Damien Inglis (Strasbourg): “Lassi Tuovi ne va pas tout révolutionner”

Sacha RUTARD
0

Le site de la SIG Strasbourg a fait réagir Damien Inglis sur la disparition de Kobe Bryant, qu’il a connu lors de son séjour en NBA, et bien sûr sur le remplacement du coach Vincent Collet par son adjoint finlandais Lassi Tuovi.

« Pas la chance : l’honneur de le rencontrer ! C’est triste pour sa famille et ses proches mais aussi pour la famille du basket. C’était une source d’inspiration. Nous les joueurs des années 90/2000 c’est Kobe ! On n’a pas grandi avec Michael Jordan mais avec Kobe ! Je l’ai rencontré après ma draft quand j’étais blessé. J’étais à Los Angeles après mon opération. On était parti manger avec mon ancien coéquipier Giannis Antetokounmpo, et le coach Jason Kidd nous demande de passer le voir à l’hôtel et, quand on est arrivé, il était avec Kobe. Kobe a d’abord parlé avec Giannis et après il est venu me parler quand il a vu que j’avais le pied dans une botte et il me demandait ce que j’avais. J’ai eu l’impression de parler à… (il cherche ses mots les yeux dans le vide) … Une lumière ! En 30 secondes il m’a donné une tonne de conseil. Ça reste gravé dans ma tête et ce qu’il m’a dit fait partie de mon ADN de basketteur aujourd’hui.”

A propos de Lassi Tuovi, il déclare:

« Il ne va pas tout révolutionner. Il nous a bien précisé qu’après le départ de l’un des meilleurs coachs d’Europe, il ne va pas changer le basket entièrement. On va essayer de faire quelques petites retouches : jouer un peu plus vite, essayer de défendre différemment… On en est qu’à son 2ème jour. Il ne va pas changer le monde mais il va essayer d’apporter des petites retouches dans l’équipe.”

La SIG veut se servir du match de BCL face à Lietkabelis comme d’un tremplin car samedi se profile un rendez-vous très important à Pau pour se sortir du guêpier dans lequel l’équipe s’est enfoncée.

« Samedi ce sera une nouvelle grosse échéance. Il n’y a qu’une chose à dire : il faut aller le chercher ! Il n’y a pas 10000 alternatives. Lietkabelis doit nous servir de tremplin pour Pau, regagner la confiance et surtout la joie. C’est ce qui nous manque le plus : la folie, la joie qu’on avait sur le terrain et qu’on a eu que par séquences cette saison : moi le premier. On doit se remettre en confiance, jouer, mais c’est clair : on ne va rien lâcher ! »

Photo: FIBA

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements