Strasbourg-Nanterre – Pascal Donnadieu: « Il y a un monde entre les deux équipes »

Sacha RUTARD
0

Des chiffres: 10 paniers à trois-points sur 19 tentatives pour Nanterre en première mi-temps. Et… zéro en deuxième pour seulement 7 tentatives. La défense montante et très remontée de Strasbourg a complètement asphyxié Heiko Schaffartzik et compagnie.

« On a été induit en erreur en première mi-temps par la qualité offensive qu’on a produite au début. Mon assistant, Nebojsa Bogavać m’a dit à la fin de la première période que notre attaque, c’était de la poésie ! C’est assez imagé, c’était vrai, nous étions très inspirés, mais il est vrai que Nanterre ne contestait pas grand-chose », racontait le coach Vincent Collet en conférence de presse. « Malheureusement, petit à petit, on est tombé dans le panneau de jouer leur match. Et quand tu joues leur match, tu ne gagnes pas souvent (…). Le salut devait venir par la défense. On a parfois changé de stratégie mais ce sont surtout les comportements individuels qui ont changé. »
Chacun a été frappé par le sentiment de puissance qui s’est dégagé hier soir de l’équipe alsacienne. A l’intérieur, les Nanterriens ont été massacrés. La paire Miro Bilan (16 points, 5 rebonds, 3 passes)-Louis Labeyrie (10 points, 9 rebonds, 2 passes) est bien la meilleure de Jeep Elite. La ligne arrière est très forte aussi avec notamment un Levi Randolph qui a parfaitement compris son rôle dans le dispositif (16 points à 6/8 aux tirs).
« On monte en puissance et il n’y aura plus de fenêtre internationale pour couper notre élan », se réjouit Vincent Collet. « Avec les matches qui se profilent, la Coupe de France qu’il n’est pas question de négliger, mais sans se consommer dans la perspective du match à Athènes, on aura besoin de tout le monde. J’ai beaucoup aimé le premier passage de Flo Piétrus qui a tout de suite amené un surcroît d’intensité. Damien Inglis a confirmé pour la première fois sa prestation de la semaine. Quant à Dee Bost, il a fait dix premières minutes parfaites en mettant l’équipe en musique, en la lançant sur les bons rails… »
Quant à Nanterre, il a démontré ses limites quand ses shooteurs d’élite n’ont pas deux centimètres pour armer. Les Franciliens ont longtemps été maintenus en surface par le duo Heiko Schaffartzik-Lahoue Konate (20 points chacun) mais leur faiblesse au poste cinq (Alade Aminu a été transparent) a été criarde. Le score final (78-93) reflète totalement la différence de niveau et le coach Pascal Donnadieu est le premier à le reconnaître. 
« Il y a un monde ce soir entre les deux équipes. Notre objectif, c’est de prétendre jouer les playoffs mais on n’y est pas encore ! Strasbourg ne présente pas les mêmes arguments que nous. C’est avant tout la qualité des rotations de la SIG qui a fait la différence. On a été sanctionné dès qu’on a ouvert le banc, et plus que lourdement. Pendant que la SIG accumule les rotations, nous on fatigue avec les joueurs majeurs. C’est quasiment ingérable ».

Photo: SIG

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

janvier 2019
L M M J V S D
« Déc    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les salaires de ProB pour la saison 2017 - 2018
Tous les salaires de ProB pour la saison 2017 - 2018
Boutique Magazines et Abonnements