de presse, ont payé les pots cassés.

Voici le verbatim de l’intervention du coach strasbourgeois. 21 secondes montre en main.

« Je vous laisse écrire toute la merde que vous voudrez. Vous êtes maîtres à bord, moi je n’ai rien à dire. J’ai mal à la gorge. Je n’ai rien à dire. Vous pouvez écrire tout ce que vous voulez, vous en serez les responsables, c’est tout. Je sais que vous vous ne gênerez pas. Donc allez y de bon coeur. C’est bon? Merci. »

Photo: FIBA Europe

https://twitter.com/SFR_Sport/status/876191408348160000

Commentaires   |  3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • ClicheySport dit :

    wtf ?

  • Xavito04 dit :

    Collet, grand coach, pédagogue, bon meneur d'hommes, très intelligent dans la mise en place d'un jeu collectif.

    Mais depuis les finales 2015, avec Strasbourg comme avec l'EDF, il craque, il n'est plus à la hauteur émotionnellement.

    Pourquoi s'en prendre aux journalistes "Je vous laisse écrire toute la merde que vous voudrez." sachant que la grande majorité d'entre eux lui tressent des louanges ? Après le titre 2012, Beugnot s'est lâché sur les journalistes, et depuis il n'a fait que décevoir.
    Gérer ses émotions d'après match, surtout quand rien n'est encore joué (le titre n'est pas encore perdu), est une qualité requise pour un coach. Jamais Obradovic, Scariolo ou Messina se laisserait aller comme ça. Itoudis après la défaite au Final Four cette saison était très classe en conférence de presse : alors peut être que c'est de l'intox, qu'il y a une grande déception intérieure, mais peu importe il faut que les joueurs, le staff, le club continue de croire dans le capitaine du navire, sinon le doute s'instille.

    Je ne fais pas le reproche à Collet de ses échecs précédents en finales ou lors des matchs à fort enjeu, c'est le basket, cela peut arriver : ce qui peut lui être reproché c'est que désormais il n’arrive plus à gérer les finales ou matchs à enjeu ; un coach doit savoir rassurer ses troupes, alors que là il trahit physiquement une fébrilité dès que ça devient chaud en fin de match … il s'en remet alors à ses joueurs, mais sans les avoir mis dans les meilleures dispositions mentales. D'où des échecs à répétition…

    A ce niveau-là, il faut lire les déclarations de Choulet après sa défaite en finale de coupe d'europe ou après le match 2 : peu importe la déception, le discours reste positif, parce qu'il sait que sinon ses joueurs en seront affectés.

    Je resterai derrière Collet et la SIG pour le match 4, mais il faut vraiment que Collet travaille son approche psychologique en vue des fins de matchs.

    • Pierre dit :

      Tout a fait d’accord. On remarque que Collet ne prend jamais les temps morts qui s’imposent quand il subit des remontada dans le money time. France espagne 1/2 finale euro