Jeep® ÉLITE Livenews LNB

All-Star Game: Record de points, les Français vainqueurs, Amara Sy MVP

C’est l’astronaute Thomas Pesquet que les organisateurs avaient choisi pour mettre le match des étoiles sur une orbite offensive. Très offensive. Trop offensive au point que l’on n’avait jamais marqué autant de point dans un All-Star Game. 164-164 après le temps règlementaire. Et au final 181 à 175 pour la sélection française.

Les ingrédients qui font invariablement le succès chaque année du All-Star Game français étaient là, que ce soit les danseuses des LA Clippers, les mascottes des Memphis Grizzlies et des Philadelphia Sixers, l’organiste du Madison Square Garden, la lumière et le son, et le shoot à 100 000 euros -Patrice manqua de peu la cible. En bonus, comme attraction mondiale, cette édition de 2017 bénéficiait de DJ Stephens vainqueur du concours de dunks et qui ne fut pas avare de voltiges pendant le match.

Les temps de passage indiquèrent que l’on courait vers un score fleuve: 41-32 après un quart-temps. 84-80 à la mi-temps. Les Français affichaient alors un stupéfiant 36/39 à deux-points. Et avec 8 shoots ratés (31/39) les étrangers gâchaient presque la marchandise! Trop beau pour être vrai. En fait, un « no defense » devait être écrit à la sortie des vestiaires. Sur que Bozidar Malkovic chantre de la défense avec Limoges champion d’Europe en 1993, devait se pincer le nez s’il regardait le match.

C’était tellement showtime qu’Amara Sy, celui-là même qui voulait céder sa place au Dijonnais Jacques Alingue qui n’avait pas été sélectionné, avait réussi dès la fin du troisième quart-temps le premier triple double de l’histoire du All-Star Game, qui sera au final de 20 points, 15 rebonds et 12 passes. De quoi lui valoir un trophée de MVP, son troisième après ceux de 2004 et 2011. Là aussi une grande première.

De la même façon, le Monégasque Gerald Robinson a battu ce soir le record de paniers à trois-points, neuf. Mais Hervé Dubuisson, le précédent détenteur depuis 1994 à Tours avait eu à contourner de vraies défenses, pas en carton pâte.

Il y a aussi le 16/16 aux shoots de Louis Labeyrie et le 11/11 de DJ Stephens…

Ceux qui préfèrent le basket à l’état pur auront tout de même apprécié le suspense et la vigueur des Français en prolongation. Enfin quelques baffes! 

Voir la boxscore ici.

 

 

Acheter Magazine Basket Europe
Commentaires   |  1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *