Euroleague: le GM de l’Olympiakos: “le but est de sortir de cette épreuve vivant et sain, pas plus riche….”

Sacha RUTARD
0

Selon le directeur général de l’Olympiacos, Nikos Lepeniotis, suite à la pandémie du coronavirus, une réduction de 50% des revenus des clubs est fort possible.

Dans un article publié sur le portail financier capital.gr, Lepeniotis explique qu’aucune prédiction ne peut être considérée comme sûre à ce stade, mais que « nous avons affaire à une catastrophe financière». Voici sa démonstration:

La propagation de la pandémie COVID-19 a eu un impact sur la scène des événements sportifs à travers le monde. Peu importe combien vous essayez d’évaluer la situation actuelle et d’évaluer l’impact économique, il n’y a qu’une seule conclusion: il n’y a absolument aucun moyen d’évaluer et de prédire son avenir (…)

  • Nous faisons face à une catastrophe financière.
  • Personne ne sait quand cette catastrophe prendra fin.
  • Le 12 mars, toute «production» sportive s’est brutalement arrêtée; soit la société de «production» appartenait au stade de football de Premier League comme Liverpool ou était le plus petit club régional de hockey professionnel. En conséquence, toute source de revenus est désormais épuisée pour toutes les équipes. Il s’agit d’un verrouillage brutal et complet du pipeline d’affaires.
  • Personne ne peut dire avec certitude quand la communauté sportive sera de retour à la normale (ce qui signifie des matches avec des fans et une couverture TV). Personne ne sait quand l’industrie du sport fonctionnera et dans quelles circonstances. Par conséquent, personne ne sait si l’industrie recevra à nouveau un euro de revenus.
  • Pendant ce temps, l’industrie doit prendre des décisions pour tous les employés. Tous les employés sont concernés soit par leur appartenance à l’équipe de production (employés administratifs), soit par les commerciaux et les cadres supérieurs (athlètes et entraîneurs). Les entreprises vont-elles continuer à les payer intégralement, même si elles ne travaillent pas et donc ne produisent pas? Et si oui, pour combien de temps?
  • De plus, l’entreprise a une série d’autres dépenses à couvrir. Achats en cours, finances et prêts ainsi que matières premières, services et sécurité et une série d’autres obligations qui peuvent dans certains cas être atténuées ou réduites. D’où viendront tous ces fonds?
  • Enfin, le propriétaire de l’entreprise dans l’industrie spécifique, qui se trouve dans la position la plus difficile de tous, doit évaluer un certain nombre de nouvelles données qui changent tous les jours et même toutes les heures et prendre des décisions indépendantes de sa volonté (par exemple , fermeture des installations sportives, restrictions dans les déplacements, etc.). Ils devront également évaluer les concurrents directs du marché et la manière dont ils gèrent la crise. Évaluez leur solvabilité financière personnelle et s’ils peuvent se permettre de rester en affaires. Enfin, évaluer et prévoir le produit de base et l’entreprise à l’avenir, les moyens de reprendre ses activités et d’être compétitif.

Suite aux points ci-dessus comparant et énumérant les défis de l’industrie, il n’y a qu’un seul résultat; personne ne peut rien prévoir.

Lorsque personne ne peut rien prévoir, il est inapproprié de discuter du présent et encore plus de l’avenir. Il est absurde d’avoir une discussion concernant les droits des athlètes sur la base de leurs contrats actuels et de partager les pertes entre les équipes et les athlètes. Les dommages subis par chaque équipe professionnelle seront sans précédent et les plus importants de leur histoire et ne pourront donc pas être calculés. Le célèbre gourou de la finance Larry Fink de Blackrock, la société de renommée mondiale qui gère des fonds de 7,5 milliards de dollars, a déclaré: «Au cours des 44 années de ma carrière dans la finance, je n’ai jamais rien vécu de tel».

Aucune équipe ne veut retenir les paiements versés aux athlètes ou aux entraîneurs ou à tout employé d’ailleurs. Il s’agit de sa capacité à le faire, sur la base de la réalité actuelle et de ses priorités de base… la priorité numéro un pour chacun d’entre nous étant d’assurer un avenir.

La vie continue. Et parce que la vie continuera toujours, nous serons tous sur le même front. Notre objectif principal n’est pas de nous détruire les uns les autres ou d’imposer notre supériorité. Notre objectif est de trouver le bon équilibre pour la nouvelle ère dans laquelle nous allons tous entrer et coopérer pour notre objectif commun. Nous voulons que vous soyez tous de retour. Le problème est systémique et si un lien systémique est détruit ou essaie d’imposer sa domination, le système va planter et il n’y aura pas d’équilibre. Cet équilibre doit prévaloir entre les entreprises et les athlètes, les sponsors et les ligues, les ligues et les fans, les fans et les fournisseurs de streaming, les athlètes et les agents, les ligues et les sponsors, etc.

Dans les sports professionnels, les clubs professionnels reçoivent la plupart de leurs revenus vers la fin de chaque saison. Il y a de nombreuses raisons à cela, comme l’importance des matchs qui stimule l’augmentation de l’intérêt des gens, les finales ou les playoffs, les matches critiques, et donc, la plupart des sponsors choisissent d’être “annoncés” pendant cette période. Habituellement, la majorité des paiements sont effectués vers la fin de la saison. Par conséquent, tout ce qui précède répartit la majeure partie des flux de trésorerie vers le dernier trimestre de la saison (avril-mai-juin), ce qui représente presque 45% à 50% des revenus annuels. Et personne ne peut prédire le montant réel que recevront les équipes…(…)

Dans la pratique, si tous les revenus totaux d’une équipe professionnelle sont de 20 millions annuels, environ 8 à 10 millions seront perçus au cours du dernier trimestre de la saison (2,5 à 3 mois). Si nous considérons maintenant que les athlètes sont payés sur une base de 10 mois et qu’ils ont cessé de travailler 6 mois et 12 jours dans la saison, la compensation restante pour les athlètes concerne les 3 mois et 18 jours restants. Cependant, 2,5 mois sur les 3 mois et 18 jours restants pour conclure la saison auraient produit 45 à 50% des revenus des équipes professionnelles concernées. Par conséquent, dans un certain sens, les matches non joués sont considérés comme les plus importants en termes de revenus totaux des équipes, tandis que les salaires des athlètes pour ces 3 derniers.

Sur la base de ce qui précède, quels seront les experts, juges ou médiateurs qui pourront décider de ce qui serait équitable pour les athlètes et les équipes professionnelles au cas où les compétitions de ligues ne reprendraient pas? Y a-t-il une décision équitable à prendre? La réponse est non.

Cela se traduira pour chaque entreprise à agir de la meilleure façon possible pour assurer un avenir pour l’équipe et la capacité de continuer à fonctionner. Il est certain que certaines entreprises sportives feront faillite comme d’autres entreprises de différents secteurs. Je présenterai ici le cas d’Adidas qui aurait demandé un stimulus de 1 à 2 milliards d’euros au gouvernement allemand; tandis qu’environ 80% des fournisseurs de contenu multimédia (4 sur 5) auront également besoin d’une aide monétaire, ayant subi une énorme perturbation des revenus.

L’évaluation financière de toutes les ligues professionnelles ne sera pas achevée avant la fin de la saison 2020-21 et plus précisément avant l’été 2021. Il est très probable que la baisse des revenus sera la norme pour les 2 ou 3 prochaines saisons. Les prévisions pour la prochaine saison ne peuvent pas être faites en ce moment, car il n’y a pas de marge pour obtenir des plans fiables. C’est comme prévoir l’inconnu; vous voulez marcher dans des eaux peu profondes et être en mesure de voir sur quoi vous marchez, pas de nager dans une mer sans fond que vous n’avez jamais vue auparavant. Cette métaphore sera utilisée comme tendance par certaines ligues la saison suivante dans le monde entier. Cela pourrait ramener l’équilibre qui avait été perdu récemment en raison d’une concurrence excessive, de la circulation d’argent «bon marché» et de l’absence d’un plan d’action approprié dans de nombreuses divisions (plafond salarial, politique fiscale commune, etc.),

Le résultat est; nous perdons tous du fait l’effet pandémique. Certains perdent plus, d’autres moins. La chose la plus importante est que nous soyons tous ici demain ensemble et que nous en fassions un. Cela ne peut se produire que si nous nous regardons tous dans les yeux avec compréhension, compassion, respect et solidarité. Parce qu’à la fin de tout cela, le but est de sortir de cette épreuve vivant et sain, pas plus riche….

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Archives

novembre 2020
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements