Jeep® ÉLITE Livenews LNB

Jean-Denys Choulet: « Il faut trouver quelqu’un, quoi que ça coûte, pour sauver le soldat Chalon »

Pour la 12e fois de la saison -si l’on ne prend en compte que la Pro A-, Jean-Denys Choulet a dû commenter une défaite lui qui la saison dernière avait la joie de s’exprimer très essentiellement après des victoires.

Face à Strasbourg, l’Elan Chalon n’a jamais réellement tenu le choc pour s’incliner finalement 78-91. Pourtant le coach chalonnais n’a pas été vindicatif envers ses joueurs comme certaines fois:

« Ce soir, contrairement à ce que j’ai pu dire par moment, je ne veux pas être négatif », a t-il déclaré en conférence de presse. » J’ai vu des actions de jeu que j’aime, même si les pertes de balles ont été rédhibitoires. Depuis le premier match de la saison régulière je suis en galère, j’attends un meneur capable de mettre mon jeu en place. Contre Boulazac, c’est un meneur de jeu qui passe à travers, ce soir c’est le tour de Rozenfeld. J’y crois toujours mais il faut une prise de conscience de certains et qu’on joue le basket que je veux jouer. Il nous a manqué Boukichou à l’intérieur pour affronter une bonne équipe de Strasbourg avec des joueurs de grand talent. Quand quelqu’un est plus fort que nous, comme ce soir, il faut le dire et l’accepter. On va tout faire pour s’en sortir et je me battrais jusqu’au bout pour sauver cette équipe, mais il faudra le faire collectivement. Et trouver quelqu’un, quoi que ça coûte, pour sauver le soldat Chalon. Personne ne doit baisser les bras ».

Le MVP du match a été le pivot Croate Miro Bilan avec 21 points à 9/13 aux shoots, 9 rebonds et 6 passes pour 34 d’évaluation. Une sacrée perf !

 « Je n’aime pas parler de ma performance, je veux seulement aider mon équipe autant que je peux le faire et je suis content que nous ayons gagné », a t-il dit. « On peut mieux faire. On a perdu quelques matches de peu dans les dernières minutes et il faut qu’on s’améliore dans ce domaine pour être concentré à 150% et finir les matches de la meilleure façon. Le break nous fera du bien, on pourra mieux intégrer Dee Bost. On a de bons gars et à passer du temps ensemble, à s’entraîner, on va s’améliorer. Je me sens de mieux en mieux et je comprends le style de jeu du coach. D’ici un à deux mois, nous serons encore meilleurs. La difficulté dans ce championnat de ProA, par rapport à la Ligue Adriatique, c’est que tout le monde peut battre tout le monde. Il n’y a pas de match facile. Je n’avais pas l’habitude de rencontrer des joueurs aussi athlétiques ». 

Photo: Ousmane Camara et Jérémy Nzeulie (FIBA Europe)

Acheter Magazine Basket Europe
Commentaires   |  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *