Ligue 2- Sabrine Bouzenna (Aulnoye-Aymeries): “Revenir d’une grossesse, c’est possible”

Sacha RUTARD
0

Le SNB (l’Union des Basketteurs Professionnels) fait témoigner Sabrine Bouzenna, 1,67m, 26 ans, meneuse de jeu d’Aulnoye-Aymeries (ASA Basket) à propos de sa maternité. A sa sortie de l’INSEP, l’Alsacienne est passée par Villeneuve d’Ascq puis La Roche/Yon en Ligue 2. Elle a accouché d’une petite fille en août 2016, ce qui n’était pas programmé.

“La décision de devenir maman n’a pas été facile non. Je venais juste de commencer ma saison avec La Roche-sur-Yon. On avait des ambitions et j’étais la meneuse titulaire. Je faisais un début de saison plutôt bon lorsque j’ai appris que j’étais enceinte. J’avais très peu de temps pour prendre la décision de le garder ou non. Je savais que ça allait bouleverser ma vie. Mais après de longue conversation avec son papa, on a fini par prendre la décision de le garder et pour être honnête, c’était au-dessus de mes forces d’avorter. J’avais 22 ans et je commençais tout juste mon rôle de meneuse titulaire. Ça n’a donc pas été simple. Mais la vie m’a donné la chance de découvrir un rôle différent, celui d’être maman, qui est le rôle le plus important, je pense, dans la vie d’une femme.”

Sabrine a connu l’inaction, ce qui était contraire à son tempérament.

“La période d’arrêt total de basket a été compliquée, je dois bien l’avouer. Je suis quelqu’un qui aime bouger et travailler. Et là, j’avais le droit de ne rien faire. J’ai donc fait un petit peu de babysitting pour me changer les idées. J’ai préparé l’arrivée de ma fille, acheté sa chambre, ses vêtements. J’ai donc, au fil du temps, pris goût et profité de ma grossesse.”

Elle a ensuite retrouvé un contrat à La Glacerie dans la Manche en Nationale 1. Le club l’a aidée à se remettre en forme mais ça n’a pas été sans embuches.

“J’avais tellement hâte de reprendre… Mais en réalité, ça a mis du temps. Quand j’ai repris, j’ai vraiment pensé que je ne reviendrai jamais. Je n’avais plus de muscles, j’avais même appelé mes meilleures amies, Florine Basque et Adja Konteh, en leur disant je ne reviendrai jamais. Je pleurais, j’étais désespérée. Mais voilà, je n’ai pas lâché et mon coach, Yann Volmier, qui croyait beaucoup en moi, m’a fait un stage de 15 jours non-stop à ne faire que du physique et du basket. Et il faut dire que ça a payé car, à la reprise des vacances de noël, je me sentais déjà beaucoup mieux. Je commençais à retrouver mon plaisir et ma forme physique. Mais pour vraiment me sentir encore mieux, il m’a fallu toute la saison. Je pense que j’ai vraiment retrouvé mon basket la saison qui a suivi, l’année du titre (2017/18).”

Le SNB lui demande si elle a un message à faire passer et Sabrina est formelle:

“Revenir d’une grossesse, c’est possible. Tout le monde vit sa propre expérience. Donner la vie est la chose la plus difficile mais aussi la plus merveilleuse au monde. Ma fille est ma plus belle réussite et je suis heureuse aujourd’hui d’avoir ce rôle de maman et de basketteuse professionnelle.”

Aulnoye-Aymeries est actuellement en tête de Ligue 2 et Sabrine Bouzenna compile 9,2 points, 6,0 passes et 4,1 rebonds.

Photo: ASA Basket

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Archives

septembre 2020
LMMJVSD
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930 
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements