La crise du basket russe: Des acteurs témoignent

Sacha RUTARD
0

Le basket russe est depuis quelques années en pleine déconfiture. Si loin de l’époque où l’URSS imposait la loi du plus fort mais aussi plus récente lorsque les garçons (2007) et les filles (2003, 2007 et 2011) étaient champions d’Europe. Le site Sports.ru a réalisé un dossier en faisant intervenir quelques acteurs du pays. Voici quelques réflexions pêle-mêle:

« A mon avis, la situation dans le basket est critique», souligne le responsable du conseil des entraîneurs de la fédération (RBF), l’ancien international soviétique, Stanislav Eremine. “La situation au sommet de la pyramide, dans l’équipe principale du pays, est la plus inquiétante. La crise, tout d’abord, s’exprime dans le fait que les joueurs russes perdent constamment des places dans les meilleures équipes du pays.… Et cela affecte négativement l’équipe principale, l’équipe nationale russe. Il y a très peu de remplaçants pour ceux qui nous ont obtenu de bons résultats dans les tournois internationaux. “

“En Russie, il y a environ 25 à 30 000 personnes entre 12 et 17 ans, garçons et filles, qui jouent au basket“, note l’agent Maxim Sharifyanov. “A titre de comparaison, aux États-Unis, dans les écoles secondaires – de la 9e à la 12e année – environ un million d’enfants jouent au basket: 480 000 garçons, 420 000 filles. Ce sont des données d’il y a environ cinq ans. Au total, environ 20 millions de personnes jouent au basket aux États-Unis, c’est un truc complètement dingue. J’ai demandé à un entraîneur d’une équipe finlandaise combien d’équipes de cet âge il y a en Finlande. Il s’est avéré que 100 équipes d’enfants participent au championnat: 1 200 enfants d’un seul âge, et ce ne sont que des garçons. Par simple multiplication, nous obtenons que plus de gens jouent au basket en Finlande avec cinq millions de personnes qu’en Russie. “

Nous avons un désastre avec les salles,” continue Sharifyanov. “Dans les villes d’un million d’habitants, il ne peut y avoir que deux écoles de sport, comme par exemple à Krasnoïarsk ou à Ekaterinbourg. Même dans le cadre de ces écoles, ceux qui forment ne reçoivent pas la formation requise. Ils n’ont pas accès aux salles. Ils n’ont pas les créneaux dans les gymnases pour un travail individuel. “

L’ancienne internationale Anna Arkhipova est convaincue que seule une intervention directe du gouvernement contribuera au développement du basket dans son pays.

Nous avons besoin d’un programme d’État obligatoire pour attacher une équipe d’enfants à une usine, une banque ou toute autre structure d’État… En ce qui me concerne, je viens d’une équipe d’usine. Nous avions une équipe d’enfants, financée par l’usine de Sibelektrotyazhmash, elle payait les déplacements, les tenues et la salle de sport. Et il y avait quinze équipes de ce type à Novossibirsk. Ce qui se passe maintenant, c’est le populisme. C’est la massivité, tout se fait pour l’image.”

«Nous récoltons toujours la dépression des années 90 et 2000», note Eduard Sandler, le candidat présidentiel à la RFB battue par Andrei Kirilenko. “Les entraîneurs du CYSS ont plus de 50 ans sur 90% du territoire de la Russie, si on ne prend pas en compte Moscou, ils sont dans une grave dépression et dans un gouffre mental à cause d’un sentiment d’insatisfaction et de l’incapacité de subvenir adéquatement à leurs familles avec leurs revenus provenant de l’encadrement des enfants. Vous n’avez aucune idée, probablement, à quel point ils reçoivent de l’argent de façon dérisoire… Ils ne transmettent pas aux enfants l’énergie nécessaire à leur croissance, nos enfants sont pour la plupart stressés, opprimés, incertains d’eux-mêmes, ne croient pas à une réussite mondiale.”

Il est également proposé de limiter l’influence des agents.

«Je connais beaucoup d’agents et je peux honnêtement dire que peu d’entre eux pensent au développement des joueurs», déclare Anna Arkhipova. “Il s’agit principalement d’une fonction inutile jusqu’à un certain âge. Jusqu’à 21 ans bien sûr.”

Au sommet de la «pyramide des problèmes» se trouve la VTB League, la plus grande ligue de Russie, où il n’y a que neuf clubs russes avec un minimum de six joueurs locaux par équipe.

Il doit y avoir 15 équipes russes dans la ligue VTB“, déclare le coach de l’équipe nationale, Sergei Bazarevich. “Nous avons besoin de plus d’équipes. Elles ne perdront pas de 40 points, car elles prendront des étrangers et elles développeront des joueurs russes.”

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Archives

septembre 2020
LMMJVSD
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930 
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements