Bill Russell, héros des Jeux Olympiques de Melbourne en 1956 : “La médaille d’or est mon trophée le plus précieux”

Sacha RUTARD
0

Bill Russell, au milieu du deuxième rang, partiellement caché.

Après la Lituanie, la FIBA fait un éclairage sur Bill Russell, qui fut le héros des Jeux Olympiques de Melbourne en 1956.

“Le monde du basket-ball sait tout sur la grande Dream Team des États-Unis et comment elle a pris d’assaut les Jeux olympiques en 1992. Il est conscient du succès éclatant des trois derniers Jeux d’été des Américains, qui ont remporté 24 victoires en autant de matchs, et il sait tout sur les premiers Jeux olympiques de Michael Jordan, en 1984, lorsqu’il a dirigé les États-Unis vers une impressionnante médaille aux Jeux de Los Angeles.

Ce qu’il ne peut pas apprécier pleinement, ce sont certains des premiers héros olympiques du pays. Bill Russell, qui a joué pour les États-Unis aux Jeux d’été de 1956 à Melbourne, en Australie, était parmi eux. Russell, le meilleur joueur de l’équipe des San Francisco Dons gagnante du titre NCAA en 1955 et 1956, a conduit les États-Unis à la médaille d’or avant de lancer sa carrière légendaire avec les Boston Celtics.

Le centre n’était pas seulement grand à 6 pieds 10 pouces (2,08 m), mais un formidable athlète. A quel point ? À San Francisco, il était également une star de l’athlétisme.

“J’aurais pu me qualifier (pour les Jeux olympiques) dans deux sports différents”, a déclaré Russell . «J’étais dans le top 5 mondial au saut en hauteur. Et j’avais battu régulièrement les gars de l’équipe américaine. Mais après avoir réussi dans le basket-ball, nous avions été des compétiteurs amicaux, et j’ai rejeté toutes les possibilités d’être dans l’équipe d’athlétisme parce nous étions amis depuis deux saisons avec les deux autres gras. Et j’étais, comme on dit, sur le bateau (à Melbourne) et je n’allais pas prendre deux sièges. Je n’aurais peut-être pas gagné de toute façon, mais j’aurais pu faire l’équipe d’athlétisme. ” 

Après les Jeux de Melbourne, “Russ” est devenu la force dominante de la NBA, de 1956 à 1969, quand il a gagné 11 titres pour les Celtics. Il a réalisé des performances légendaires pour Boston. Son effort dans le septième match de la finale de la NBA en 1962 contre les Lakers de Los Angeles furent parmi ses plus belles heures. Russell a marqué 30 points et pris 40 rebonds alors que les Celtics ont gagné, 110-107.

Avant son incroyable carrière chez les Celtics, il fut donc olympien. Russell fut le plus grand nom d’une équipe américaine avec une moyenne qui remporta ses matches avec près de 100 points en moyenne, à Melbourne, et l’écart moyen dans la victoire fut de 53,5 points par match. Lors du premier match, Russell marqua 20 points alors que les États-Unis battirent le Japon, 98-40. Il a également bien joué lors du match suivant, une victoire de 101-29 contre la Thaïlande. Russell a souvent été interrogé sur ce match contre la Thaïlande.

“Nous jouions la Thaïlande, le centre mesurait 5 pieds 10 pouces (1,77 m)”, a-t- il déclaré. “Ai-je ressenti de la culpabilité? Pas un instant (rires). Ce que nous étions: les vilains Américains (sourires). Nous voulions voir à quel point nous pouvions les battre, et nous avons joué dur contre eux comme nous l’avons fait contre l’Union soviétique. “

Il a expliqué dans une autre interview:

“Mais c’était une sorte de compliment pour eux (la Thaïlande), du moins de mon point de vue. Cela signifiait que nous avons joué aussi dur contre eux que nous l’avons fait contre les autres équipes par respect. Si nous avions dit : «Eh bien, je n’ai pas grand-chose à faire pour vous battre les gars.” Pour moi, c’est irrespectueux. “

Russell n’a jamais regretté d’avoir retardé sa carrière avec les Celtics pendant plusieurs semaines afin de pouvoir jouer aux Jeux olympiques. À cette époque, seuls les amateurs pouvaient participer aux Jeux.

“C’était juste amusant d’en faire partie et la médaille d’or est très, très très précieuse pour moi. En termes de trophées, c’est probablement mon bien le plus précieux”, a-t-il déclaré.

Lorsque les équipes adverses ont quitté la scène des Jeux olympiques de Melbourne, tout le monde parlait d’un joueur. KC Jones, le coéquipier de Russell à San Francisco, à Boston et également à Melbourne, a rappelé une rencontre fortuite qu’il avait eue avec un ancien adversaire olympique à Séoul, en Corée, en 1988. Cela montrait quelle sorte d’impression Russell avait fait en Australie.

“Il m’a rappelé le match contre les États-Unis et a dit qu’il n’avait jamais joué un autre match après nous avoir joué”, a déclaré Jones. “J’ai dit: ‘Pourquoi ?’ Il a répondu : “Parce que chaque shoot que j’ai pris, Bill Russell l’a bloqué.” “

Russell est entré au Hall of Fame de la FIBA ​​en 2007. Son expérience olympique est quelque chose qu’il chérit.

“Les souvenirs d’être dans cette compétition, à l’époque la plus haute compétition de la planète, et de bien faire étaient tout à fait satisfaisants”, a-t-il déclaré.”

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Archives

octobre 2020
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements