Livenews

Michael Mokongo, Damien Inglis, Xavier Corosine… ces joueurs toujours sans club

Après plusieurs mois de compétition, nombreux sont les joueurs toujours sans club. Le Syndicat National des Basketteurs met à disposition une liste non exhaustive de joueurs sans employeur. 

On y retrouve notamment Mickael Mokongo, Damien Inglis, Xavier Corosine… Il y a encore quelques semaines, Antoine Mendy, Jordan Aboudou, Ali Traoré ou encore Aldo Curti faisaient également partie de cette liste. Ces derniers ont respectivement signé à Bourg-en-Bresse, Fos-sur-Mer, Antibes et Aldo Curti à Metz en N2 après 9 saisons en tant que professionnel. 

En début de saison avec Capo d’Orlando, Damien Inglis ne devrait pas tarder à trouver un nouvel employeur. Début novembre, il nous confiait au travers d’une interview qu’il n’était pas loin de retrouver son meilleur niveau et qu’il préparait son retour. 

Triple vainqueur du concours à trois-points du All Star Game LNB, champion de France Pro B et Pro A avec Nanterre, Xavier Corosine (32 ans, 1,8m) est toujours sur le marché, mais il développe à côté sa société Space Jump; un parc à trampolines situé en région parisienne à Fleury-Mérogis.

A 31 ans, Mike Mokongo (1,80m) possède l’un des plus gros CV de la liste. En 2005, il a participé au Nike Hoop Summit, en 2010 il a été champion de Chypre, en 2014 il était encore le meilleur meneur de Nationale 1 et champion de la division, en 2015 il était champion de Pro B avec Monaco et en février 2016 il a remporté la Leaders Cup Pro B avec la JL Bourg-en-Bresse. 

S’il ne pense pas encore à la retraite, il nous a confié qu’il commence à s’impatienter.

« Je me sens bien physiquement, je m’entretiens quotidiennement à la Hoops Factory d’Aubervilliers. On joue entre nous avec Solo Diabate, Antoine Mendy (ndlr, Antoine Mendy vient de s’engager un mois avec la JL Bourg-en-Bresse), Seydou Njoya, Ron Mvouika… J’aimerais juste trouver une bonne opportunité pour pouvoir me relancer après Bourg-en-Bresse et pour pouvoir simplement jouer. Mon problème de genoux est derrière moi et j’avance. C’est vrai que l’attente commence à être longue et je m’impatiente un peu. A côté de cela, je m’occupe de mes business, je suis en train de penser à refaire des stages de remise de niveau kiné. J’ai le soutien de ma famille et de ma copine. J’ai eu des opportunités récemment, mais malheureusement cela ne s’est pas concrétisé. »

Avec la Centrafrique en juin 2017 pour les qualifications à l’Afrobasket, Mike Mokongo a compilé 15,8 points, 2,5 rebonds et 6 passes décisives en moyenne mais n’avait pas pu aller au bout de la compétition.

Photo : JL Bourg

Acheter Magazine Basket Europe
Commentaires   |  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *