Mehdy Mary (Limoges): “Il y a une forme de fierté de dire que l’on est capable de matcher avec un effectif pareil”

Sacha RUTARD
5

L’ASVEL doit beaucoup à l’ancien meneur de jeu du CSP Jordan Taylor de s’être sorti du piège de Beaublanc (75-69). L’Américain a scoré 8 des 15 points villeurbannais du dernier quart-temps.

On a crû un moment que les Limougeauds ne feraient pas le poids lorsque Villeurbanne porté par Amine Noua mena 8-16, 25-13, puis 20-33 et surtout 41-59. Avec le retour au turbin de Semaj Christon et Brian Conklin (13 points chacun), la hargne de Ludovic Beyhurst et un bel effort collectif, le CSP a grignoté son retard se donnant une chance de surpasser son rival dans les dernières minutes mais l’ASVEL a su maîtriser le money time malgré les poussées de fièvre du public limougeaud.

“L’écart en première mi-temps, je m’y attendais un peu car c’est une équipe qui a joué trois matches en huit jours et contre des adversaires d’Euroleague, à part Monaco, qui est une équipe d’Eurocup mais qui aura peut-être bientôt le niveau Euroleague et qui croise avec nous qui avons (Semaj) Christon et (Vee) Sanford qui n’ont pas joué pendant huit semaines d’arrêt et qui n’ont repris que mercredi. (Brian) Conklin qui a un mois d’arrêt et quatre jours d’entraînement” a analysé le coach du CSP Mehdy Mary au micro de France Bleu Limousin. “Automatiquement, je m’attendais à ce que le début de match soit clairement en leur faveur. Ils ont un impact physique qui est énorme. On n’est qu’à -12 à la mi-temps alors que je m’attendais à pire avant le match. Je pensais qu’avec la mi-temps, le fait de s’habituer à l’impact d’une équipe de top niveau comme ça, on allait revenir. Le public nous a poussé vraiment fort. C’est ce que l’on attend quand on joue un effectif pareil. On a réussi à revenir dans le match. Il y a le dunk de (Atoumane) Diagne qui aurait pu changer les choses. Il est à un contre zéro. Ca fait partie du jeu. Il y a cette action où Semaj Christon marche sur la ligne et prend la faute technique. C’est un fait qui aurait pu nous permettre de jouer les dernières secondes du match pour le gagner. Il y a en même temps une forme de frustration car on aurait pu à la fin et en même temps une forme de fierté de dire que l’on est capable de matcher avec un effectif pareil. On n’encaisse que 75 points, c’est la troisième fois de la saison qu’ils ne marquent que 75 points. La première fois c’était au Mans, ils ont perdu. La deuxième fois à Monaco, ils ont perdu. Là, ils n’ont pas perdu car on n’a pas réussi à résister à leur impact quand on est en attaque.”

L'entraîneur du Limoges CSP Mehdy Mary revient sur la défaite face à l'Asvel dimanche soir à Beaublanc #basket #JeepElite #FBSport

Gepostet von France Bleu Limousin am Sonntag, 12. Januar 2020

Photo: Meydy Mary (CSP)

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

5 Responses
  1. STEPH87

    Mehdy MARY se voile totalement la face. Le CSP a été surclassé pendant 3 quart-temps, avant que l’ASVEL ne baisse de pied à cause de leur calendrier démentiel. C’est plus l’ASVEL qui a coincé physiquement, que le CSP qui s’est montré dominant. Mais le plus inquiétant, c’est de revoir les mêmes problèmes qu’en début de saison avec le retour de Semaj CHRISTON. Si ce joueur est très talentueux, il ne le mets pas au service du collectif. Hier soir, on a de nouveau vu des joueurs errer sur le terrain, comme des âmes en peine (BOUTSIELE, INVERNIZZI et SANFORD notamment), en attendant vainement de voir le ballon.

    Depuis le début de saison, avec Semaj CHRISTON à la mène, le bilan du CSP en JEEP ELITE est de 3 victoires pour 6 défaites !

  2. MABILLE

    L’ASVEL en effet commence à tirer la langue à jouer sur les 2 tableaux Euroligue et Jeep Élite, alors, ils gèrent, mais attention quand même ! Quant au comportement des allumés du gaz du CSP à la fin du match ( et il y a déjà un moment que ça couve ! ) si le club ne fait rien pour éviter ce genre de choses, ça va très mal finir ! FF aurait mis les pieds dans le plat depuis un moment.

  3. LIMOGES BEAUBLANC

    Medhy Mary a redonné vie à ce groupe.
    C’est déjà pas mal.
    Julbe en avait fait un puzzle éparpillé aux quatre coins du parquet.
    Là, on voit des joueurs impliqués, même si certains ont déçu hier. Je pense à Invernizzi (notamment). Mais aussi Jerry qui s’est fait croquer par Payne et Jekiri, avant de se reprendre sur la fin.
    Nos trois joueurs blessés, de retour, n’ont pas eu, comme attendu, leur rendement normal.
    On ne revient pas de plusieurs semaines d’absence sans accuser le coup physiquement, surtout dans ce genre de match très intense.
    Mais comment ne pas revenir sur cet arbitrage scandaleux !
    Beaublanc a rugit, un peu tard à mon goût, et la sortie des arbitres n’a pas été assez chaude, pour leur faire comprendre l’immensité de la fumisterie qu’ils nous ont fait subir.
    L’attelage Parker-Aulas a de beaux jours devant lui, avec la bénédiction des pontes de la LNB, trop heureux de contempler leur nouveau joujou préféré : l’ ASVEL-OL !

Ecrire un commentaire

Archives

juin 2020
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements