Norris Cole (Monaco): “Nous sommes un monstre à trois têtes”

Sacha RUTARD
0

Dans la conquête du titre de champion de France, l’AS Monaco n’a évidemment pas gagné la guerre mais la première bataille qui l’a opposée directement à Villeurbanne et dans les grandes largeurs (79-59). Son coach Sasha Obradovic s’est montré prudent en conférence de presse:

« Notre équipe, c’est une combinaison de talent. À la fin du premier quart-temps c’est exactement ce qu’il fallait faire, ça s’est gagné au physique. C’est important d’avoir un avantage à la maison. En seconde période le ballon ne circulait pas comme j’aurais voulu mais gagner de 20 points contre l’ASVEL, on ne peut être que satisfait. On ne peut pas tirer de conclusion de cette victoire pour l’instant. On ne veut pas trop en faire dans notre célébration. On joue bien aujourd’hui mais ça peut changer très rapidement. On doit être concentré sur le prochain match. Cette victoire ne sera pas utile si on ne continue pas. C’est important maintenant de bien commencer le Top 16 de l’EuroCup. On a un calendrier très dur en janvier on aura besoin de tout le monde. »

Le double champion NBA Norris Cole (17 points à 7/12 et 4 passes) a joué un nouveau match de très bonne facture.

« On va profiter de celle-là. On est toujours heureux de gagner, c’était un match qu’on avait envie de remporter. On a joué de la bonne façon, avec une première mi-temps intense. Les 3 meneurs ? Il y a un équilibre entre nous,  nous sommes un monstre à trois têtes  Je veux gagner, c’est pourquoi je suis à Monaco. Je veux continuer ça à chaque match. Je suis habitué à jouer les gros matches, mais peu importe l’adversaire, il faut se préparer de la même,façon à chaque fois. Il reste encore du travail, on doit rester concentré. »

Plus que la fatigue engendrée par un rythme fou avec l’Euroleague, le Villeurbannais Théo Maledon retient la qualité de l’adversaire pour expliquer ce revers.

« Ils nous ont dominés sur les rebonds et globalement sur la première mi-temps. Offensivement on n’arrivait pas à mettre nos systèmes en place contrairement à eux qui jouaient à leur rythme. Ils nous ont dominés. Le coach nous a demandé de casser leur agressivité et mettre du rythme pour revenir dans le match. Au retour des vestiaires on pouvait revenir, à la fin on craque…C’est encore long le championnat On a manqué de solutions pour arrêter leur ligne arrière, on n’a pas été bon sur pick-and-roll. Notre match d’Euroleague dans les jambes c’est une fausse excuse. Monaco est une équipe construite pour jouer le titre. »

L’assistant coach TJ Paker, qui est dans le poste de pilotage le temps que Zvezdan Mitrovic guérisse de sa grippe sait qu’il y aura d’autres échéances:

 « Sur le global du match et dans l’ensemble ils étaient agressifs, je ne suis pas surpris on connaît Monaco… On fait des erreurs sur nos stops défensifs. Ils ont mis des tirs sur nos erreurs défensives. Ils sont durs à jouer, aujourd’hui c’était intense. Moins 20 points ce n’était pas le score tel qu’il devait être. Nos pourcentages (37% aux tirs dont 3/21 à 3-points) c’est dur ! On ne pense pas qu’à la première place, on pense surtout à notre effectif, que les joueurs ne se blessent pas Le plus important c’est la fin de saison. On en aura d’autres des confrontations contre eux, on verra nos erreurs et ça nous poussera à être meilleur au prochain match. »

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements