LFB Livenews Premium

20 ans de Ligue Féminine : Au Bonheur des Dames

A l’occasion de son 13e Open à Paris-Coubertin, la Ligue Féminine de Basket a lancé sa saison et a commencé à commémorer ses vingt ans. Au fil du temps, les joueuses ont obtenu l’estime de tous mais si les générations passent, les Tango de Bourges sont toujours le fil rouge de son histoire sportive.

En vingt ans la Ligue Féminine de Basket a fait jouer 3 500 matches, qui ont concerné des joueuses de 44 nationalités, imposé la couleur fuchsia, des directrices à sa tête –dans l’ordre, Monique Amiaud, Magali Andrier et Irène Ottenhof-, de plus en plus de femmes arbitres –et une exclusivité pour la gent féminine à l’Open-, des consultantes sur la chaîne dédiée, LFBTV : Isabelle Fijalkowski et Loëtitia Moussard (Championnes d’Europe 2001), Caroline Aubert (5 fois meilleure passeuse de LFB), Clarisse Costaz (7 saisons en LFB, qui était membre du comité de candidature de Paris 2014), Yacine Sene (15 saisons en LFB) et une journaliste au bord du terrain, Chloé Westelynck, elle aussi ancienne membre de la famille.

Bien sûr, tout n’est pas encore satisfaisant. Il n’y a qu’une seule head coach, la rookie Cathy Melain, et trois assistantes, Julie Barennes, qui lui est associée à Basket Landes, Caroline Aubert (Nantes), Aurélie Bonnan (Lattes-Montpellier) et Ljubica Drljaca (Villeneuve d’Ascq). Longtemps la présidence des clubs fut chasse gardée des hommes et là, deux femmes font fi des préjugés, Régina Dutacq à Mondeville, et Marie-Sophie Obama, présidente déléguée à l’ASVEL, et elle aussi une ancienne joueuse professionnelle.

D’autres éléments récents sont à l’évidence très positifs en Ligue féminine comme le fait d’avoir réduit le nombre d’équipes à douze ce qui densifie le niveau, de s’être converti depuis la saison dernière à de véritables playoffs avec une finale en cinq manches, d’avoir mis au point des playdowns plus compréhensibles, et nouveauté de cette saison, d’avoir institué trois arbitres comme dans la ligue masculine et des Pré-Open sur quatre sites qui permettent de mieux ordonnancer les derniers matches de préparation.

Même si elle n’a pas ces fameux mécènes qui permettent d’avoir des clubs richissimes en Italie, Russie et Espagne d’abord, en Turquie désormais -ce qui dérégule artificiellement le marché-, la Ligue féminine est saine –le contrôle de gestion a écarté les brebis galeuses comme l’était Perpignan- et toujours attractive. Pas de « dreamteameuses » américaines en son sein mais huit Françaises vice-championnes d’Europe, sachant que trois autres sont à l’étranger et une, Gaëlle Skrela, partie à la retraite. Rappel comparatif : seul du dernier Euro Louis Labeyrie est toujours en Pro A.

Ce qui fait encore plus la force de la LFB, c’est sa densité. On peut écrire que le pass d’admission quasi indispensable, c’est une médaille en équipe de France de jeunes. On exagère à peine tant il y des dizaines de joueuses qui sont montées au préalable sur un podium européen en cadettes, en juniors ou U20.

 

 Patrick Beesley, Céline Dumerc et Jean-Pierre Siutat.

Le rêve réalisé d’Anaël Lardy

Que de chemin parcouru depuis le 1er février 1998, date à laquelle fut créée à Villeurbanne la Ligue Féminine de Basket pour gérer le basket féminin de haut niveau sur une idée d’Yvan Mainini, président fédéral de l’époque, en se donnant Serge Gérard comme président.

« Il y a vingt ans mon petit frère est né ! », rigole la meneuse de Lattes-Montpellier Anaël Lardy, 30 ans dans quelques jours, quand on lui demande ce qu’elle faisait il y a vingt ans, elle qui est issue d’une célèbre famille savoyarde de basketteuses, les Falcoz. « J’ai ma tante, Fabienne Falcoz qui a joué à haut niveau, qui a fait l’équipe de France A’. Quand on me demande qui était ton idole ? C’était ma tante. J’ai vécu à travers sa carrière. Ça a toujours été un rêve. J’ai fait plein de sports auparavant et j’ai eu un choix à faire entre athlétisme et basket. J’ai fait du basket non pas à cause de ma famille mais parce que je l’ai choisi et aujourd’hui je suis la plus heureuse.

 

Abonnez-vous pour lire tous nos articles Premium et la suite de celui-ci.
*
Prénom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Merci de renseigner des données valide.
Prénom invalide. Merci de renseigner un prénom valide ou nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Nom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Merci de renseigner des données valide.
Nom invalide. Merci de renseigner un nom valide ou de nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Adresse email
Vous devez renseigner votre adresse email
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Cet e-mail est déjà enregistré. Merci d'en choisir un autre.
*
Mot de passe
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Merci de renseigner des données valide.
Veuillez entrer au moins 5 caractères.
Sélectionnez votre moyen de paiement
Numéro CB :
Le numéro de carte ne peut pas être vide.
Veuillez entrer au moins 16 chiffres.
Maximum 16 chiffres autorisés.
Date d'expiration - Mois (MM) :
Le mois d'expiration ne peut pas être vide.
Année (AA) :
L'année d'expiration ne peut pas être vide.
Cryptogramme :
Le nombre CVV ne peut pas être vide. Il s'agit des 3 chiffres présent au dos de votre CB
Quel moyen de paiement souhaitez utiliser ?
Abonnements avec option "Magazine bimensuel" Cliquez-ici
Déjà abonné ? Connectez-vous
Abonnement Premium En savoir plus
Valider

Photos: Bellenger/Lecoq/IS/FFBB

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires   |  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *