L’ancien international Eric Beugnot: “Je n’ai jamais vu un joueur du niveau de Rudy Gobert chez les Bleus”

Sacha RUTARD
2

Eric Beugnot faisait partie de l’équipe de France qui fut la première à faire tomber les Etats-Unis (98-86) dans le cadre de feu la Coupe intercontinentale, le 5 mai 1979. A 64 ans, l’aîné de Greg suit toujours de prêt les Bleus et Le Maine Libre l’a interrogé sur le sujet:

« C’est un exploit retentissant pour le basket français et cela me comble de joie. Cette victoire contre les champions du monde restera gravée dans les annales. L’équipe des États-Unis est une institution et chaque adversaire rêve de la battre… C’est à chaque fois un challenge… Il ne faut surtout pas raccourcir les choses et penser qu’après une victoire contre les États-Unis nous sommes les champions du monde. On peut sauter sur une mine… Même si nous sommes en position de faire tomber le chamboule-tout, il ne faut pas oublier que niveau de la compétition est très relevé. Une chose est sûre, on se souviendra longtemps de cet exploit contre les Américains. Médiatiquement aussi cette victoire est une bonne chose pour le basket français qui en a bien besoin. »

Eric est aussi le fils de Jean-Paul qui fut longtemps le meilleur pivot de l’histoire du basket français. Son compliment à l’égard de Rudy Gobert prend donc une valeur toute particulière:


« Tous ont fait un gros match et je pense que poste par poste l’équipe de France est au niveau des meilleurs. Mais sans vouloir faire injure aux autres glorieux « grands » joueurs du passé, je trouve Rudy Gobert exceptionnel. À lui seul, il change la donne du match et du jeu même. Je n’ai jamais vu un joueur de ce niveau chez les Bleus. Quelle énergie ! Quelle polyvalence ! Franchement, il est hors dimension.”

Un autre compliment part en direction de Vincent Collet qui fut son équipier au Mans alors qu’il avait dix-huit ans et était en provenance de Montivilliers:

« C’est d’autant plus méritée que cette victoire va « fermer la bouche » à certaines personnes qui s’inquiétaient, pour rester poli, de sa longue présence à la tête de l’équipe de France. Des aficionados plus que des gens du basket à vrai dire. Car Vincent n’est pas passé par des trucs faciles. »

Photo: Eric Beugnot avait la couverture du mensuel Maxi-Basket avant le championnat du monde de 1986.

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

2 Responses

Ecrire un commentaire

Archives

novembre 2019
LMMJVSD
« Oct  
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les salaires de ProB pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements