Interview (1) – Marie-Laure Lafargue (présidente de Basket Landes): “la billetterie génère 40% de notre budget”

Pascal Legendre
0

 Photo : Bernard Hennequin 

Sa silhouette présidentielle arpente avec énergie l’Espace François-Mitterrand de Mont-de-Marsan après les salles d’Eyres Moncube et de Saint-Sever. Et après être devenue un personnage incontournable de Basket Landes, Marie-Laure Lafargue, 44 ans, est l’un des piliers du basket féminin français. Sous sa gouvernance, le club landais fier de sa ruralité est désormais majeur en Europe tout en demeurant atypique et festif. Il a défrayé la chronique en faisant signer en 2016 l’icône de Bourges, Céline Dumerc, et il récidive en faisant revenir à bord l’internationale Valériane Ayayi. Comme Marie-Laure Lafargue domine son sujet et a d’évidentes qualités de synthèse, nous avons pu balayer avec elle tous les sujets d’actualité de son club et de toute la ligue, avec les conséquences de la crise sanitaire doublée d’une crise économique.

L’interview est en trois parties.

Qu’est-ce qui vous a poussé à prendre des fonctions à Basket Landes alors que sur votre CV, on voit que vous avez fait Sciences Po, des études supérieures en Santé Publique et eu des jobs dans cette branche-là ?

C’est une double raison. Mon intérêt pour Basket Landes est quasi génétique. Je suis née dans ce petit village d’Eyres Moncube dans lequel l’aventure de Basket Landes a ses bases. J’ai été baignée toute mon enfance et mon adolescence, à la fois dans la pratique de joueuse et aussi du fait que mon père a été président très longtemps de ce club. Il a fait partie de ceux qui ont transmis le bébé au moment de la création de Basket Landes. J’ai donc un lien affectif avec le basket comme beaucoup de Landais. Sur le plan professionnel, je m’étais dédiée une carrière de cadre dans la fonction publique et au Ministère de la Santé. En 2009, je suis rentrée à Bordeaux au gré d’une mutation professionnelle pour un rapprochement vers ma région d’origine après une douzaine d’années dans la fonction publique qui m’avait emmenée un peu partout, sans jamais perdre le contact pour autant avec le basket puisque même à mon époque parisienne, j’accueillais les filles de Basket Landes alors en Ligue 2 à l’aéroport de Paris et je conduisais des minibus jusqu’à Armentières, Dunkerque, Charleville-Mézières, et toutes les contrées proches de Paris. Je suis rentrée à Bordeaux à un moment où les politiques de santé s’infléchissaient sur ce qui aujourd’hui provoque de nombreux débats, c’est-à-dire une approche très économique qui n’était pas nécessairement ma vision personnelle de ce que pouvait être une politique de santé publique dans le sens de l’intérêt général. J’avoue que j’étais dans un grand moment de doute professionnel sur le sens de mon métier compte tenu de cette évolution-là. J’ai décidé en 2010 de prendre une année de congé de la fonction publique pour me remettre à des formations et réfléchir à mon avenir et peut-être songer à une reconversion. J’étais à une heure de Mont-de-Marsan et Basket Landes était depuis deux ans en Ligue Féminine dans un contexte compliqué car on était de jeunes accédants à la Ligue Féminine. A l’époque, on était tout petit au niveau des structures. A l’invitation de Olivier Lafargue (NDLR : le coach à l’époque devenu depuis celui de Bourges), j’ai un peu plus mis le pied dans l’encadrement du club que j’aimais tant sur le plan sportif pour y consacrer du temps sur sa structuration, tout d’abord de manière bénévole. J’en ai fait beaucoup cette année-là et à la fin de la saison 2010-11, Basket Landes s’est qualifié pour sa première coupe d’Europe. Olivier Lafargue, Dominique Lafargue et Pierre Dartiguelongue m’ont dit que j’en avais fait beaucoup et que je risquais de repartir dans une activité professionnelle classique alors que le club avait besoin de structures plus que jamais pour franchir cette nouvelle étape. Ils m’ont dit qu’ils ne prendraient pas de neuvième joueuse pour jouer la coupe d’Europe mais qu’ils avaient besoin d’une directrice au club. Ils m’ont proposée ce challenge car ils estimaient que de par mon expérience professionnelle, j’avais des choses qui avaient à voir avec le rôle d’un club de basket dans un territoire, un rôle d’animation, de développement de projet, des compétences comptables et juridiques, une connaissance du club assez étroite. J’avoue que je n’étais pas beaucoup plus au clair de rentrer au Ministère de la Santé et j’ai saisi l’opportunité. J’ai fait quelques choix économiques car j’aurais pu repartir dans la fonction publique avec mon statut de cadre supérieur et un joli salaire. J’ai mis une croix sur certaines ambitions professionnelles et je me suis plutôt lancée dans un choix avec un statut de salariée dans un secteur d’activité plein de promesses, mêlant passion et engagement.

Photo: Miranda Ayim (FIBA)

« Les femmes, on a peut-être une vraie singularité dans notre façon de porter le projet avec sans doute encore plus d’opiniâtreté et de force que nos collègues masculins »

Vous avez commencé au club comme directrice administrative et financière de 2011 à 2015 ?

C’est ça. La première mission a été de pousser… On jouait une coupe d’Europe et on n’avait pas de gros moyens. Notre grand fantasme c’était le budget à un million d’euros. On a fait preuve de beaucoup de bricolage. Pierre Dartiguelongue s’est chargé avec beaucoup d’engagement de développer le volume du marketing et partenariat. J’ai été chargée de


Abonnez-vous pour lire tous nos articles Premium et la suite de celui-ci.
*
Prénom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Please enter valid data.
Prénom invalide. Merci de renseigner un prénom valide ou nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Nom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Please enter valid data.
Nom invalide. Merci de renseigner un nom valide ou de nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Adresse email
Vous devez renseigner votre adresse email
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Cet e-mail est déjà enregistré. Merci d'en choisir un autre.
*
Mot de passe
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Please enter valid data.
Veuillez entrer au moins 5 caractères.
Select Your Payment Cycle
Select Your Payment Cycle
Sélectionnez votre moyen de paiement
Nom
Numéro CB :
Le numéro de carte ne peut pas être vide.
Merci d'entrer 16 chiffres
Maximum 16 digits allowed.
Veuillez renseigner les détails de votre carte.
Expiration - Mois (MM) :
Le mois d'expiration ne peut pas être vide.
Ex : février -> 02
Année (AA) :
L'année d'expiration ne peut pas être vide.
Ex : 2018 -> 18
Cryptogramme :
Le nombre CVV ne peut pas être vide. Il s'agit des 3 chiffres présent au dos de votre CB
Les 3 chiffres se trouvant à l'arrière de votre CB, à côté de votre signature
Quel moyen de paiement souhaitez utiliser ?

SW Media, éditeur du site www.basketeurope.com traite les données recueillies pour nous permettre de satisfaire à votre demande d'abonnement.
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, reportez-vous à la politique de gestion des données personnelles.


Déjà abonné ? Connectez-vous
Abonnement Premium En savoir plus
Valider

A suivre demain

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Archives

juin 2020
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements