Elena Delle Donne, MVP de la WNBA 2019: “Je prends 64 comprimés par jour”

Sacha RUTARD
0

Alors qu’elle n’a pas été dispensée de jouer la saison 2020 WNBA, qui va se disputer en Floride à huis clos, la MVP de la saison précédente, Elena Delle Donne, s’exprime dans The Players Tribune pour en dire davantage sur le traitement qu’elle doit suivre pour survivre à la Maladie de Lyme, une maladie infectieuse due à une bactérie (Borrelia) transmise par l’intermédiaire d’une piqûre de tique. Impressionnant et émouvant.

“Je prends 64 comprimés par jour”, écrit-elle.

Soixante-quatre comprimés : c’est 25 avant le petit déjeuner, 20 autres après le petit déjeuner, 10 autres avant le dîner et 9 avant le coucher.

Je prends 64 comprimés par jour et j’ai l’impression que ça me tue lentement. Ou si cela ne me tue pas directement, alors je sais au moins une chose avec certitude: c’est vraiment mauvais pour moi. À long terme, prendre autant de médicaments sur ce régime régulier est tout simplement mauvais pour vous. C’est littéralement une astuce élaborée que vous utilisez contre vous-même – un mensonge que vous dites à votre corps pour qu’il continue de penser que tout va bien. 

C’est un cycle sans fin, épuisant et misérable.

Mais je le fais quand même.

Je le fais quand même parce que j’ai la maladie de Lyme. (Puisque je ne suis pas médecin, je dis que je souffre de «Lyme chronique». C’est un moyen plus court pour moi de dire que cette maladie continue de m’affecter après plus d’une décennie – je la préfère à l’alternative, qui est «Post -Traitement Syndrome de la maladie de Lyme avec une infection active actuelle avec une souche différente de borrelia et bartonella ainsi que d’autres co-infections. ») Prendre 64 comprimés par jour est le seul moyen de garder mon état sous quelque contrôle que ce soit. C’est la seule façon de me conserver en assez bonne santé pour jouer au jeu que j’aime – assez en bonne santé pour faire mon travail et gagner le chèque de paie qui soutient ma famille (…)

“Le médecin qui traite ma maladie de Lyme a rédigé un rapport complet, détaillant mes antécédents médicaux et confirmant mon statut à haut risque. Le médecin de l’équipe des Mystics (qui est génial, mais qui n’a jamais traité ma maladie de Lyme) a écrit un rapport renvoyant essentiellement à mon médecin de la maladie de Lyme et approuvant mon profil à haut risque. J’ai déposé les deux rapports à la ligue, au besoin, ainsi qu’un formulaire signé renonçant à mon droit d’appel.

Quelques jours plus tard, le panel de médecins de la ligue – sans jamais me parler une seule fois ni à aucun de mes médecins – m’a informée qu’ils refusaient ma demande d’exemption pour cause de maladie.

Il me reste maintenant deux choix: je peux soit risquer ma vie… soit renoncer à mon chèque de paie.

Honnêtement? Ça fait mal .

Ça fait très mal. Et peut-être que me faire mal me rend naïf. Et je sais qu’en tant qu’athlètes, nous ne sommes pas vraiment censés parler de nos sentiments. Mais les sentiments sont à peu près tout ce qu’il me reste en ce moment. Je n’ai pas d’argent comme les joueurs NBA. Je n’ai pas envie d’aller en guerre avec la ligue à ce sujet. Et je ne peux pas faire appel.

Donc, tout ce qui me reste, c’est à quel point cela fait mal. Combien ça fait mal que la W – un endroit qui a été mon seul grand rêve dans la vie depuis aussi longtemps que je me souvienne, et à qui j’ai donné mon sang, ma sueur et mes larmes pendant sept saisons sur huit – m’a essentiellement dit que je me trompe sur ce qui se passe dans mon propre corps. Ce que je comprends dans leur décision, c’est que je suis une imbécile de croire mon médecin. Que je simule un handicap. Que j’essaie de «sortir» du travail tout en percevant un chèque de paie (…)

 

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Archives

octobre 2020
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements