Entre deux Livenews Premium

Américains naturalisés à l’EuroBasket : Les imposteurs

C’est désormais une constance : l’EuroBasket est truffé d’«Américains naturalisés » qui tels de véritables mercenaires viennent renforcer certaines équipes –très généralement des anciens pays de l’est- moyennant un passeport qui leur permet par ailleurs de se valoriser durant la saison en club. Ce sont de véritables imposteurs.

On ne parle pas du meneur Jamar Wilson, qui est marié à une ancienne internationale finlandaise, Laura Sario, et qui a dû obtenir un certificat prouvant qu’il maîtrise une langue très subtile tout en attendant cinq ans après avoir manifesté son désir d’embrasser la nationalité du pays pour se voir remettre le précieux passeport.

D’autres cas sont spécifiques comme celui de Rosco Allen, dont le père Daniel est américain mais dont la mère Brigitta est hongroise. Rosco est né à Budapest, sa première langue fut le hongrois, et ce n’est qu’à l’adolescence qu’il s’est rendu aux Etats-Unis, en high school puis à l’université de Stanford.

On veut bien reconnaître également la légitimité de la citoyenneté turque de Bobby Dixon, passé par Saint-Etienne, Gravelines, Le Mans, Villeurbanne et Dijon quand il était proposé à un prix abordable pour la Pro A. Ali Muhammed -c’est son nom de conversion- a désormais à son compteur cinq saisons dans des clubs turcs.

L’empressement de l’ex-Manceau Giordan Watson à obtenir la nationalité roumaine juste avant l’Euro nous paraît suspect mais au moins connait-il le pays –il a porté deux saisons le maillot de Energia Targu-Jiu et sera à la rentrée dans l’effectif du champion national, Cluj.

Mais que dire du Slovène Anthony Randolph, du Monténégrin Tyrese Rice, du Polonais de Villeurbanne A.J. Slaugher et du Georgien de Strasbourg Mike Dixon, lesquels n’ont jamais séjourné dans leur pays d’adoption respectif avant de revêtir le maillot national ?

Il y a d’ailleurs des cas hautement comiques comme celui de… D.J. Cooper, qui a obtenu le passeport bosniaque en juin 2014, qui a fait un training camp avec la sélection du pays, et qui aurait été contacté pour faire l’Euro avec la Roumanie ! C’est sûr que vu d’Amérique, tous ces pays se rassemblent ! Le MVP de la Pro A est bien mieux là où il se trouve actuellement : au Sportica pour préparer la saison 2017-18.

A ce propos, il n’a échappé à personne que le Strasbourgeois Zack Wright est bosniaque et le Manceau Romeo Travis macédonien. Et ce ne sont pas les seuls à avoir succombé aux pays des Balkans. Passons.

On ne parle pas du meneur Jamar Wilson, qui est marié à une ancienne internationale finlandaise, Laura Sario, et qui a dû obtenir un certificat prouvant qu’il maîtrise une langue très subtile tout en attendant cinq ans après avoir manifesté son désir d’embrasser la nationalité du pays pour se voir remettre le précieux passeport.

D’autres cas sont spécifiques comme celui de Rosco Allen, dont le père Daniel est américain mais dont la mère Brigitta est hongroise. Rosco est né à Budapest, sa première langue fut le hongrois, et ce n’est qu’à l’adolescence qu’il s’est rendu aux Etats-Unis, en high school puis à l’université de Stanford.

On veut bien reconnaître également la légitimité de la citoyenneté turque de Bobby Dixon, passé par Saint-Etienne, Gravelines, Le Mans, Villeurbanne et Dijon quand il était proposé à un prix abordable pour la Pro A. Ali Muhammed -c’est son nom de conversion- a désormais à son compteur cinq saisons dans des clubs turcs.

L’empressement de l’ex-Manceau Giordan Watson à obtenir la nationalité roumaine juste avant l’Euro nous paraît suspect mais au moins connait-il le pays –il a porté deux saisons le maillot de Energia Targu-Jiu et sera à la rentrée dans l’effectif du champion national, Cluj.

Mais que dire du Slovène Anthony Randolph, du Monténégrin Tyrese Rice, du Polonais de Villeurbanne A.J. Slaugher et du Georgien de Strasbourg Mike Dixon, lesquels n’ont jamais séjourné dans leur pays d’adoption respectif avant de revêtir le maillot national ?

Il y a d’ailleurs des cas hautement comiques comme celui de… D.J. Cooper, qui a obtenu le passeport bosniaque en juin 2014, qui a fait un training camp avec la sélection du payset qui aurait été contacté pour faire l’Euro avec la Roumanie ! C’est sûr que vu d’Amérique, tous ces pays se rassemblent ! Le MVP de la Pro A est bien mieux là où il se trouve actuellement : au Sportica pour préparer la saison 2017-18.

A ce propos, il n’a échappé à personne que le Strasbourgeois Zack Wright est bosniaque et le Manceau Romeo Travis macédonien. Et ce ne sont pas les seuls à avoir succombé aux pays des Balkans. Passons.

Abonnez-vous pour lire tous nos articles Premium et la suite de celui-ci.
*
Prénom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Merci de renseigner des données valide.
Prénom invalide. Merci de renseigner un prénom valide ou nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Nom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Merci de renseigner des données valide.
Nom invalide. Merci de renseigner un nom valide ou de nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Adresse email
Vous devez renseigner votre adresse email
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Cet e-mail est déjà enregistré. Merci d'en choisir un autre.
*
Mot de passe
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Merci de renseigner des données valide.
Veuillez entrer au moins 5 caractères.
Sélectionnez votre moyen de paiement
Numéro CB :
Le numéro de carte ne peut pas être vide.
Veuillez entrer au moins 16 chiffres.
Maximum 16 chiffres autorisés.
Date d'expiration - Mois (MM) :
Le mois d'expiration ne peut pas être vide.
Année (AA) :
L'année d'expiration ne peut pas être vide.
Cryptogramme :
Le nombre CVV ne peut pas être vide. Il s'agit des 3 chiffres présent au dos de votre CB
Quel moyen de paiement souhaitez utiliser ?
Déjà abonné ? Connectez-vous
Abonnement Premium En savoir plus
Valider

Photos: FFBB

Offre spéciale Noël - Basket Europe, choisissez votre cadeau
Commentaires   |  2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • ChapeauMelon44 dit :

    Les lois de la FIBA sont clairement défaillantes et si elles apparaissent autrefois relativement contraignantes, elles ne le sont plus aujourd'hui et son inaction face à la multiplications des naturalisations sauvages depuis 5 ans démontre bien qu'elle s'en moque complètement du moment que ça participe à la "promotion" de son basket, notamment dans les pays de seconde zone de l'Est Européen.

    Par ailleurs, le cas de l'Espagne est préoccupant, on voit bien que ce charmant pays ne recule devant rien pour contourner lui aussi le règlement avec les naturalisations des moins de 16 ans avec des moyens autrement plus conséquents que les pays de l'Est, étant une puissante fédération et accessoirement le plus grand championnat en Europe.

    Faut-il attendre le sacre d'une équipe avec 3 faux "locaux" dans le 5 majeur d'une sélection pour que ça bouge ?

    • OscarAbine dit :

      Je ne suis pas vraiment d'accord.
      En quoi les règles de la FIBA sont-elles "défaillantes". Elles indiquent bien qu'une équipe nationale a droit à un et à un seul naturalisé. Ce qui fait du reste bien râler en Espagne, où on aimerait pouvoir aligner Ibaka et Mirotic alors que pour le moment, c'est "fromage ou dessert".
      Après, je ne pense pas qu'on puisse faire moins : comment, juridiquement parlant, accepter certains naturalisés et pas d'autres ? la règle du "un naturalisé" est sans doute la moins pire.

      Après, oui, le problème qui risque de se poser (et ça commence à poindre le bout de son nez), c'est effectivement celui de la naturalisation à tour de bras des moins de 16 ans, les pays "riches" faisant "leurs courses" chez les "pauvres" (Europe de l'Est ou Afrique, entre autres). Et là, il va falloir trouver une parade, ce qui risque de ne pas être évident, juridiquement parlant. Cela étant, la FIBA a quand même déjà interdit au Qatar d'aligner tous ses ex-yougos et africains naturalisés en compète, c'est déjà nettement moins ridicule que ce qu'il se passe au hand.
      Mais il faut effectivement être vigilant : ça n'avait pas encore pris d'importance jusqu'à il y a peu, mais lorsqu'on voit le roster des équipes de jeunes de certains clubs espagnols, ça frôle de très près le grand n'importe quoi.

      Le pire étant le côté "foire aux bestiaux" de ce procédé : si le jeune venant de Bosnie ou du Sénégal est suffisamment bon, pas trop de problème, il deviendra a minima pro en tant que JFL ; s'il coince à un moment ou à un autre, il sera jeté comme un malpropre tout en étant à des milliers de km de chez lui. Y'a déjà eu des exemples du genre dans le foot, c'était pas beau à voir…

      Bref, oui, y'a des situations qui risquent de se produire dans pas longtemps que la Fédé va devoir prendre en compte. Mais je ne pense pas qu'on puisse dire qu'elle ne fait rien. 😉