Le poignant récit de Ricky Rubio sur le décès de sa mère

Sacha RUTARD
1

Le joueur des Phoenix Suns, élu MVP de la dernière Coupe du monde, Ricky Rubio (1,93m, 29 ans) livre un témoignage poignant dans Theplayerstribune sur sa mère décédée d’un cancer. L’article est intitulé “Pour toi, maman”.

Ricky Rubio raconte que les médecins ont diagnostiqué chez sa mère un cancer des poumons en 2012

“Nous sommes restés positifs. Je savais qu’elle pourrait le faire. Je devais y croire. C’est ma maman, vous savez ? Elle est mon super-héros. Je l’avais vue élever une famille. Je l’avais vue travailler dur et trouver le temps d’amener après son fils à la pratique du football et du basket-ball”, dit-il.

Sa mère a vaincu son cancer. Du moins une première fois. Mais le crabe est revenu.

“J’ai écouté mes parents pleurer toute la nuit. Ils pouvaient à peine dormir. Je ne pouvais pas non plus. Je ne sais pas comment exprimer avec des mots ce que j’ai ressenti. Je me sentais tellement impuissant. Tout ce que je voulais, c’était que ma mère se sente mieux. Et je ne savais pas comment. J’étais tellement perdu. Le lendemain, je ne voulais plus aller près d’un terrain de basket. Une partie de moi s’est cassée cette nuit-là. Ma vie a changé pour toujours. C’est ma maman.

Tous les jours ou presque, Ricky appelait son père pour avoir les dernières nouvelles sur l’état de santé de sa mère qui ne cessait de se dégrader.

“Je me sentais si loin. J’étais dans un hôtel, dans une ville, après un match, et je me disais, “mec, que fais-je ici? Je devrais être avec elle.

Il a profité d’une pause de quatre jours pour se rendre en Espagne.

“Quand maman a ouvert la porte, en voyant son visage… c’est le meilleur sentiment du monde. Papa m’a dit que sortir était le meilleur médicament qu’elle puisse avoir. Mais je pouvais voir qu’elle souffrait. Je lui ai tenu la main autant que j’ai pu. Je me suis assis en permanence sur son lit. Je ne voulais pas lâcher prise. Elle m’a dit qu’elle n’abandonnerait pas.” 

Cette fois, il n’y a pas eu de rémission. Mme Rubio est décédée quelques semaines plus tard.

“Quand quelqu’un que tu aimes meurt, c’est comme si un brouillard t’enveloppait. C’était comme ça pour moi. Je me sentais tellement sans direction. Chaque année, quand je rentrais dans le Minnesota pour le camp d’entraînement, je commençais chaque jour de la même façon: FaceTiming avec maman. La première saison après sa mort, je me réveillais et je pensais à l’appeler. Cela m’a donné envie de casser mon téléphone. Mais je ne pouvais pas effacer son numéro. Je lui ai même parfois envoyé des SMS. Je le fais encore. Pendant un moment, j’ai eu l’impression de perdre la tête, comme si je me parlais à moi-même.”

Tricky Rubio a surmonté la dépression qui a suivi le décès de sa mère. Il est actuellement au sommet de son art de basket comme il l’a démontré en Chine.

“Et cet été, notre équipe nationale a remporté la Coupe du Monde FIBA ​​en Chine. J’aurais aimé que ma mère ait pu le voir. C’était incroyable de voir comment le basket-ball touche la vie là-bas. J’ai grandi en idolâtrant le basket-ball espagnol et faire partie d’un autre chapitre du succès de notre pays était vraiment spécial pour moi. On m’a élu MVP, et me voir remettre le prix par Kobe (Bryant), onze ans après les Jeux olympiques de 2008, m’a donné l’impression de boucler la boucle.”

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

1 Response

Ecrire un commentaire

Archives

juin 2020
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements